novembre 27, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Les chiffres montrent que la France est parmi les lieux de travail les plus dangereux de l’Union européenne

émis en :

La France a le plus grand nombre d’accidents du travail au sein de l’Union européenne et le deuxième plus grand nombre d’accidents mortels. Les chiffres ont été publiés une semaine avant la réunion de l’Organisation internationale du travail, qui s’ouvre lundi.

Selon les chiffres publiés par l’Observatoire des statistiques de l’Union européenne Eurostat Ce mois-ci, en 2020, il y a eu 2,7 millions d’accidents non mortels entraînant au moins quatre jours calendaires d’arrêt de travail et 3 355 accidents mortels dans l’ensemble de l’Union.

Il y a eu 1 444 accidents non mortels pour 100 000 salariés dans l’Union européenne. La Roumanie et la Bulgarie avaient le nombre le plus bas, la France et le Danemark ayant les 2 500 pour 100 000 les plus élevés.

Mais l’agence note que le faible taux d’incidence « peut refléter un problème de sous-déclaration » tandis que le taux élevé pourrait être plus conforme au nombre réel, car des pays comme le Danemark et la France ont « des systèmes de déclaration/reconnaissance bien établis ».

Accidents non mortels UE 2020 selon Eurostat. ©Eurostat

accidents mortels

Au total, 3 355 employés de l’UE ont trouvé la mort dans une situation liée au travail en 2020. Il s’agit d’une légère diminution par rapport à l’année précédente, mais cela peut s’expliquer par l’impact de la pandémie de Covid qui a contraint de larges pans de la main-d’œuvre de l’UE à rester . Chez soi.

La France maintient des chiffres importants en matière d’accidents mortels. En chiffres absolus, 541 personnes sont décédées alors qu’elles travaillaient pour des entreprises en France. La France est juste derrière l’Italie, avec 776 victimes, suivie de l’Espagne (392) et de l’Allemagne (371).

Des ouvriers évaluent les dégâts après l'effondrement d'un échafaudage de construction en raison de vents violents dans le 17e arrondissement de Paris le 3 janvier 2018, lorsque la tempête Eleanor a frappé le nord de la France.
Des ouvriers évaluent les dégâts après l’effondrement d’un échafaudage de construction en raison de vents violents dans le 17e arrondissement de Paris le 3 janvier 2018, lorsque la tempête Eleanor a frappé le nord de la France. Stéphane de Sakutin / Agence France-Presse

Les chiffres reflètent la taille des quatre pays les plus peuplés de l’Union européenne. Mais en ce qui concerne le taux d’infection, Chypre semble être le pays le plus dangereux pour travailler, avec environ 4,5 décès pour 100 000 travailleurs, suivi de la Bulgarie (3,8) et de l’Italie (3,5). Mais avec un taux d’incidence de 2,5 décès pour 100 000 travailleurs, la France se situe toujours bien au-dessus de la moyenne européenne de 1,8.

READ  Bouledogue français pris au propriétaire d'une arme à feu à Hollywood - NBC Los Angeles

Selon l’agence, plus d’un cinquième des accidents mortels du travail dans l’Union européenne surviennent dans le secteur de la construction.

Le taux de mortalité annuel est élevé

fédération européenne des syndicatsc’est d’accord), qui comprend des membres de la plupart des syndicats basés dans l’UE, a publié son propre rapport le 28 octobre, concluant que « les décès au travail continueront de nuire à l’Europe pendant près d’une décennie de plus que prévu ». des États membres.

Les projections basées sur les recherches de la CES indiquent que « les accidents du travail mortels devraient maintenant se poursuivre jusqu’en 2062 sur la base du taux actuel – sept ans de plus que prévu ».

Ce retard intervient après une augmentation du nombre annuel de décès au travail dans 12 pays entre 2019 et 2020, notamment en Italie (+285), en Espagne (+45) et au Portugal (+27).

iTok, soutenu par des lobbyistes tels que Industrie Il vise à éliminer complètement les décès liés au travail et a publié en mai la déclaration « Zéro mort au travail.  »

Pessimiste

En général, la CES est très pessimiste quant à l’atteinte des objectifs énoncés dans sa déclaration. Selon les prévisions publiées vendredi dernier, « les décès sur le lieu de travail devraient se poursuivre au siècle prochain en Italie comme en Hongrie ».

Pour la France et l’Espagne, les perspectives sont encore plus dures : « Selon les tendances actuelles, les décès au travail ne seront jamais éliminés » dans ces deux pays de l’UE, selon le rapport.

Eatock prévoit que « 25 166 décès supplémentaires sur le lieu de travail » peuvent être attendus dans toute l’Europe entre 2021 et 2029 « si les accidents mortels se poursuivent au même rythme qu’au cours de la dernière décennie ».

READ  Explorez les champs de bataille de la Première Guerre mondiale au siège de War Graves près d'Arras, dans le nord de la France

Droits fondamentaux

Les rapports de la CES et de l’UE sur les accidents du travail ont été publiés il y a une semaine réunion principale Organisation internationale du travail (OIT) à Genève, qui se déroulera du 31 octobre au 10 novembre.

plus tôt cette année, L’Organisation internationale du travail est reconnue « Un environnement de travail sûr et sain » comme « principe fondamental et droit au travail » et a identifié deux accords majeurs liés à la sécurité au travail comme « essentiels » pour l’organisation.