octobre 7, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Des ONG françaises menacent de poursuivre en justice si TotalEnergies ne quitte pas la Russie

PARIS (Reuters) – Deux des principales ONG françaises ont déclaré dans une lettre au directeur général de la major de l’énergie qu’elles avaient l’intention d’intenter une action en justice contre Total Energy pour d’éventuelles violations des droits de l’homme à moins qu’elles ne rompent leurs liens commerciaux avec la Russie à la suite de l’invasion du pays. d’Ukraine.

Greenpeace France et Les Amis de la Terre (Amis de la Terre) France, dans une lettre recommandée au PDG Patrick Pouyanne, ont déclaré que l’entreprise doit se conformer à une loi française de 2017 obligeant les entreprises multinationales à être vigilantes sur les violations des droits de l’homme liées à leurs activités commerciales dans les pays touchés par des conflits armés.

La lettre précise, en tant que personne morale française, que TotalEnergies et ses dirigeants peuvent être tenus pénalement responsables de toute infraction au droit pénal français, notamment la complicité de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

« Nous vous demandons solennellement (…) de mettre fin sans délai à vos activités liées au marché russe du pétrole et du gaz afin de cesser toute relation commerciale susceptible de contribuer à la commission de graves violations des droits de l’homme », ont déclaré les ONG. .

TotalEnergies a refusé de commenter la lettre.

Les documents de la société montrent que la Russie représentait 24 % des réserves prouvées de TotalEnergies et 17 % de sa production combinée de pétrole et de gaz en 2020.

READ  La France et l'Inde disent partager leurs inquiétudes face à la montée en puissance de la Chine

L’entreprise a condamné l’agression russe, mais n’a pas suivi l’exemple de ses homologues britanniques BP et Shell (SHEL.L) qui se retirent de Russie. Lire la suite

TotalEnergies détient une participation de 19,4% dans le producteur de gaz russe Novatek, dont certains dirigeants et actionnaires seraient proches du Kremlin et visés par les sanctions occidentales. La Société détient également, directement ou par l’intermédiaire de Novatek, d’importants actifs et projets GNL.

Si TotalEnergies ne met pas à jour ses plans dans les trois mois, il pourra intenter une action en justice contre le groupe, a déclaré Clara Gonzalez, juriste chez Greenpeace France, ajoutant que des poursuites pénales pourraient également être envisagées.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

(reprise) de Benjamin Mallet à Paris et Simon Jessup à Londres ; Montage par Barbara Lewis

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.