Connect with us

Economy

« Je pensais qu'il était illogique de payer plus pour une propriété à Ballina qu'à Rotterdam » – The Irish Times

Published

on

« Je pensais qu'il était illogique de payer plus pour une propriété à Ballina qu'à Rotterdam » – The Irish Times

Kevin Loftus n'aurait jamais pensé que lorsqu'il retournerait vivre dans sa Ballina natale à l'âge de 30 ans en juin 2021, il aurait du mal à trouver un logement. Mais l'architecte et co-fondateur de Ballina Green Town se retrouve, après 14 ans d'études et de travail à travers le monde, à faire partie de la génération coincée chez elle.

« Ce fut une bonne expérience de revenir », a insisté Loftus, qui s'est retrouvé parmi une vague de contemporains revenant de Dublin et d'ailleurs, poussés par les opportunités offertes par le travail à distance et réévaluant leur mode de vie lié à la pandémie.

«Beaucoup de mes amis revenaient aussi», a déclaré le fondateur d'ACT (Accelerating Change Together), un groupe de parties intéressées dont l'objectif professionnel est de rendre l'environnement bâti plus durable.

Il s'est félicité de toutes les initiatives communautaires positives de la ville visant à rendre le lieu plus attrayant et durable, et a été surpris par le manque d'options de location disponibles, notamment pour les personnes seules. Il a également été choqué par les loyers élevés, puisqu'il payait auparavant 400 € par mois pour un studio à Rotterdam.

« Je pensais que cela n'avait pas de sens de payer plus pour une propriété à Ballina qu'à Rotterdam, qui est une deuxième ville et un endroit très animé. »

N'importe quelle unité pour célibataires à Ballina coûte entre 600 et 700 € mais est difficile à trouver, et Loftus s'est retrouvé avec ses parents « en revenant à la dynamique familiale de l'époque où j'avais 18 ans », mais il se sent chanceux d'avoir cette option. Il vit désormais dans une colocation, heureux d'avoir un loyer raisonnable selon les standards de Ballina mais bien supérieur aux prix de Rotterdam, et sait que ses chances d'acheter une maison sont quasi inexistantes et que le stock disponible est très limité.

Il dit que de nombreux anciens camarades d’école, qui comme lui sont rentrés chez eux après le confinement, sont déjà partis en raison de la crise du logement.

D’autres personnes sans lien avec la ville, attirées « pendant le Covid » par les loyers, bien moins chers qu’à Dublin et dans d’autres villes, ont également fait leurs valises.

« Ils travaillaient à distance et il était logique d'être à la campagne, mais comme les loyers ici étaient si élevés, ils ne pouvaient pas justifier de rester. »

READ  Plus de 6 milliards de livres sterling de relance économique plafonnant le week-end du Jubilé au Royaume-Uni

À l'heure actuelle, selon Loftus, un appartement d'une chambre est disponible à la location dans le quartier pour un peu moins de 900 € par mois. « C'est un scandale », a-t-il déclaré.

La semaine dernière, l'agent immobilier Sherri Fitzgerald a publié une étude soulignant une fois de plus la « grave pénurie » de logements disponibles à l'échelle nationale, mais attirant particulièrement l'attention sur la situation désastreuse dans les comtés ruraux de l'Ouest. Le parc de logements a chuté de plus de 55 pour cent en quatre ans dans des comtés tels que Roscommon, Mayo, Sligo, Kerry et Westmeath, selon la dernière analyse.

Mike Smith, un agent immobilier basé à Boyle, n'a pas été surpris par ce chiffre.

« Il y a peu ou pas de construction en cours en ce moment. C'est une question d'économie de base : l'offre est faible et la demande est élevée.  » Cela s'est traduit par une forte hausse des prix.

« Les prix des appartements semi-standard de trois chambres comme Boyle sont passés à 230 000 ou 240 000 euros, contre 160 000 ou 165 000 euros il y a 18 mois », a déclaré Smith.

Les cottages standards à la campagne sur un acre ou un demi-acre « peuvent aller de 250 000 € à 300 000 € et plus maintenant, là où ils étaient de 150 000 € à 160 000 € » il y a quelques années, a-t-il déclaré.

Les options pour ceux qui souhaitent louer ou acheter sont si rares que son entreprise compte désormais environ 100 personnes sur une liste d'attente dans l'espoir d'être rappelées, mais la plupart seront déçues.

« Si vous mettez quelque chose en ligne à louer, vous obtiendrez 50 à 60 réponses du jour au lendemain », a déclaré Smith. « Nous sommes désormais enthousiastes lorsque nous mettons en vente des propriétés, et non lorsque nous les vendons. »

Brian Nerney, propriétaire de Spool Factory, un centre de coworking à Boyle, donne un aperçu de la pénurie de logements localement. Beaucoup de ses clients sont des entreprises relativement nouvelles, offrant des perspectives de carrière intéressantes, mais qui ne trouvent pas de logement pour leurs employés potentiels.

« Nous constatons qu'il n'y a pas de problème de logement car il y a un certain nombre de propriétés vacantes qui ne sont pas utilisées », a déclaré Nerney.

READ  Les automobilistes peuvent sauter la liste d'attente du NCT pendant six mois s'ils demandent un test

« Oui, nous aimerions voir plus de semi-remorques de trois chambres et d'appartements neufs, mais il y a un grand nombre de propriétés vacantes dans le centre-ville, ce qui est frustrant. »

En 2018, Boyle était l'une des six villes du pays à recevoir 100 000 € dans le cadre du programme pilote d'occupation résidentielle des villes et villages, conçu pour encourager la vie en centre-ville tout en s'attaquant au problème des propriétés vacantes.

« Rien ne s'est produit depuis », a déclaré Nerney, qui estime qu'il y a 30 bâtiments vides à Boyle.

Dans son analyse du « désastre du logement », le Dr Rory Hearn de l’Université de Maynooth a déclaré l’année dernière lors de l’enquête parlementaire anglo-irlandaise sur le logement rural que l’augmentation des logements de courte durée dans les comtés ruraux était l’un des facteurs de la crise.

Kevin Loftus est d'accord. « Il y a 56 logements à Ballina sur Airbnb aujourd'hui et seulement deux logements en location longue durée. Si vous aviez 56 logements disponibles demain matin pour que les gens puissent y vivre, cela aurait un impact énorme sur une ville de 10 000 habitants. Ce serait nouveau lotissement », a-t-il déclaré.

Il partage la frustration de Brian Nerney face à la question des propriétés vacantes, estimant qu'à Ballina, il y a environ 100 maisons à quelques pas du centre-ville. « Le nombre de postes vacants que nous avons à Ballina, compte tenu de la demande, est choquant », a-t-il déclaré.

L'architecte, qui avec d'autres habitants a pour mission de faire de Ballina la ville la plus verte d'Irlande, a déclaré que certaines maisons du centre-ville sont vides parce que les résidents de longue date ont emménagé dans des maisons de retraite tandis que dans d'autres cas « il y a un conflit de propriété ».

On pense également que pendant le boom, de nombreuses personnes sans lien avec Ballina ou Mayo ont acheté certaines de ces propriétés à titre d'investissement et étaient heureuses de les y laisser tant que les prix de l'immobilier continuaient d'augmenter.

« Si votre investissement continue d'augmenter, vous ne pourrez pas l'encaisser », a-t-il déclaré. « Ils n'ont pas l'intérêt, ni peut-être le temps, de venir le louer. Et la taxe sur les logements vacants est si basse que c'en est risible. C'est édenté, et tant que la valeur des propriétés continue d'augmenter, ce n'est pas une incitation. aux propriétaires de résoudre ce problème.

READ  Hospitality groups express disappointment at the end of the reduced value-added tax rate next August

Il souligne également que le Conseil du comté de Mayo est propriétaire de certaines propriétés de Pearse Street, la rue principale de Ballina, qui ont été acquises dans le cadre de bons de commande obligatoires pour un projet d'agrandissement du parking qui n'a jamais été mis en œuvre. Une porte-parole a déclaré que le conseil étudiait ses options pour cette partie de Ballina, y compris les unités résidentielles sur la rue Pearse dans le cadre du plan de régénération de la ville.

Mayo GP et ancien TD indépendant Jerry Cowley estime que des choses positives se produisent.

Alors qu'il conduisait, il a vu des preuves de personnes recevant une subvention de régénération de propriétés vacantes de 70 000 € pour des bâtiments abandonnés. « Je vois des preuves de démolitions de maisons », a-t-il déclaré.

Il a déclaré que la force motrice derrière le village de St Brendan à Mulraney, qui offre une gamme d'options de logement aux personnes âgées, était un nouveau développement de 16 logements sociaux en construction là-bas par le conseil de district.

Il est en pourparlers avec les autorités locales au sujet d'un projet de construction de 24 logements supplémentaires pour les personnes âgées dans son village.

« Mulraney va à l'encontre de la tendance, mais c'est grâce à la collaboration et à notre travail tous ensemble. Cela peut déplacer des montagnes. Nous devons faire davantage dans le Mayo et dans toute l'Irlande. »

Le conseil du comté de Mayo a déclaré qu'il développait plusieurs programmes de logements sociaux à travers le comté avec des plans pour un nouveau projet de 50 logements à Westport ainsi que 22 logements à Castlebar, 21 à Kiltimagh et 16 à Mulranny.

Une porte-parole du conseil a déclaré : « Tous ces développements ont été achevés ou sont en train d’être mis en œuvre dans le cadre de l’engagement du conseil en faveur du logement pour tous. »

  • S'abonner à Alertes push Et recevez les meilleures nouvelles, analyses et commentaires directement sur votre téléphone
  • Trouver L'Irish Times sur WhatsApp Et restez à jour
  • Notre podcast est désormais publié quotidiennement dans The News – retrouvez le dernier épisode ici
Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economy

Les patrons de Don ont été avertis des responsabilités liées à une nouvelle politique relative aux préparations pour nourrissons, après qu'un bébé soit tombé malade

Published

on

Les patrons de Don ont été avertis des responsabilités liées à une nouvelle politique relative aux préparations pour nourrissons, après qu'un bébé soit tombé malade

Les responsables des magasins DUNNES à travers l'Irlande ont été informés de leurs responsabilités dans le cadre d'une nouvelle politique de « Vérification de la date des préparations pour nourrissons », en vigueur depuis mardi.

La nouvelle politique intervient après que le HSE et la FSAI ont lancé une enquête sur la façon dont les préparations pour nourrissons périmées ont été vendues dans une succursale d'un supermarché de Dunnes.

La FSAI enquête sur les plaintes concernant la consommation par des nourrissons de préparations pour nourrissons périmées. Elle a déclaré qu'elle était au courant d'une plainte concernant un magasin Dunnes identifié où l'on achetait des préparations périmées. Le bébé qui en a mangé est tombé malade plus tard.

Désormais, Duns a envoyé aux responsables un document complet décrivant comment tous les aliments et préparations pour bébés présents sur les étagères seront inspectés « chaque semaine » jusqu'à nouvel ordre.

Le document, qu'il a examiné le magazine, Il affirme que Dunnes se concentrera désormais « sur la politique de vérification des antécédents des préparations pour nourrissons et des aliments ». Sous une section intitulée « Je suis le gérant du magasin », le document indique :

  • «Je suis responsable de m'assurer que tous les aliments pour bébés et préparations pour nourrissons vendus dans mon magasin sont à leur meilleur avant la date prévue.
  • « Tous les contrôles des préparations pour nourrissons et des aliments pour bébés sont effectués le lundi de chaque semaine. [Republic of Ireland / Northern Ireland] magasin. Ils doivent être complétés tous les jours sans exception.
  • « Je rencontre les membres de l'équipe [carrying out date checks] Une fois terminé. Je leur ai demandé s'ils avaient trouvé des préparations pour nourrissons ou des produits alimentaires pour bébés dont la date de péremption était inférieure à quatre semaines et enregistrés comme déchets. Ce produit doit être ouvert et son contenu vidé à la poubelle.
  • «Je confirme le résultat du contrôle hebdomadaire du lait maternisé et vérifie les bons antécédents du bébé au plus tard 24 heures après le rendez-vous hebdomadaire en envoyant un email.»
READ  Visitez la grande et luxueuse maison Foxrock désormais sur le marché pour 6,75 millions d'euros

Le document décrit également des instructions détaillées pour l’employé qui servira de « vérificateur de dates ».

Il stipule que toutes les préparations pour nourrissons et produits alimentaires laissés sur les étagères doivent avoir une date de péremption au moins quatre semaines avant la date actuelle.

Le document indique que ces produits ne doivent jamais être placés dans la section réduite vers la section claire.

Il stipule que les employés doivent vérifier « derrière les étagères et sous les étagères pour s’assurer qu’aucun produit n’est tombé des étagères ».

Cet employé devra également inspecter toutes les préparations pour nourrissons et produits alimentaires présents dans le magasin.

Les responsables de la santé environnementale du HSE sont également impliqués dans l’enquête en cours. Le HSE a déclaré que cette affaire étant en cours, il ne pouvait pas faire de commentaires supplémentaires.

Les préparations pour nourrissons périmées perdent leur valeur nutritionnelle, ce qui peut empêcher les bébés de consommer suffisamment de calories ou de nutriments. Les pédiatres ont prévenu que les préparations très anciennes peuvent contenir des bactéries nocives dans certains cas.

La FSAI n'a pas précisé depuis combien de temps le lait maternisé avait expiré en lien avec ces plaintes et n'a pas pu confirmer si la maladie était liée à la consommation du lait maternisé. le magazine Dunnes Stores a été contacté pour commentaires.

Continue Reading

Economy

Elon Musk a intenté une action en justice contre OpenAI pour avoir « trahi » la mission fondatrice de l'entreprise au nom du profit

Published

on

Elon Musk a intenté une action en justice contre OpenAI pour avoir « trahi » la mission fondatrice de l'entreprise au nom du profit

Elon Musk a intenté une action en justice contre OpenAI, la société d'intelligence artificielle qu'il a contribué à fonder en 2015, accusant ses dirigeants de « trahir » sa mission fondatrice.

Le milliardaire, qui a quitté OpenAI en 2018, a fait valoir dans des documents déposés jeudi soir devant un tribunal de San Francisco que l'entreprise avait toujours été destinée à être une entité à but non lucratif.

Mais il a déclaré que les récents changements au sein du conseil d'administration signifiaient qu'OpenAI était désormais une filiale du géant du logiciel Microsoft, arguant qu'il s'agissait d'une rupture de contrat.

Musk a accusé Microsoft de contrôler OpenAI à plusieurs reprises, les deux sociétés ayant nié ces allégations.

Les régulateurs antitrust aux États-Unis et en Europe enquêtent également sur les relations entre les entreprises.

Microsoft, dont l'adoption de l'intelligence artificielle en a fait la plus grande entreprise mondiale en termes de valeur marchande, a refusé de commenter.

OpenAI a captivé l'imagination du public fin 2022 avec la sortie de son chatbot ChatGPT, qui peut créer des poèmes, des essais et même réussir des examens.

L’entreprise a également développé des outils de création d’images et de vidéos considérés comme pionniers dans leur domaine.

Le succès de ses produits a contribué à attirer d’énormes investissements dans l’intelligence artificielle, qui, selon ses partisans, pourrait transformer tous les aspects de la vie humaine.

Microsoft, un investisseur majeur dans OpenAI depuis 2019, a injecté des milliards supplémentaires dans l'entreprise l'année dernière.

Le géant du logiciel est intervenu lorsque le conseil d'administration d'OpenAI a licencié le PDG Sam Altman en novembre de l'année dernière, l'embauchant et proposant de loger tout employé mécontent de son licenciement.

READ  Hero Costa, employé du café, a su comment réagir après avoir vu des scènes troublantes à l'extérieur

Le conseil d'administration d'OpenAI a ensuite reculé, Altman a été réintégré et Microsoft a obtenu un siège d'observateur au conseil d'administration après avoir destitué les membres qui avaient critiqué Altman.

Le procès de Musk affirme que le changement constitue une violation de l'accord fondateur d'OpenAI, le décrivant comme une série de communications écrites entre Musk et Altman et le certificat de constitution de la société.

Selon le procès, Musk a servi de « force motrice derrière la création d’OpenAI », fournissant un financement essentiel pour faire décoller la startup à but non lucratif et embaucher du personnel clé.

« Les événements de novembre dernier sont très connus. Il ne me semble pas que ce qui s'est passé constitue une violation flagrante des accords », a déclaré Anupam Chander, professeur de droit au centre de droit de l'université de Georgetown.

« Des répercussions catastrophiques »

OpenAI a commencé sa vie en tant qu'organisation à but non lucratif dédiée au développement de « l'intelligence générale artificielle » (AGI), un terme vaguement défini comme un type d'intelligence artificielle qui dépasserait les capacités humaines sur toutes les mesures d'intelligence.

L’idée était qu’OpenAI garantisse que cette technologie serait sans danger pour l’humanité.

Le dossier juridique de Musk indique que ce principe fondateur a été « renversé », accusant OpenAI de continuer à garder le secret « vers un avenir centré sur le profit avec des conséquences potentiellement catastrophiques pour l'humanité ».

Entre autres allégations, le procès de Musk affirme que GPT-4, le modèle actuel de l'entreprise, est AGI et que le conseil d'administration d'OpenAI a manqué à son devoir de signaler le fait, comme indiqué dans la mission de l'entreprise.

READ  Visitez la grande et luxueuse maison Foxrock désormais sur le marché pour 6,75 millions d'euros

Les changements apportés à OpenAI en 2023 constituaient « une trahison flagrante de l’accord fondateur, bouleversant cet accord et subvertissant la mission d’OpenAI Inc », indique le dossier.

Si la question est : ont-ils dévié de ce qu’ils ont déclaré être leur mission ? « Je dirais clairement oui », a déclaré Nicholas Guggenberger, professeur agrégé de droit au Law Center de l'Université de Houston.

« Mais cela ne constitue pas nécessairement un motif suffisant pour intenter une action en justice par quelqu'un qui ne fait plus partie du projet. »

Le procès note qu’OpenAI prétend toujours rechercher une intelligence artificielle générale qui « profite à toute l’humanité ».

« Cependant, en réalité, OpenAI Inc est devenue de facto une filiale fermée de la plus grande entreprise technologique au monde : Microsoft. »

Musk demande au tribunal de forcer les dirigeants d'OpenAI à rendre leurs recherches ouvertes au public et de les empêcher – ou Microsoft – de tirer profit de cette technologie.

Depuis qu’il a quitté OpenAI, Musk a rejoint le chœur des critiques avertissant que la superintelligence pourrait signifier la fin de l’humanité.

Il a également lancé l’année dernière sa propre société d’intelligence artificielle, xAI, et a déclaré vouloir lever 1 milliard de dollars auprès d’investisseurs.

OpenAI et Microsoft sont également poursuivis en justice par quatre agences de presse. The Intercept, Raw Story et AlterNet ont déposé des poursuites distinctes contre OpenAI le mois dernier, alléguant une violation du droit d'auteur.

Le New York Times a également allégué une violation du droit d'auteur dans son procès contre OpenAI et Microsoft.

© Agence France-Presse 2024

Continue Reading

Economy

Le Dr PJ Matthews démissionne du conseil d'administration de RTÉ alors que Mary Hurley nomme un nouveau directeur financier

Published

on

Le Dr PJ Matthews démissionne du conseil d'administration de RTÉ alors que Mary Hurley nomme un nouveau directeur financier

La décision du Dr PJ Matthews de démissionner pour des raisons professionnelles a été annoncée ce matin lors de la réunion du conseil d'administration.

Cela fait suite à la démission du président Siún Ní Raghallaigh la semaine dernière.

Mme Martin a déclaré dans un communiqué qu'elle avait eu une « réunion positive et tournée vers l'avenir » avec le conseil d'administration et qu'elle reconnaissait leur engagement « pendant huit mois très difficiles ».

« Les membres du conseil d'administration m'ont tenu informé du travail important, au niveau du conseil d'administration et dans toute l'organisation, en relation avec la nouvelle stratégie de RTÉ et les réformes qui ont été mises en œuvre », a-t-elle déclaré.

« J'ai reconnu le dévouement et l'engagement dont a fait preuve l'ancien président à cet égard. J'ai également exprimé mon appréciation pour la contribution du Dr PJ Mathews, qui m'a informé de sa décision, pour des raisons professionnelles, de démissionner du Conseil d'administration.

« J'ai assuré le Conseil que mon objectif immédiat était de nommer très prochainement un nouveau président et des membres supplémentaires afin de garantir que le Conseil soit en mesure de poursuivre son travail important. J'ai également donné l'assurance de mon engagement absolu envers la décision du gouvernement concernant un nouveau et modèle de financement durable d’ici l’été.

Pendant ce temps, Mary Hurley a été nommée nouvelle directrice financière de RTÉ. Elle succède à Richard Collins, qui a démissionné de son poste en octobre.

L'actualité du jour en 90 secondes – 1er mars

Mme Hurley a auparavant occupé des postes de directrice financière chez AA Ireland, l'opérateur de loterie nationale Premier Lotteries Ireland, Hostelworld Group et l'agent immobilier Sherry Fitzgerald.

READ  Ouverture d'une société de courtage hypothécaire pour les entrepreneurs à Cork

Elle s'est dite ravie de rejoindre RTÉ à un « moment critique pour l'organisation et l'avenir des médias publics en Irlande ».

« J'ai hâte de travailler avec le directeur général, le conseil d'administration de RTÉ, le comité d'audit et des risques et l'équipe financière pour développer la stratégie financière de RTÉ et d'apporter mon expérience dans la direction et la mise en œuvre réussies de programmes de changement et de transformation à RTÉ, conformément à son identité unique. valeurs et engagements envers la fonction publique.

Mme Hurley est diplômée de l'University College Cork et a suivi le programme de gestion exécutive de la Harvard Business School.

Elle occupe actuellement le poste de directrice non exécutive de la National Asset Management Agency (NAMA) et a occupé le même poste au sein de la société de distribution d'eau Ervia jusqu'en août 2021.

Mme Hurley a également été présidente du comité d'audit et des risques et présidente des comités de crédit et de rémunération chez Nama et Ervia.

Kevin Buckhurst, directeur général de RTÉ, a déclaré : « Mary est une directrice financière très expérimentée possédant une vaste expérience dans la définition et la conduite de l'orientation stratégique d'entreprises mondiales. »

« La vaste expérience de Mary en finance d’entreprise signifie qu’elle est compétente pour intégrer une gouvernance et des contrôles solides dans les entreprises réglementées.

« Ses réalisations avérées dans le développement de systèmes visant à renforcer la gouvernance, les processus de suivi et la fourniture de rapports réguliers s'alignent fortement sur la mission renouvelée de RTÉ en matière de transparence, de responsabilité et de bonne gouvernance.

READ  Mystère à l'aéroport de Dublin lorsque « Le Grand Maître » atterrit dans un avion privé de 11 millions d'euros

Mme Hurley prendra ses nouvelles fonctions au sein du diffuseur à la fin de l'été. Sa nomination fait suite à d'autres nouvelles nominations au sein de l'équipe de direction de RTÉ, notamment le directeur commercial Gavin Deans et le directeur juridique Daniel Coady.

Continue Reading

Trending

Copyright © 2023