Suisse : l’erchomançe des ecrivaïjes romanches

Tous les langaïjes minorizës d’Urope il eûtes lou passéy d’erchomançe : Le Berton o Roparz Hemon e la gazette d’ecrivaïjes Gwalarn, le Galiçien o la gazette Nos, la «Renaixença» Catalane e ben d’aotes de méme. En païz romanche, en Suisse, eyou qé le monde préchent core, astoure, ene langue d’Oïl le Romanche, ét dens le bout dou XIXeme siecl qé n’i a zeû l’erchomançe-la. E permië raport a qé la langue fût minze de yune…

Le Romanche. Et vra ben vra q’en n’en oui pâs fo contae de la langue-la. Eute-late ét préchéy dens les Grizons, ene contréy de la Suisse qé le monde de par çéz nous c’neû pu fo pour sa chè qé pour sa langue pari ? Biao qé d’yetr core préchae ao jou d’anet, ol ét pâs vioche ed’tro. Dame, faot vaïr qé le terouér dou Romanche ét ene vra daboneriy. Cernayae de tous bords e côtës par toué «grantes» langues : le Françaez, l’Italien e l’Alemand, egrunë en 5 parlements, le Romanche a dou deu a durae. Meins grace és ecrivaïjes, la langue a russi a survéqhi diq’ao jou d’anet. Pourqhi don ? Aloure q’i n-n’a des berouétéys d’aote a s’etr mouru… Raport a la relijion ventié. A-don, raport a qé l’iglléze catoliq e les parpâillots s’entr-manjaen le paï d’aote-faï i banissitent châq lou Bibl (en puzieurs parlements !) e des chairtéys de livr de jézuboneriy d’otout. Evant le XVIem siecl gn’avae pâs gro d’ecrivaïjes en Romanche : ren qé des conteriys, des raconteriys e pâs grand qai d’aote. Passë le drao de la Reforme, ça q’a chanji hardi : en pu des jézuboneriys gn’a zeû qheuqes textes de loués tournae de l’Alemand en Romanche etout, biao qé d’avaïr core fo d’Alemand en-mêles yeûz.

Deça, dens l’entama dou XIXeme siecl, les livrs de cllasse des garçailles futent banis en Romanche. Permië i taen tournae de l’Allemand meins un p’tit eprés ét des cllassiës romanches qi ecrivites lou livrs de cllasse a yeûz. E deude ela ça parti a ecri des livrs d’ene sorte e de l’aotr : des pouétriys, des romans e des journiaos etout : les ecrivaïjes romanches futent dépouézonae de la conteriy-raconteriy e dou jezubon e passites ecrivaïjes de couteûre. En 1913, Peider Lansel s’ecoqâlhi dens ene gazette :  «Ni Italians, ni Tudais-chs, Rumantschs vulain restar» (né italiens, né alemands, ét Romanche qé je v’lon réstae) raport és préchous italiens qi voulaen egolaïllae lou langue diq’a dens les Grizons. Deça falu ét conte l’Alemand qé falu païssae. Deude ela fût levae ene mouvance pour erchomae la langue e des siençous orinites ene meniere de «langue come de yune» : le «Rumantsch Grischun», un p’tit paraille come l’Euskal Batua ao Païz Basq, pa.

Meins dame le monde ne se portites pâs ghére su la nouvielle langue-la, i ressieudites o lou parlements a yeûz. Faot vaïr qé châq couléy ét essoléy en-veû l’z aotes e qé d’un côtê le monde sont de la cote, de l’aote i sont parpaîllots !

Passë les anéys 50, ça qa chanji core. La gazette «Litteratura» banissi des romans tant q’assë biao qé les parlements seijent core ben vioches, gn’a qheuqe qai de bani en Rumantsch Grischun mézë e ét dens la langue-la qé les garçailles sont aprinzes dens les ecoles. Ao parsu, mézë tertout ecrivent o la méme meniere d’ecrire.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.