Anthony Marchand, en embuscade sur la Solo Maître CoQ

2

Les Sables d’Olonne, jeudi 21 avril 2016, Solo Maitre CoQ

 

Ovimpex-Secours Populaire, skipper Anthony Marchand - © A.COURCOUX
Ovimpex-Secours Populaire, skipper Anthony Marchand – © A.COURCOUX

De retour su r l’eau, après une journée de repos bien méritée, les 22 figaristes engagés sur la Solo Maitre CoQ se sont élancés ce midi, au départ des Sables d’Olonne, sur un long parcours côtier de 350 milles nautiques, entre Belle Ile et l’île de Ré. Quatrième du classement général provisoire, à l’issue des deux premières journées de compétition, Anthony Marchand tentera de s’inviter sur la plus haute marche du podium, en s’illustrant sur cette dernière course de coefficient 3. Vainqueur d’une manche, mardi, dans un vent établi de 20 nœuds, le skipper d’Ovimpex- Secours Populaire affectionne les conditions musclées. Mais c’est avec un vent faible et capricieux qu’il devra composer sur cette ultime confrontation.

© RivaCom

En lice pour les places d’honneur
Quatrième du classement général provisoire de la Solo Maître CoQ, après 4 manches disputées en baie des Sables d’Olonne, Anthony Marchand peut nourrir de belles ambitions sur cette épreuve vendéenne. Posté en embuscade, à 0,5 points du britannique Alan Roberts, et 6 points du leader Corentin Douguet, le skipper d’Ovimpex- Secours Populaire a toutes ses chances de bousculer la concurrence, à l’occasion de la course de coefficient 3 dont le départ vient d’être donné. Un parcours côtier de 350 milles, entre les Sables d’Olonne, Belle Ile, et l’île de Ré, dont l’issue sera déterminante.

Des petits airs pour débuter
Vainqueur d’une manche, mardi, dans un flux d’Est –Sud-Est bien établi, Anthony est plutôt friand des conditions musclées. Les caprices d’Eole, et les coups de poker en revanche, n’ont jamais été «sa tasse de thé», comme il le dit bien volontiers. Pourtant, c’est dans un vent léger et capricieux, qu’il va falloir tricoter sur cette grande boucle vendéenne. Extrêmement faible sur les premiers milles du parcours, le vent promet de mettre les nerfs des concurrents à rude épreuve sur la première partie qui conduira la flotte des Sables d’Olonne à l’île de Ré, puis Belle Ile via le phare des Birvideaux.

La Solitaire Bompard – Le Figaro en ligne de mire
En pleine forme après une journée de repos qui lui a permis de recharger ses batteries et d’étudier de près les fichiers météo et le parcours, Anthony Marchand tentera de déjouer les pièges de ce début de course, pour figurer aux avant postes, lorsqu’Eole se fera plus généreux. Et sa nonchalance ne devait pas durer puisqu’un flux d’Ouest d’une quinzaine de nœuds devrait s’établir en fin de journée. Amené à faire du «rase cailloux» comme ses petits camarades de course, Anthony veillera à ne pas prendre de risques inutiles. Car si l’objectif reste la victoire, la priorité est aussi de préserver le bateau en vue de La Solitaire Bompard –  Le Figaro, épreuve phare de la saison.

«Mon objectif, c’est d’être au moins sur le podium, et pour l’instant cet objectif n’est pas atteint. Mais le classement est serré, et c’est sur cette manche de coefficient 3 que tout va se jouer. La première partie sera particulièrement difficile, avec un vent léger, et très aléatoire. Il faudra être bon, car après, le vent va rentrer, et il y aura probablement moins de coups à jouer. Je n’aime pas ces conditions mais nous les rencontrerons forcément sur La Solitaire, donc c’est un bon entraînement. Ce parcours va nous permettre de faire du repérage au niveau des cailloux, des effets de site et des dévents. Là aussi c’est une bonne préparation, même si je ne mettrai pas le même engagement que sur une Solitaire, pour préserver le bateau. »

 

2 Commentaires

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.