Un référendum pour ne pas créer « l’absurde » en Loire-Atlantique

28
9

Pour un référendum en Loire-Atlantique

Le débat territorial révèle aujourd’hui deux approches, l’une démocratique autour de la création d’une Assemblée de Bretagne, l’autre technocratique en faveur de la création d’une région grand ouest. La première est notamment défendue par Jean-Yves Le Drian et Pierrick Massiot qui vient de s’exprimer avec justesse dans sa lettre à la Bretagne. La seconde par les représentants du pôle métropolitain Loire-Bretagne dont j’ai dénoncé en 2010 la création y voyant un danger pour la cohésion de la Bretagne. Et c’est bien le cas. Le résultat des élections européennes montre une fracture profonde entre les villes et le monde rural. Les sociaux libéraux qui militent pour une Bretagne à deux vitesses sous l’angle de la compétition conduisent notre région dans le mur alors qu’elle dispose d’atouts considérables pour son développement, dans la coopération et la diversité de ses territoires.

Je ne doute pas que nous parvenions à la création d’une Assemblée de Bretagne. Par contre, la question de la Loire-Atlantique reste entière. Nous pourrions organiser un référendum en Loire-Altantique et demander aux habitants de ce département breton s’ils préfèrent rejoindre la dynamique positive de l’Assemblée de Bretagne ou se perdre dans une grande région à géographie variable qui pourrait aller selon les humeurs du matin de M. Auxiette de la Bretagne au Poitou-Charente ou de la Bretagne au Centre, dans un hyper grand ouest ! Et encore ne prend-il pas encore en compte la proposition de Pierre Maille qui, lui, promeut un grand ouest intégrant la Normandie sur la base du critère laitier ! Avec tout ça, on va finir par créer « l’absurdie », une région complètement déconnectée des citoyens sur un modèle profondément inégalitaire.

Faisons confiance à l’intelligence des citoyens de Loire-Atlantique, demandons leurs de se prononcer démocratiquement, par référendum ! J’attends aussi avec impatience que les entreprises bretonnes se manifestent publiquement sur ce dossier. 

Daniel Cueff
Maire de Langouët, Conseiller régional de Bretagne, Animateur de Régionalisation-Bretagne

28 COMMENTS

  1. Ce qui va se passer la semaine prochaine va être très intéressant : L’avenir de la bretagne se joue en ce moment entre l’Elysée et Matignon.

    D’après différents communiqués, Manel Valls serait pour une fusion Bretagne-Pays de loire, tandis que F. Hollande pour une fusion pays de loire-Centre, pour former le Val de Loire, la Bretagne restant sur ces 4 départements actuels.

    Là dessus, JY le Drian, est pour la Bretagne à 5 départements, si possible, sinon on reste sur les limites actuelles. Etant donné qu’il est proche de F. Hollande, il y a des chances qu’il penche alors pour le statut quo pour la Bretagne et fusion PDL-Centre. Je pense qu’il espère secrètement que la fusion PDL-Centre s’amorce, mais qu’au bout d’un moment, les élus finissent par lâcher du lest, et accepter que la Loire Atlantique rejoigne la Bretagne. Sinon, dans un article d’il y a quelques mois dans la revue “Bretons”, JY Le Drian expliquait qu’il fallait d’abord mettre en oeuvre la création d’un assemblée unique (fin des conseils généraux) entre les 4 départements, puis ensuite viendrait la question du rattachement.

    Ne pas oublier également que JY Le Drian, malgré ses convictions, a également d’autres chats à fouetter :

    – Opérations extérieures au Mali et Centre Afrique
    – La dernière, et qui concerne St Nazaire : Un parlementaire américain a demandé à la France d’annuler les livraisons des vaisseaux “Mistral” à destination de la Russie, en raison de la guerre en Ukraine et l’invasion de la Crimée.

    Sinon rattacher la Loire Atlantique sans demander l’avis de ses habitants me paraît très dangereux, sachant que cette question est clairement loin de faire l’unanimité, y compris dans la région de St Nazaire. Pas envie de vivre dans un climat de guerre civile (la Crimée n’est pas si loin). Après tout, si les habitants de Loire Atlantique préfèrent être en Val de Loire, pourquoi le leur refuser ?

  2. Ne faisons pas de ce débat un folklore en organisons le méga piège du referendum. Seul le retrait du décret du 30 juin 1941 suffira avec un retour au bercail immédiat du 44. L’histoire c’est pas folklore synonyme de sous histoire sous culture sous peuple .

  3. Un référendum serait malhonnête et dangeureux !

    – Malhonnête : parceque le 44 a été enlevé brutalement, sans consultation de la population , bretonne depuis des siècles, ..donc réintégration = simple justice !
    Lorsqu’on vous vole qq chose, doit-on rendre la chose volée facultativement ??!! non, illico !!
    – Dangeureux : depuis des décennies à coup de millions le lavage de cerveaux est orchestré en pays Nantais par et au profit des “pays d’loire” ..et le fait Breton est marginalisé..éradiqué !
    les nouvelles générations sont imprègnées et influencées malgrés elles par cette propagande et cela a forcément des répercutions conséquentes, et “cela va très vite”.., comme le soulignait l’Avocat Nantais Breton “Yann Choucq”, alors que leur ancêtres étaient Bretons !
    Si le résultat n’était pas favorable à la réunification, l’injustice demeurerait mais se serait trop tard !!
    Alors, non, pas de référendum ! Abattons la décision fasciste de 1941 d’une amputation anti-démocratique purement et simplement.. cet argument doit être suffisant en démocratie non ?!…
    Nantes-Naoned..en Bretagne !

    • La contexte pourrait se prêter à une consultation :

      1/ Tant qu’il n’y a pas de vote du Conseil Général de Loire-Atlantique en faveur d’une adhésion à une Région Bretagne renforcée et d’une réparation historique, la situation restera alambiquée.

      2/ Le gouvernement privilégierait les fusions brutes. Je doute un peu du courage de Hollande. La consultation locale exceptionnelle sans prendre position serait politiquement le plus habile pour lui en Bretagne et en France à mon avis…

      3/ Le plus cohérent et équilibré avec les fusions brutes, c’est la fusion Pays-de-la-Loire avec la Région Centre. Nombreuses coopérations, identité commune, axe économique commun structuré autour de la Loire, fusion la plus cohérente à une échelle française (équilibres démographiques, économiques à trouver).

      Poitou-Charentes a vocation à rejoindre l’Aquitaine. Enfin l n’y a aucun consensus au delà du 44 pour une fusion stricte B4/PdlL. Surtout une nette majorité de bretons en région Bretagne y sont opposés (90 % contre une disparition de la Bretagne, et les 2/3 opposés à une fusion B4/PdlL).

      4/ On pourrait imaginer une Consultation populaire exceptionnellement en Loire-Atlantique et en Vendée APRES la formation d’une grande région Vallée-de-la-Loire (Centre + PdlL) compte tenu du contexte fort particulier :

      – mobilisation très forte des bretons pour un redécoupage
      – Le Président du CG 44 (Grosvalet) a exprimé son intention d’organiser une consultation si une fusion PdlL/Centre ou PdlL/Poitou-Charentes avait lieu
      – Les élus de l’actuelle Région Centre sont loin d’être fermés à la réunification bretonne malgré leur volonté de rejoindre les Pays-de-la-Loire
      – Royal, élus des Deux-Sévres (ex présidente Poitou-Charentes) et l’élu vendéen Auxiette (président PdlL) ont des affinités communes.

      Ce référendum laisserait aux électeurs du 44 deux choix : Rester dans la nouvelle région Vallée de la Loire ou rejoindre la Région Bretagne

      en Vendée, le choix serait entre rester dans la nouvelle région Vallée de la Loire ou rejoindre la région Aquitaine-Poitou ou une région Centre-Atlantique (Poitou-Charentes-Limousin) suivant le choix qui aura été fait au préalable.

      Interdiction aux collectivités locales de mener ou financer une campagne publicitaire.

      L’avantage, c’est que la décision finale choisie en sortira fortement légitimé. Je ne pense pas qu’ Hollande aura le courage de nous réunifier de son propre fait si les élus du 44 ne se mobilise pas pour B5. Par ailleurs même en admettant qu’il décide la réunification bretonne, l’absence de consultation pourrait avoir des conséquences malgré tout sur du long terme. Il n’est pas impossible que par la suite des élus, notamment du 44 s’appuient sur l’absence de consultation pour réclamer des modifications (élargissements ou autres) arbitraires…il faut raisonner à long terme.

      Une réunification avec consultation renforcerait tout le monde…le gouvernement (sans trop se mouiller), la Bretagne (très renforcée), les régions environnantes.

      • Pour la Vendée, la réponse est simple : M. Retailleau, sénateur du département à clairement dis “hors de question que la Vendée aille à Poitiers ou Bordeaux puisque les liens avec le reste de la région sont fort et absent avec Aquitaine/Poitou”

  4. Pourquoi ce dénis ? Que nous repprochent les Français ? En fait depuis toujours ils nous interdisent des traits de caractère qu’ils ont eux ! Se moquent de notre identité forte, alors qu’ils revendiquent la leur dans le monde avec beaucoup plus de bruit et de nombrilisme de nous, ils rient de nous alors qu’ils sont notre caricature ! Mais ils sont tellement imbus de leur forte identité qu’ils n’ont même plus le recul pour se rendre compte qu’ils nous interdisent ce qu’ils s’autorisent de manière exagérée ! En me lisant on pourrait croire que je nous exclue, ce qui est faux parce qu’en l’occurrence on dirait que ce confirme ici une exclusion et ce n’est pas les Bretons qui en sont les instigateurs !

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.