Brest : Escale forcée pour le cargo “Baltic Performer” qui accusait 18 degrés de gîte

0

Brest, mardi 24 octobre 2017, dérouté vers le port de Brest après le coup de vent des derniers jours, le cargo “Baltic Performer” était attendu avec 18 degrés de gîte.

 

Communiqué Mor  Glaz

Si la garantie bancaire de 15000€ n’avait pas été versée par l’armateur de ce navire, afin qu’il puisse accoster à Brest, que serait-il advenu des 25  Marins du « BALTIC PERFORMER ». Étaient-ils condamnés à vivre durant plusieurs semaines sur un navire accusant 18 degrés de gîte ?

*

 

Le samedi 21 octobre 2017, le cargo « BALTIC PERFORMER » s’est fait prendre dans la tempête au sud de la Bretagne. Ce cargo frigorifique venant des Pays-Bas, il se rendait au Sénégal avec un chargement de légumes, disposés en cale sur palettes.  Ce navire, battant  pavillon du Libéria, devrait entrer au port de Brest ce mardi 24 octobre 2017 en fin de journée. Cette opération est  très délicate, pour le ramener à quai en toute sécurité, afin de le redresser et de saisir la cargaison. Cette opération  démontre  le professionnalisme des sociétés portuaires Brestoises !

 

L’association MOR GLAZ a une pensée particulière pour le Capitaine et l’Equipage du « BALTIC PERFORMER » composé de Marins Russes et Ukrainiens. L’association MOR GLAZ a aussi une compassion pour les 25 Marins du bord, ils auront dû affronter des conditions de vie très particulières sur un navire accusant 18 degrés de gîte, une situation particulièrement difficile pour eux, et dangereuse sans aucun doute ! 

 

Les Marins, permettent 90% des échanges mondiaux. L’association MOR GLAZ  s’interroge si les 15000€ n’avaient pas été versé, que serait  devenue la situation  déjà difficile de ces Marins ? Tous les ports  Français, Européens et Mondiaux prennent-ils de telles garanties, précautions,  fonctionnent-ils tous de la même manière ? Cette  question se pose, elle devra être évoquée ! Quelle serait la décision des autorités portuaires  en cas de non solvabilité d’un armateur, y a-t-il des solutions d’urgences afin de faire face aux armateurs non solvables ?

 

En 2000, suite à l’escale forcée à Brest du cargo « VICTOR » une ligne budgétaire de 20 millions de Francs (plus de 305000€) avait été mise en place pour faire face à certaines  situations douloureuses, elle fut confiée à L’Association pour la Gestion des Institutions Sociales Maritimes(AGISM) ayant disparue en juillet 2016, qui gère désormais cette ligne budgétaire !     

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.