Connect with us

Economy

« Je pensais qu'il était illogique de payer plus pour une propriété à Ballina qu'à Rotterdam » – The Irish Times

Published

on

« Je pensais qu'il était illogique de payer plus pour une propriété à Ballina qu'à Rotterdam » – The Irish Times

Kevin Loftus n'aurait jamais pensé que lorsqu'il retournerait vivre dans sa Ballina natale à l'âge de 30 ans en juin 2021, il aurait du mal à trouver un logement. Mais l'architecte et co-fondateur de Ballina Green Town se retrouve, après 14 ans d'études et de travail à travers le monde, à faire partie de la génération coincée chez elle.

« Ce fut une bonne expérience de revenir », a insisté Loftus, qui s'est retrouvé parmi une vague de contemporains revenant de Dublin et d'ailleurs, poussés par les opportunités offertes par le travail à distance et réévaluant leur mode de vie lié à la pandémie.

«Beaucoup de mes amis revenaient aussi», a déclaré le fondateur d'ACT (Accelerating Change Together), un groupe de parties intéressées dont l'objectif professionnel est de rendre l'environnement bâti plus durable.

Il s'est félicité de toutes les initiatives communautaires positives de la ville visant à rendre le lieu plus attrayant et durable, et a été surpris par le manque d'options de location disponibles, notamment pour les personnes seules. Il a également été choqué par les loyers élevés, puisqu'il payait auparavant 400 € par mois pour un studio à Rotterdam.

« Je pensais que cela n'avait pas de sens de payer plus pour une propriété à Ballina qu'à Rotterdam, qui est une deuxième ville et un endroit très animé. »

N'importe quelle unité pour célibataires à Ballina coûte entre 600 et 700 € mais est difficile à trouver, et Loftus s'est retrouvé avec ses parents « en revenant à la dynamique familiale de l'époque où j'avais 18 ans », mais il se sent chanceux d'avoir cette option. Il vit désormais dans une colocation, heureux d'avoir un loyer raisonnable selon les standards de Ballina mais bien supérieur aux prix de Rotterdam, et sait que ses chances d'acheter une maison sont quasi inexistantes et que le stock disponible est très limité.

Il dit que de nombreux anciens camarades d’école, qui comme lui sont rentrés chez eux après le confinement, sont déjà partis en raison de la crise du logement.

D’autres personnes sans lien avec la ville, attirées « pendant le Covid » par les loyers, bien moins chers qu’à Dublin et dans d’autres villes, ont également fait leurs valises.

« Ils travaillaient à distance et il était logique d'être à la campagne, mais comme les loyers ici étaient si élevés, ils ne pouvaient pas justifier de rester. »

READ  Eamonn Ryan rencontre Michael O'Leary une semaine après que le chef de Ryanair a dit au ministre « grandissez ou partez »

À l'heure actuelle, selon Loftus, un appartement d'une chambre est disponible à la location dans le quartier pour un peu moins de 900 € par mois. « C'est un scandale », a-t-il déclaré.

La semaine dernière, l'agent immobilier Sherri Fitzgerald a publié une étude soulignant une fois de plus la « grave pénurie » de logements disponibles à l'échelle nationale, mais attirant particulièrement l'attention sur la situation désastreuse dans les comtés ruraux de l'Ouest. Le parc de logements a chuté de plus de 55 pour cent en quatre ans dans des comtés tels que Roscommon, Mayo, Sligo, Kerry et Westmeath, selon la dernière analyse.

Mike Smith, un agent immobilier basé à Boyle, n'a pas été surpris par ce chiffre.

« Il y a peu ou pas de construction en cours en ce moment. C'est une question d'économie de base : l'offre est faible et la demande est élevée.  » Cela s'est traduit par une forte hausse des prix.

« Les prix des appartements semi-standard de trois chambres comme Boyle sont passés à 230 000 ou 240 000 euros, contre 160 000 ou 165 000 euros il y a 18 mois », a déclaré Smith.

Les cottages standards à la campagne sur un acre ou un demi-acre « peuvent aller de 250 000 € à 300 000 € et plus maintenant, là où ils étaient de 150 000 € à 160 000 € » il y a quelques années, a-t-il déclaré.

Les options pour ceux qui souhaitent louer ou acheter sont si rares que son entreprise compte désormais environ 100 personnes sur une liste d'attente dans l'espoir d'être rappelées, mais la plupart seront déçues.

« Si vous mettez quelque chose en ligne à louer, vous obtiendrez 50 à 60 réponses du jour au lendemain », a déclaré Smith. « Nous sommes désormais enthousiastes lorsque nous mettons en vente des propriétés, et non lorsque nous les vendons. »

Brian Nerney, propriétaire de Spool Factory, un centre de coworking à Boyle, donne un aperçu de la pénurie de logements localement. Beaucoup de ses clients sont des entreprises relativement nouvelles, offrant des perspectives de carrière intéressantes, mais qui ne trouvent pas de logement pour leurs employés potentiels.

« Nous constatons qu'il n'y a pas de problème de logement car il y a un certain nombre de propriétés vacantes qui ne sont pas utilisées », a déclaré Nerney.

READ  RTÉ se retrouve dans une polémique de sa propre initiative

« Oui, nous aimerions voir plus de semi-remorques de trois chambres et d'appartements neufs, mais il y a un grand nombre de propriétés vacantes dans le centre-ville, ce qui est frustrant. »

En 2018, Boyle était l'une des six villes du pays à recevoir 100 000 € dans le cadre du programme pilote d'occupation résidentielle des villes et villages, conçu pour encourager la vie en centre-ville tout en s'attaquant au problème des propriétés vacantes.

« Rien ne s'est produit depuis », a déclaré Nerney, qui estime qu'il y a 30 bâtiments vides à Boyle.

Dans son analyse du « désastre du logement », le Dr Rory Hearn de l’Université de Maynooth a déclaré l’année dernière lors de l’enquête parlementaire anglo-irlandaise sur le logement rural que l’augmentation des logements de courte durée dans les comtés ruraux était l’un des facteurs de la crise.

Kevin Loftus est d'accord. « Il y a 56 logements à Ballina sur Airbnb aujourd'hui et seulement deux logements en location longue durée. Si vous aviez 56 logements disponibles demain matin pour que les gens puissent y vivre, cela aurait un impact énorme sur une ville de 10 000 habitants. Ce serait nouveau lotissement », a-t-il déclaré.

Il partage la frustration de Brian Nerney face à la question des propriétés vacantes, estimant qu'à Ballina, il y a environ 100 maisons à quelques pas du centre-ville. « Le nombre de postes vacants que nous avons à Ballina, compte tenu de la demande, est choquant », a-t-il déclaré.

L'architecte, qui avec d'autres habitants a pour mission de faire de Ballina la ville la plus verte d'Irlande, a déclaré que certaines maisons du centre-ville sont vides parce que les résidents de longue date ont emménagé dans des maisons de retraite tandis que dans d'autres cas « il y a un conflit de propriété ».

On pense également que pendant le boom, de nombreuses personnes sans lien avec Ballina ou Mayo ont acheté certaines de ces propriétés à titre d'investissement et étaient heureuses de les y laisser tant que les prix de l'immobilier continuaient d'augmenter.

« Si votre investissement continue d'augmenter, vous ne pourrez pas l'encaisser », a-t-il déclaré. « Ils n'ont pas l'intérêt, ni peut-être le temps, de venir le louer. Et la taxe sur les logements vacants est si basse que c'en est risible. C'est édenté, et tant que la valeur des propriétés continue d'augmenter, ce n'est pas une incitation. aux propriétaires de résoudre ce problème.

READ  Cadbury met en garde le public contre les escroqueries WhatsApp annonçant du chocolat de Pâques gratuit

Il souligne également que le Conseil du comté de Mayo est propriétaire de certaines propriétés de Pearse Street, la rue principale de Ballina, qui ont été acquises dans le cadre de bons de commande obligatoires pour un projet d'agrandissement du parking qui n'a jamais été mis en œuvre. Une porte-parole a déclaré que le conseil étudiait ses options pour cette partie de Ballina, y compris les unités résidentielles sur la rue Pearse dans le cadre du plan de régénération de la ville.

Mayo GP et ancien TD indépendant Jerry Cowley estime que des choses positives se produisent.

Alors qu'il conduisait, il a vu des preuves de personnes recevant une subvention de régénération de propriétés vacantes de 70 000 € pour des bâtiments abandonnés. « Je vois des preuves de démolitions de maisons », a-t-il déclaré.

Il a déclaré que la force motrice derrière le village de St Brendan à Mulraney, qui offre une gamme d'options de logement aux personnes âgées, était un nouveau développement de 16 logements sociaux en construction là-bas par le conseil de district.

Il est en pourparlers avec les autorités locales au sujet d'un projet de construction de 24 logements supplémentaires pour les personnes âgées dans son village.

« Mulraney va à l'encontre de la tendance, mais c'est grâce à la collaboration et à notre travail tous ensemble. Cela peut déplacer des montagnes. Nous devons faire davantage dans le Mayo et dans toute l'Irlande. »

Le conseil du comté de Mayo a déclaré qu'il développait plusieurs programmes de logements sociaux à travers le comté avec des plans pour un nouveau projet de 50 logements à Westport ainsi que 22 logements à Castlebar, 21 à Kiltimagh et 16 à Mulranny.

Une porte-parole du conseil a déclaré : « Tous ces développements ont été achevés ou sont en train d’être mis en œuvre dans le cadre de l’engagement du conseil en faveur du logement pour tous. »

  • S'abonner à Alertes push Et recevez les meilleures nouvelles, analyses et commentaires directement sur votre téléphone
  • Trouver L'Irish Times sur WhatsApp Et restez à jour
  • Notre podcast est désormais publié quotidiennement dans The News – retrouvez le dernier épisode ici
Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economy

Google demande l’autorisation d’ouvrir un pub à Bolands Mills – The Irish Times

Published

on

Google demande l’autorisation d’ouvrir un pub à Bolands Mills – The Irish Times

La branche irlandaise du géant de l’Internet Google a soumis des plans pour un pub à Dublin 4 – mais ne vous attendez pas à ce que les Googleurs y installent des haut-parleurs de si tôt.

Google Ireland Ltd a soumis au conseil municipal de Dublin des projets visant à modifier l’utilisation autorisée des « commerces de détail, cafés, restaurants et marchés » en « maison publique » au rez-de-chaussée et au sous-sol de l’unité 3 du bâtiment B du campus de Google Bolands Mills. Ringsend Road, Dublin 4.

Le consultant en planification de Google Irlande, John Spain, a déclaré au conseil que la demande avait été déposée « en réponse à l’intérêt actif de l’exploitant de la maison publique et au récent changement apporté à la composition des locations pour contribuer à la combinaison globale de vitalité des utilisations plus larges de Bolands Quay ». « .

L’opérateur du pub n’est pas identifié dans la documentation de la candidature. M. Espagne a déclaré que l’utilisation du bar « contribuerait à l’économie du soir et à l’activité dans la région ».

Dans le rapport de planification de 13 pages, M. Spain a également déclaré que l’utilisation de maisons publiques « contribuera à renforcer la vitalité et l’attractivité du projet global en tant que destination pour les visiteurs ainsi que pour les résidents locaux ».

Il a déclaré que la maison publique proposée « est étroitement alignée sur les utilisations autorisées et fournira une utilisation auxiliaire pour améliorer la viabilité de sa fonction et le développement plus large ».

La superficie totale considérée est de 660 mètres carrés.

READ  Inflation could rise to seven percent as households face a hit with £2k fuel bills | United Kingdom | News

M. Spain a déclaré que le développement plus large de l’ancien campus de Bolands Mills et du 35/35A Barrow Street était en construction et presque terminé.

M. Spain a déclaré que la demande avait été déposée en réponse à l’intérêt d’un locataire potentiel pour l’unité et que l’utilisation proposée d’un logement public « empêcherait également la possibilité que l’unité soit vacante une fois le développement terminé ». Il a déclaré qu’il n’y avait aucun locataire disponible pour occuper l’unité en vertu du permis « commerce de détail, café, restaurant, marché ».

« Le développement est en voie d’achèvement et le demandeur souhaite occuper toutes les utilisations communautaires disponibles lors de l’exploitation et de l’ouverture », a-t-il déclaré.

M. Espagne a également déclaré qu’il n’y avait aucun changement important dans la structure protégée proposée.

Cette commande intervient neuf mois après que Google a officiellement ouvert la première phase du développement de Bolands Mills.

Le bâtiment historique du moulin à farine du complexe a été restauré et adapté pour devenir un espace de collaboration dédié pour Google, qui a acheté les moulins en 2018.

Le conseil devrait rendre sa décision sur la demande de logement public à la fin du mois prochain.

Continue Reading

Economy

Le patron de Ryanair, Michael O’Leary, fera fortune ce Noël grâce à la casquette de passager

Published

on

Le patron de Ryanair, Michael O’Leary, fera fortune ce Noël grâce à la casquette de passager

Qu’on l’aime ou qu’on le déteste, il est difficile de nier que Michael O’Leary, le patron de Ryanair, est un homme d’affaires avisé. Il convient donc de noter que O’Leary, qui envisage un bonus de 108 millions de dollars, est fermement opposé à ce qui serait la prochaine grosse manne financière de la compagnie aérienne à bas prix.

Le PDG de la compagnie aérienne la plus importante d’Europe devrait afficher des revenus plus élevés cet hiver grâce à un plafond de passagers unique au principal aéroport de Ryanair. Mais si vous en croyez O’Leary, c’est clairement la dernière chose qu’il veut.

L’aéroport de Dublin a un plafond annuel de 32 millions de passagers. Le plafond a été mis en place en 2007 pour permettre à l’aéroport d’obtenir un permis de construire pour un deuxième terminal et une extension de son premier terminal.

L’aéroport a demandé l’année dernière au Conseil de Fingal d’étendre ce plafond à 40 millions de passagers. Cependant, le conseil a refusé de demander de plus amples informations en février et a donné six mois à l’aéroport de Dublin pour répondre.

Cela signifie que l’aéroport de Dublin, qui a effectivement atteint son plafond l’année dernière avec 31 908 471 passagers, ne peut pas augmenter le nombre de passagers tant qu’il n’a pas obtenu l’autorisation d’augmenter ce plafond.

Cela signifie également que les prix des vols augmenteront inévitablement à mesure que les passagers se disputeront les sièges.

Un représentant du Conseil Fingal n’a pas immédiatement répondu Chance Demande de commentaire.

« Faites comme des bandits »

O’Leary estime que cela est intenable étant donné que l’aéroport a la capacité d’accueillir 60 millions de passagers par an grâce à une deuxième piste de 300 millions d’euros (324 millions de dollars) qui ouvrira en 2022. Il a également suggéré qu’il faudrait quatre ans pour atteindre le maximum. . est téléchargé.

READ  Frais de stationnement et frais de congestion élevés - comment un voyage dans nos villes peut coûter plus de 100 € aux conducteurs

S’exprimant devant le comité des transports de l’Oireachtas, O’Leary a averti que Ryanair « ressemblerait à des bandits » cet hiver et facturerait jusqu’à 500 € (540 $) pour un aller simple et 1 000 € (1 080 $) pour les vols aller-retour. .

«Je vais faire fortune ce Noël», a déclaré O’Leary, selon plusieurs médias.

En outre, O’Leary a averti qu’à mesure que Ryanair se développe, les bénéfices s’étendront au-delà du siège de la compagnie aérienne à Dublin. Il semble préférer maintenir les tarifs de la compagnie aérienne à un niveau bas et accueillir davantage de passagers.

Bien que la frustration d’O’Leary de recevoir jusqu’à 1 080 dollars de la part de clients défaillants puisse être une aubaine pour les coffres de Ryanair, il existe une autre motivation financière claire pour faire pression pour attirer davantage de passagers.

O’Leary devrait recevoir un bonus de 100 millions d’euros (108 millions de dollars) s’il parvient à maintenir le cours de l’action Ryanair au-dessus de 21 euros pendant 28 jours. J’ai atteint cet objectif brièvement jusqu’en avril mais pas pour le minimum requis. Sauter dans la casquette de passager de Ryanair contribuerait grandement à aider O’Leary à gagner son salaire.

O’Leary a également déploré « quelques Nimby dans le nord du comté de Dublin » en raison de l’opposition locale sous la forme d’un étrange torrent de plaintes concernant le bruit.

L’aéroport de Dublin a reçu plus de 26 000 plaintes concernant le bruit de la part de résidents locaux en 2022, ce qui a exercé des pressions sur le conseil local pour qu’il réprime cette croissance.

READ  Un haut lieu touristique européen souhaite rendre les visiteurs moins ennuyeux pour les habitants en leur faisant acheter des pompes à chaleur et des panneaux solaires pour les écoles de la région.

Cependant, il a été révélé une seule personne Elle était seule responsable de 23 431 de ces plaintes.

Continue Reading

Economy

« J’ai conçu ma maison, de l’agencement jusqu’aux poignées de porte, dans un showroom allemand. »

Published

on

« J’ai conçu ma maison, de l’agencement jusqu’aux poignées de porte, dans un showroom allemand. »

La maison individuelle de cinq chambres de Fiona Roche à Greystones, Co Wicklow, inspirée des vacances au ski en Autriche, est sur le marché pour 1,395 million d’euros

La question sur le prix : 1,395 millions d’euros

Facteur: Sherry Fitzgerald (01) 2874005

Les voyages dans la station de montagne autrichienne de Mayrhofen ont laissé une impression durable sur la pharmacienne Fiona Roche. À tel point que la native de Greystones a décidé de construire une maison inspirée de ses vacances au ski.

La maison individuelle inhabituelle est répartie sur trois étages, totalisant 4 273 pieds carrés avec cinq chambres et trois salles de bains.

La propriété offre une vue sur Greystones.

« J’ai toujours aimé le design austro-allemand – les lucarnes, les grandes fenêtres, la construction robuste. Les maisons sont spacieuses mais accueillantes et disposent de beaucoup de lumière, de garages doubles, de sous-sols et de baies vitrées.

Fiona et son mari d’alors ont rencontré les architectes en 2005 pour concevoir une maison familiale à Graystones. « Nous avions une liste de souhaits : beaucoup de chambres pour une grande famille, de bons équipements, un sauna et de grandes fenêtres à double vitrage. »

« Nous avions une liste de souhaits : beaucoup de chambres pour une famille nombreuse, de bons équipements, un sauna et de grandes fenêtres à double vitrage », explique Fiona.

Elle vit à Greystones depuis son enfance et possède une pharmacie au bas de son allée. « Nous avons acheté le terrain – un verger, juste derrière la pharmacie. Il y a une vue sur Greystones et c’est à seulement 10 minutes à pied de la mer, où je vais nager tous les jours.

Avec sa célèbre promenade sur la falaise et ses plages, Greystones est une destination populaire pour les excursionnistes, les nageurs et les amateurs de cuisine santé avec ses cafés gastronomiques, ses bars, ses restaurants et son port et se trouve à proximité de Dublin et des montagnes de Wicklow.

Fiona Roche affirme que la précision allemande a permis que le projet ait été achevé à temps. Photo : Barbara McCarthy

Une fois le projet terminé, le couple a contacté Hanse Haus, une entreprise allemande qui fabrique des maisons préfabriquées. « C’était l’époque du Celtic Tiger, donc ils avaient des bureaux en Irlande », explique Fiona. « Depuis, ils sont partis mais sont toujours partout en Allemagne.

READ  Les chiffres du recensement de 2022 révèlent que 70 000 ménages dépendent toujours de l'herbe pour se chauffer - The Irish Times

«Une fois que vous avez eu une consultation et décidé que vous souhaitez vous rendre chez Hanse Haus, vous pouvez vous rendre à leur siège en Allemagne et visiter leurs showrooms.

«C’était incroyable. Il y avait environ huit types de maisons ou plus, dont des maisons familiales, des maisons individuelles, des maisons multifamiliales et des petites maisons de conceptions différentes.

La maison individuelle inhabituelle est conçue sur trois étages totalisant 4 273 pieds carrés avec cinq chambres et trois salles de bains.

« Nous avons choisi le revêtement de sol, les luminaires, les chutes à linge, les poignées de porte, chaque finition et chaque couleur. Il vous suffit de parcourir la salle d’exposition et de choisir ce que vous attendez de chacun – et les options sont infinies.

« Nous voulions des puits de lumière, un garage double, beaucoup d’espace, un hall d’entrée lumineux, une cuisine/famille/salle à manger ouverte avec double exposition, des balcons et du rangement.

Fiona était enceinte à ce moment-là, donc un voyage en Allemagne suffisait pour obtenir tout ce que le couple voulait. De retour en Irlande, les bases ont été rapidement posées.

« Toute la planification a été réalisée hors site, donc lorsqu’il s’est agi de le construire, la précision allemande a veillé à ce que le projet soit terminé à temps », explique Fiona.

Le garage double a été aménagé en gym

« Une fois les fondations construites, le tout a été achevé en moins de cinq mois et nous avons emménagé en décembre 2005. »

« Les constructeurs étaient fiers du bâtiment. Ils portaient toujours des couvre-chaussures. Il n’y avait pas un seul déchet ni journal sur le sol. Ils traitaient la maison avec beaucoup de respect. »

READ  Inflation could rise to seven percent as households face a hit with £2k fuel bills | United Kingdom | News

« Différentes équipes sont venues dans différentes parties de la maison et sont restées sur place. La finition est phénoménale. Nous n’avons jamais eu de problème avec quoi que ce soit. Nous en sommes satisfaits à 100 %. »

Le fils de Fiona, âgé de 19 ans, est né au milieu d’un projet de construction, elle s’est donc dirigée directement de l’hôpital vers la nouvelle maison. La chambre principale est située à l’étage et elle a créé une chambre de bébé à partir de ce qui est maintenant son dressing.

Une des cinq chambres

« Avoir un bébé et construire une maison en même temps devrait être stressant, mais ce n’est vraiment pas le cas. »

Fiona dit que l’une des caractéristiques les plus importantes de la maison est l’isolation. « Les fenêtres Velux changent la donne. »

En Allemagne, les fenêtres s’ouvrent vers l’intérieur, ce qui facilite leur nettoyage et comme elles sont toutes en double vitrage, la maison est chaleureuse et insonorisée.

« Nous avons un chauffage au sol et une bonne isolation, donc les coûts de chauffage sont faibles. L’endroit se réchauffe également rapidement et n’a besoin d’être chauffé qu’entre novembre et mars. Il y a une chaudière à gaz à chaque étage et chaque étage a son propre thermostat et sa boîte à fusibles. pour l’électricité générale.

Fiona aime les trois étages de la maison. Au niveau de l’entrée, après avoir monté les escaliers extérieurs, il y a un salon, une cuisine et des balcons.

« C’est une grande maison, mais on ne se sent pas dépassé par sa taille. C’est très gérable. En Allemagne, il n’existe pas de bonne pièce. Ils utilisent chaque pièce. Alors je me déplace beaucoup dans la maison. »

READ  Les vols au départ de l'aéroport de Dublin fonctionnent bien

Fiona aime les trois étages de la maison. Au niveau de l’entrée, après avoir monté les escaliers extérieurs, il y a un salon, une cuisine et des balcons.

« Il y en a deux au premier étage – une avec une orientation est et une avec une orientation sud. À côté de la cuisine se trouve un grand garde-manger avec son propre casier et une chute à linge. »

Les murs sont présentés dans le coin cuisine. À l’étage se trouve ce que Fiona appelle la « pièce de résistance » : le salon à la façade vitrée avec de hauts plafonds voûtés avec un mélange de fenêtres du sol au plafond et de fenêtres à battants qui laissent passer la lumière naturelle. Son fils y joue du piano et c’est là que se trouve chaque année un grand sapin de Noël.

salle de sejour

La suite parentale est située à l’arrière de ce niveau. « J’adore pouvoir voir le port depuis mon lit et admirer le lever du soleil. On ne se lasse jamais. »

L’étage dispose également d’une luxueuse salle de bains avec douche à l’italienne, baignoire jacuzzi, dressings pour elle et lui et lavabos.

Au rez-de-chaussée il y a un garage double que son fils a transformé en salle de sport. « L’arrière de la maison comprend un bureau à domicile, une chambre d’amis, un espace de vie supplémentaire, une salle de douche complète, un sauna et un jacuzzi à l’extérieur – c’est génial à cette période de l’année. Nous adorons recevoir. »

La salle de bain attenante est à côté de la chambre principale

Il y a des arbres et un jardin de chaque côté, et Fiona est fière de la cour qu’elle a créée devant la maison, où elle aime lire un livre. Le jardin en terrasse à l’arrière de la maison offre beaucoup d’intimité.

« Nous sommes ici depuis 19 ans et nous adorons ça », dit-elle. Après s’être séparée de son mari, Fiona dit que la maison est trop grande pour elle et son fils. « Nous pensions avoir plus d’enfants, alors nous avons construit une maison avec cinq chambres, dont nous n’avions pas besoin. Nous avons vécu beaucoup d’événements ici, comme le mariage de mon frère et de nombreuses visites familiales, mais il est temps de le faire. passez.

« Je veux qu’une autre famille en profite. Il n’y a pas d’urgence à vendre, mais il y a eu beaucoup d’intérêt, simplement parce que c’est si bien construit et c’est un endroit tellement incroyable. Nous achèterons bientôt quelque chose de plus petit – ou peut-être quelque chose à Mayrhofen. « .

Sherry Fitzgerald recherche 1,395 million d’euros pour racheter Treetops.

Continue Reading

Trending

Copyright © 2023