Affaire Bretons Magazine : alors, Monsieur Hutin, erreurs d’impression ou cris d’orfraie sur une Une qui dérange ?

20

image003On peut désormais parler d’affaire “Bretons Magazine” avec le retrait de la vente, sans délai !, demandé par la direction de Ouest-France.

Depuis quelques jours, les lecteurs de Bretons Magazine sont en quête de leur mensuel introuvable en dépôt de presse. Avec une Une qui titrait sur l’indépendance de la Bretagne, beaucoup se demandent si la liberté de la presse n’aurait pas vécu ses dernières heures dans notre pays.

D’après plusieurs sources internes au premier quotidien de France, François-Régis Hutin, le PDG de Ouest-France, se serait ému d’un titre à la Une : «18% de Bretons pour l’indépendance», et aurait demandé lui même le retrait du numéro. Les journalistes râlent dans les couloirs. De leur côté, les syndicats du quotidien se disent consternés d’une telle atteinte à la liberté.

A Bretons Magazine, l’embarras est certain. On imagine assez bien que la situation n’est pas facile, pris entre le feu de lecteurs épris de liberté et la réalité de la distribution de la presse écrite aujourd’hui. Bretons nous avait habitué à une certaine liberté de ton. Espérons que l’épisode actuel ne le privera pas de cette denrée rare. Didier Le Corre nous le confirme à nouveau ce matin, une nouvelle impression du Bretons Magazine devrait être disponible dans tous les points presse dès le premier février, avec un nouveau titre pour la Une, et quelques fautes de frappe en moins. Le contenu devrait être identique à la première édition. Chez l’imprimeur Calligraphy Print à Châteaubourg, on ignore tout des problèmes d’impression et on nous renvoie vers Bretons Magazine.

Contacté par nos soins, Monsieur Hutin n’a pas encore répondu à nos questions.
Alors, Monsieur Hutin, erreurs d’impression ou cris d’orfraie sur une Une qui dérange ?

Dormez bien et rêvez … d’indépendance !

20 Commentaires

  1. Merci et grand respect à Madame la Présidente et fondatrice de GUESS pour son soutien à la Bretagne et à la liberté de la presse, de ce pseudo Pays nommé la France, des USA !!!
    3 fois sur Facebook
    Amicalement
    Mikael Roparzh Coraud

  2. Si je comprends bien Le Corre, fondateur de Bretons, est allé à Canossa, je veux dire faire acte de repentance devant son patron, M. Hutin.
    Ainsi, les choses sont claires, pas la peine de raconter des salades. Dura lex sed lex.

  3. Concernant les 20 questions sur St Nazaire on est trop souvent dans les clichés et on ne critique surtout pas la gestion municipale du maire JG Batteux avec commentaires élogieux du responsable de la rédaction locale de OF. Les 2 seules personnes dites de référence dans ce questionnaire sont liées par leur emploi à la Ville … pourtant les bons connaisseurs de la ville sont un bon nombre sur Sant-Nazer mais pas dans la ligne de l’histoire officielle

  4. J’ai lu l’article de Didier Le Corre, si c’est- cela qui dérange ? et qui exactement ? l’état qui subventionne OF ? eh bien il ne leur en faut pas beaucoup.. je suis curieuse de voir le changement au niveau du texte très curieuse…
    Franchement, heureusement que le ridicule ne tue pas !

  5. L’article est bien trop indulgent pour le directeur de publication, Didier Corre, qui montre là à quel point il n’a pas l’étoffe pour le job. Cette censure de type stalinienne, si énorme qu’elle est impensable dans aucune démocratie moderne, devrait logiquement aboutir non seulement à des plaintes contre Ouest France mais encore à la démission sur-le-champ de Didier Corre dont la crédibilité est tout simplement ruinée.

    Inutile de tergiverser : le titre étant modifié, c’est bel et bien un acte de censure politique. C’est grave et cela en dit long sur la presse, sur ceux qui la font, sur l’état mais aussi sur l’exigence bien modeste des lecteurs. Une telle chose en Angleterre signifierait la mort professionnel des intéressés.

    • Entièrement d’accord….Histoire totalement lamentable….En ce qui concerne le Ouest-France du Hutin, ne pas oublier sa responsabilité dans la paydeloirisation de la Loire-Atlantique….

  6. Nous voilà au cœur du problème de notre Bretagne : Paris a peur de “sa” Bretagne et de son désir d’indépendance. Alors il utilise ses leviers “démocratiques”. Le quotidien Ouest -France est sous sa coupe. Il reçoit des “aides” de l’Etat Français. Je ne pense pas que ce Monsieur Hutin ait pris sa décision seul, selon son “intime conviction”. Quand bien même qu’il aurait une intime conviction. Le Citoyen-Premier Ministre Ayrault a très certainement dû lui communiquer son vif mécontentement. Et notre nervis renno-franco-parisien à très certainement dû répondre favorablement pour satisfaire son maître parisien, les doigts sur les coutures de son bragoù-berr. Il ne faut jamais dire que des Bretons sont pour l’indépendance, voir pour une simple autonomie. Chut ! Ne parlons pas de choses qui fâchent. Je gage que notre opportuniste Monsieur Hutin reverra le contrat liant Bretons Magazine à Ouest France… “Le magazine BRETONS a dit la vérité, il sera exécuté…”

    • Ici à Saint-Nazaire pas de ” censure” le magazine Breton est toujours en vente, je l’ai d’ailleurs acheté vendredi.
      Par contre il est utile de préciser qu’il possède une couverture spécifique avec comme accroche principale :
      20 questions insolites mais essentielles sur Saint-Nazaire .
      Peut-être que ceci explique cela !

    • Il est toujours disponible à Paris en tout cas!! Je me le suis procuré ce matin chez le marchand de journaux du coin. Je suis curieux de savoir ce que sera ce nouveau titre: 82% des Bretons souhaitent rester français! LOL, pauvre liberté de la presse…..

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.