Climat : les décrochages de portraits vont bon train

0

Mardi 19 mars 2019, Après Ustaritz, la capitale historique du Labourd, ce matin c’est au tour des capitales de la Soule et de la Basse-Navarre de voir les portraits d’Emmanuel Macron décrochés des mairies. Des actions, sous forme de cri d’alarme, pour dénoncer l’inaction politique du Gouvernement sur les plans climatique et social.

En partenariat avec le média Mediabask et leur accord nous partageons leur information

Les réactions démesurées de certains politiques n’ont fait qu’encourager la multiplication de ces actions. ©Bizi!

Ce mardi 19 mars, vers 11 heures, deux nouveaux portraits officiels du président Macron ont été décrochés par des militants de Bizi! dans les mairies de Saint-Jean-Pied-de-Port et de Mauléon. Ils ont été remplacés par des messages “Climat, justice sociale… Où est Macron ?” pour dénoncer la vacuité de la politique de Macron en matière de lutte contre le réchauffement climatique et de justice sociale.

Ces actions non violentes se multiplient sur tout l’Hexagone, et ce malgré la répression engagée par l’Etat par des gardes-à-vue et des perquisitions. Trois procès sont même prévus les 26 juin, 2 et 11 septembre avec sur le banc des accusés dix membres d’Action non-violente COP21 (ANV-COP21). Ces actions portent à quatre le nombre de “présidents décrochés” en Pays Basque Nord, 26 sur l’ensemble de l’Hexagone. Le 21 février dernier, les militants de Bizi ! et d’ANV-COP21 ont participé à des actions similaires à Biarritz et Ustaritz provoquant de vives réactions de la part de membres du Gouvernement.

Face à ces interpellations non violentes, ils ont d’ores et déjà affirmé qu’aucun changement de cap ne serait entrepris en matière de lutte contre le dérèglement et les risques d’emballement du climat. Pour Bizi !, il s’agit d’une trahison des objectifs de l’Accord de Paris adopté, entre autres, par l’Etat français.

Le sens de leur action

Les militants de Bizi ! ont également laissé sur place des lettres destinées aux maires des deux communes. Ils y expliquent le sens de leur action. Ainsi, ils affirment que ces actions, “assumées, non violentes et effectuées à visage découvert”, ne visent pas une commune en particulier, mais plutôt le président et son gouvernement qui ne respectent pas les engagements pris en matière de lutte contre le réchauffement climatique. “Quatre ans après, la France ne respecte toujours pas ses engagements ; pire, les émissions de gaz à effet de serre continuent d’augmenter (…) Les conditions de vie civilisées sur Terre sont en jeu” dénoncent-ils.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.