Le Parti Breton attend enfin de véritables solutions pour PSA Rennes

Le groupe PSA Peugeot-Citroën vient d’annoncer la suppression de 1.400 emplois sur le site de Rennes-La Janais. Cela ne constitue malheureusement pas une surprise et le Parti Breton a eu l’occasion a plusieurs reprises de s’exprimer sur l’évolution inquiétante de la situation.
La situation est certes liée à une conjoncture internationale dégradée, aggravée par les erreurs stratégiques de la direction de PSA-Citroën, mais les différents gouvernements ont aussi fait des choix industriels qui ont privilégié des politiques à court terme, comme la prime à la casse, au lieu de projets permettant une restructuration sur le long terme.

Pour le Parti Breton, il est essentiel de prendre la mesure de la gravité de la situation et d’abandonner les postures idéologiques pour engager les réformes de structures nécessaires. La préservation des emplois, sinon même la survie de l’usine de Rennes, est liée à un véritable dialogue social entre les dirigeants de l’entreprise et des syndicats responsables. C’est bien dans une véritable cogestion qu’il faut chercher les solutions et non dans l’intervention de l’Etat dont les dirigeants ont montré leurs limites dans tous les domaines. L’actuel gouvernement dont aucun ministre n’a de véritable expérience entrepreneuriale ne faisant certainement pas exception à la règle.

La situation actuelle montre bien la justesse des analyses du Parti Breton qui a toujours mis en avant la nécessité de mettre en place un véritable pouvoir breton pour préserver et développer l’emploi en Bretagne. La réussite du modèle économique allemand, notamment dans l’automobile, est ainsi due à la force de ses länder et à leur implication au niveau industriel. En Bretagne, et spécialement à Rennes, les collectivités territoriales n’ont jamais souhaité mettre en place un grand pôle de compétence automobile, se satisfaisant d’être seulement un centre de production pour un grand groupe français.

Les logiques étatistes et les visions médiocres de nombre d’élus locaux sont désormais totalement dépassées. La voiture reste un produit d’avenir, car il faudra toujours se déplacer, mais il faudra le faire autrement et de manière plus écologique et plus en rapport avec les besoins futurs Il y a des réformes à mener, les élus et militants du Parti Breton seront de ce combat avec les employés et les familles de PSA lors des prochaines semaines.

Sébastien Girard
Secrétaire de la fédération 35

1 COMMENT

  1. Nous pensons encore que nous pouvons maintenir notre modèle social, et éviter une recrudescence importante de la pauvreté. Nous ne voyons pas que nous n’avons simplement plus d’argent pour « faire du social », ni non plus, d’ailleurs, du culturel. Nous pensons que nous pouvons encore disposer de la richesse des entreprises, pour payer nos autres dettes, ou nous partager leurs profits pour plus de justice, alors qu’elles sont aujourd’hui en situation de survie absolue, et que tout, absolument tout, doit être orienté vers la compétitivité, travailler plus et mieux en gagnant moins si nécessaire, afin de sauver ce qui peut l’être. ../…
    La suite: http://www.reseauliberte.eu/?p=521

    Claude Guillemain

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.