Home Skriddael Les élus hostiles à la langue bretonne défendent leur « liberté de conscience »

Les élus hostiles à la langue bretonne défendent leur « liberté de conscience »

330494_10150426939992407_599163990_oLe Conseil régional de Bretagne examinait hier, mardi 8 octobre, le droit des maires à ne pas signer la charte « Ya d’ar brezhoneg ». Il rendra sa décision vendredi 18 octobre.

Ils sont arrivés à l’aube, bien décidés à montrer leur opiniâtreté. Mais l’audience devant le Conseil régional hier matin, dernière attaque des militants contre les langues de Bretagne, avait des allures de chant du cygne. A peine une quinzaine de militants, arborant un logo tricolore « bleu, blanc, rouge » et une hermine barrée sur leurs sweats, avaient fait le déplacement. Et Pierre Maillet, arrivé après l’audience, avait beau rappeler que des « milliers de Bretons sont opposés à la langue bretonne et au bilinguisme« , lui-même ne semblait plus y croire, bien obligé de constater que les journalistes étaient aujourd’hui plus nombreux que ses ouailles.

Deux cas

Le Conseil régional examinait ce mardi matin la question prioritaire de légalité déposée par sept élus, réunis au sein de l’Association citoyenne de défense de la langue française. Leur objectif ? Obtenir la reconnaissance d’une « clause de conscience » pour les maires refusant de signer la charte « Ya d’ar brezhoneg ». L’association revendique plus de 200 adhérents et estime à 250 le nombre de communes où « un problème se poserait puisque ni les maires ni les adjoints ne veulent procéder à une démarche volontaire de promotion de la langue bretonne. » En effet, depuis l’adoption de la charte en octobre 2001 quelques cas ont défrayé la chronique, comme à Châteaulin.

Devant les conseillers, Me Pargeot, avocat des édiles, s’est empressé de rappeler le discours tenue par Nicolas Sarkozy en février 2012 à Marseille: « Quand on aime la France, on ne propose pas de ratifier la charte des langues régionales et minoritaires (…) C’est le communautarisme qui est au bout du chemin. » « Ces maires irréprochables font preuve d’un courage politique exemplaire », a t-il poursuivi solennellement, « puisqu’ils résistent, au nom de leur conviction , en France, en 2013, pays des droits de l’homme. » Et de réclamer, au même titre que les chercheurs, soldats, médecins ou journalistes le droit à une « objection de conscience« , puisque le maire, « à l’instar des médecins« , est « impliqué dans le bien être de ses concitoyens. »

« Strict respect de la loi« 

« On ne peut pas sérieusement dire que ces maires sont dans la même situation que les appelés du contingent ou les chercheurs refusant de travailler sur la biologie humaine« , lui a répondu Me Soucq, avocat du Conseil régional pour qui « c’est bien le principe même de démocratie et d’égalité qui sont ici contesté». Certes, a t-il plaidé, les maires « n’ont pas le même devoir d’obéissance que les fonctionnaires » mais ils « doivent assurer leurs fonctions dans le strict respect de la loi« . Voilà pour le rappel à l’ordre. Quant aux lois mises en cause, elles sont d’autant plus constitutionnels que les sages du Conseil Constitutionnel ont déjà validé en juillet 2008 l’article 75-1 de la Constitution.

A la sortie de l’audience qui n’a duré qu’une petite demi-heure, Gaëlle Nicolas, maire de Châteaulin et porte-parole de l’Association Citoyenne de défense de la langue française se perche sur une estrade, l’écharpe tricolore en bandoulière, pour clamer: « Nous sommes ici par la volonté du peuple français. » « Nous ne sommes pas venus demander que la promotion de la langue bretonne ne s’applique pas mais demander comment elle peut s’appliquer si le maire s’y oppose » précise t-elle, avant la conclusion enflammée de Françoise Morvan, folkloriste française: « Nous devons défendre les libertés fondamentales. La France, patrie des droits de l’homme, est en danger. »

La rédaction.

Illustration: Association citoyenne de défense de la langue française.
Source : Skriddael -« L’existence est illusoire à moins d’être transposée en réflexion » Jean Ethier-Blais

A PROPOS

Skriddael votre meilleure source de réflexion…

Tous les évènements relatés ici sont faux (jusqu’à preuve du contraire) et rédigés dans un but satirique et humoristique. L’utilisation de noms de personnalités  ou d’organismes est ici à but purement indicatif.

Les articles sont tous sous licence Creative Commons BY-NC-SA.

14 COMMENTS

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

7seizh.info

GRATUIT
VOIR