République française = discrimination linguistique et constitutionnelle

71

LES HUMEURS DE
JACME DELMAS

TRIBUNE LIBRE

Anuèch m’agradariá d’escriure en occitan, o en breton : discrimination républicaine = hiérarchisation des langues.

N’avez-vous jamais eu un français ou une française pour vous demander de traduire votre document, votre billet breton ou occitan dans la langue républicaine, constitutionnelle, ou dans le patois de Paris ?

Alors vous n’écrivez pas en breton, occitan, flamands, alsacien, arpitan, occitan, corse, catalan, basque ou toute autre langue d’outre-mer, d’outre eaux coloniales françaises.

Et quand la SNCF parle breton, occitan, basque, catalan, corse, ou alsacien, il lui faut des subventions du Conseil Régional ! Et alors la SNCF aura son panneau en breton, occitan, basque, catalan, corse, ou alsacien. Cette subvention est la conséquence d’un choix politique et nationaliste français, la fameuse théorie des nationalistes : «en fRance on parle français» (devenu constitutionnelle seulement en 1995, par un vote PS-PRG-UMP-UDF bien compris, et donc la SNCF parle français à ses clients de fRance ! Le Monde recevait à l’époque des subventions d’État, et publiait chaque dimanche en anglais, mais là pas de problème ….

Donc l’été venu, et parce que petit à petit il y a de la concurrence, et pas seulement pour les taxis avec UBERpop, la SNCF se sent obligé de parler les langues des clients ; alors, là, la SNCF pense : quelles sont les langues de mes clients ? Et oui les cadres parachutés des grandes écoles et qui travaillent à la SNCF, pensent !

La réponse est rapide, la voici en un twittos de fin juin 2015 :ierarquizacion de las lengas

 

Les clients sont donc russes, espagnols, néerlandais, allemands, anglais et italiens …. Ils ne parlent pas encore chinois mandarins, mais ça viendra quand ils se rendront compte, tardivement, que des clients sont chinois et arrivent à l’aéroport de Tolosa-Blanhac.

Et donc, là, la SNCF n’a pas besoin de subventions des Conseils Régionaux ! Il y a donc bien discrimination car un citoyen occitan ou breton paiera deux fois un «service public» (c’est un service d’État nationaliste ou régionaliste d’expansion parisienne depuis les nationalisation de 1936), pour être transporté (le billet et aussi des subventions régionales) et pour que la société d’État qui le transporte lui parle SA langue, l’occitan ou le breton, encore une subvention du Conseil Régional !

La discrimination existe systématiquement aussi quand une innocente citoyenne vous demandera de traduire en français les textes que vous publiez en occitan ou breton sur le net (il n’y a pas de mauvais traducteur occitan accessible sur Google pour l’occitan) ; la charge de la publication sera aussi à vous, gentil citoyen du monde qui parlait encore occitan ou breton (l’UNESCO pense que nous, locuteurs de breton et occitan, sommes en danger de disparition, mais ne fait rien auprès de l’État français pour protester). Le fait sociétal que la gentille citoyenne «de gauche» ou « de droite» ne se rendre pas compte qu’elle fabrique ainsi un acte de nationalisme expansionniste et linguistique, importe peu ; vous serez toujours les bougres de nationaliste occitan ou breton, en osant lui répondre qu’elle aille se faire foutre ! cette même gentille citoyenne française trouvera normal que l’on parlât français au Québec. Mais elle n’est pas nationaliste (linguistique), non pas brica !

Les cadres de la SNCF font ainsi un acte de nationalisme quand ils parlent ces langues «étrangères» et ne proposent jamais des langues dites régionales. Ils sont dans la droite ligne d’un système linguistique français, qui place le français, de façon ethnique, dans l’article 2 de leur constitution, et les autres langues comme du patrimoine dans l’article humoristique 75-1.

La discrimination français et républicaine est constitutionnelle, seulement depuis 1992, quand «il fallait se protéger» du méchant traité européen, mais ceci n’est pas un «repli sur soi», non pas du tout ; vous seriez mauvaise langue si vous le pensiez, et qui sait peut-être un jour sujet du goulag ou camp de ré-éducation républicaine en préparation sur le thème.

Dans quelques jours nous seront encore une fois comment cette constitution discriminatoire peut-être employée pour faire barrage à la «réforme des collèges» installée par des socialistes, et critiquée par les occitanistes socialistes de Peirigòrd pour oublier l’enseignement de l’occitan ; un dépôt officiel de plainte sera fait ce jour en préfecture de Peirigüers, Oèst-Occitània. La loi de «réforme des collèges» participe ainsi à la discrimination officielle de l’institution français, saint et républicaine, en oubliant une langue qui, selon l’UNESCO -siège parisien- est en danger, et qui n’est pas la seule mise en danger par la sainte République français et ses services d’État, étiqueté «service public», ça fait mieux pour des yeux nationalistes français, et SA politique républicaine, doxa parisienne, ou déontologie perverse.

Jacme Delmas

(Parli occitan, catalan, anglés, patois imperial parisenc, legissi espanhòl, portugués, italian, alemand, et rus – soi Europèu NORMAL)

(Post-scriptum : soi en fòrma anuèch, version occitana sus Democracia per Occitània)

71 Commentaires

  1. Absolument. ais cela ne veut pas dire que l’on ne peut pas vivre ensemble. Il faut revisiter notre histoire, en finir avec les violation de traités fondateur de l’Histoire du Royaume de France et de ses provinces etrangeres… et refonder le pays dans un mix entre la Republique actuelle et le Royaume Uni (GB). Non?

  2. Le mieux serait que tous les peuples concernés unissent leurs forces pour réclamer ce que l’Europe exige, et que l’Etat français ne respecte pas. Tous ensemble, cela donne une force considérable, de nature à faire plier Paris.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.