Home DIA Martial Ménard :  « Stourmerien e oamp, sponterien tamm ebet »

Martial Ménard :  « Stourmerien e oamp, sponterien tamm ebet »

AVT_Martial-Menard_384En mai 2013, lors de la réalisation du double documentaire d’Hubert Béasse consacré au FLB (diffusé depuis sur France3), j’avais participé à l’interview filmé de Martial Menard. Il s’agissait de revenir sur ses « années de poudre », pour mieux comprendre le sens de son engagement, pour constater sa ténacité dans le combat pour la Bretagne et la langue bretonne. Depuis, je le retrouvais avec plaisir, dans les manifs (on ne se refait pas), au salon du livre de Carhaix (accompagné de son vieux kamalad Etienne Gasche), je l’interrogais parfois sur tel ou tel terme en breton. Ra vo skanv douar Breizh warnan…

Lionel Henry

===

Pouvez vous nous raconter votre parcours militant ?
Petra eo ho hentad emsaver betek ar stourm-kuzh ?
 
Graet ‘m eus anaoudegezh gant va menozhioù e-kenver Breizh pa oan c’hoaz e Paris, ha goude bezan distroet (eus) va amzer, va c’honje e Gwadalaloup.
J’ai pris conscience de mes sentiments à l’égard de la Bretagne quand j’étais encore à Paris puis après être rentré de mon service militaire en Guadeloupe.
Da neuze, em boa graet anaoudegezh gant un toullad bretoned hag e deroù ar bloavezhioù dek ha tri-ugent, ar bloavezhioù SEKANT ???, evel ma oar kalz a dud e veze anv deus Breizh ha deus ar stourmoù a veze renet : ar stourmoù sokial, ar stourmoù broadel, ar stourmoù sevenadurel hag all. Hag evel-just, e Paris, e veze tro da lenn kazetennoù Breizh hag heulian an traoù se.
Alors, j’ai fait la connaissance de  beaucoup de bretons et au début des années 1970, comme beaucoup le savent, il était question de la Bretagne et des combats qui y étaient menés : combats sociaux, combats national(iste)s, combats culturels, etc… Et évidemment à Paris, je lisais les journaux bretons et suivais ces choses-là.
Da neuze, er bloavezh 1974, e oan staget da zeskin brezhoneg hag evel-se, e c’hellan lavaret, ‘m eus kroget da stourm evit ar yezh, da stourm da gentan penn, stourm evit ar brezhoneg.
Alors, en 1974, j’ai commencé à étudier le breton et par ce biais, je peux dire, à lutter pour la langue, à lutter avant tout pour le breton.

Pourquoi choisissez vous la violence politique comme moyen de revendication ?
Petra oa ho sonj, ho youl o mont barzh an FLB ?

Ar strolladoù all, da neuze, a oa strolladoù a zifenne ur stourm klouar. Hent-tan ar yaouankiz, da neuze, hent-tan ar stourm a veze renet gant tud all. Ar brud a veze en dro d’ar fed d’ar gwall-daolioù, ar fed, evidon-me, d’en me santout broadelour, en deus kaset ac’hanon, en un doare naturel, da glask penaos stourm e-barzh an FLB. Evel-just e komzen deus-se gant emsaverien all, lod anezho a oa a-du ganin, lod ne vezen ket. Hag evel-se, lamm da tamm, aet on da benn d’ober anaoudegezh gant unan hag e oa e-barzh, hag a oa Yann-Kel Kernalegenn. Da neuze, en doa roet din da c’houzout e c’hellchen, ma garjen, dont da labourat asambles ganto, da genstourm asambles ganto, ma peus c’hoant.
Les autres formations étaient alors des formations défendant un combat un peu tiède. La vitalité des jeunes, la force du combat étaient menées par d’autres. Le bruit fait autour des attentats, le fait pour moi de me sentir nationaliste, m’ont amené, d’une façon naturelle, à chercher comment lutter au sein du FLB. Bien sûr j’en ai parlé à d’autres militants, plusieurs étaient d’accord avec moi, plusieurs ne l’étaient pas. Et ainsi, peu à peu, j’ai été amené à faire la connaissance avec un militant du FLB, qui était YK Kernalegenn. Et alors, il m’a  fait savoir que je pouvais, si je le souhaitais, travailler avec eux, lutter avec eux.

La voie légale vous semble bouchée ?
Sonjet ho poa ne oa netra da c’hortoz gant an hent stourm ordinal ?

Evidon-me e oa sklaer, ha sklaer eo bepred : eo ret goulenn kalz evit kaout, evit kredin da gaout un dra bennak, evit bezan sur da c’hounit un dra bennak. Seul vui vez goulennet, seul vui vez gounezet. Se ‘eo splann, se zo splann evit ar wech, se vo splann da vikenn…
Pour moi, c’était clair, et cela reste clair : il faut demander beaucoup pour avoir, pour espèrer gagner la moindre chose. Plus tu demandes, plus tu gagnes.

Traoù zo da c’hounit e mod all. Al labour graet gant ar strolladoù all, war an dachenn sevenadurel da skouer, al labour graet gant Skol an Emsav, evit ar yezh a oa talvoudus ivez. Breman, evit ar vretoned da vezan mestr war o dazont, evit Breizh da bezan dizalc’h, da sisteurel kraban Paris, kraban Frans diwarni, n’e oa nemet, evidon-me, ar stourm taer da neuze, evel-se, e veze sonjet. Moarvat e vefe dishenvel breman, rak ar stourm taer bramn ‘n eus kemeret doareoù all, hag e vije diposubl breman ren un hevelep stourm d’am menoz.
Il y avait des choses à gagner autrement. Le travail fait par d’autres structures, sur le terrain culturel par exemple, le travail fait par Skol an Emsav  pour la langue était important aussi. Après, pour que les Bretons soient maîtres de leur destin, pour que la Bretagne soit libre, pour se défaire des griffes de Paris, des griffes de la France, il n’y avait, pour moi, que le combat violent alors envisageable. Peut-être est-ce différent aujourd’hui dans la mesure où le combat violent a pris d’autres formes et qu’il n’est plus possible aujourd’hui de mener le même combat, à mon avis.

Da neuze e oa dishenvel an traoù. N’hor boa anavezet nemet gallout an tu dehoù ne responte nemet ivez gant doareoù taer a wezhoù ouzh goulennoù reizh. Setu, penaos stourm ha n’eo ket ivez e kemer hentoù ar feulster, e kemer hentoù feuls, doareoù feuls.
Les choses étaient alors différentes. Nous n’avions connu que le pouvoir de droite, qui ne répondait lui aussi que de façon violente à nos justes revendications. Voilà, pour lutter, il fallait emprunter la voie de la violence, des méthodes violentes.

Comment se passe l’entrée dans l’organisation ? Y a t’il une cérémonie d’intronisation ?
Peseurt hent ho poa kemeret evit mont en FLB ? Ur seurt burev tuta a oa ? Mont e barzh dre un oferenn vras ? Tutuet ho poa stourmerien nevez ?

Evel ‘m eus lavaret bremaik, em boa graet anaoudegezh gant YK Kernalegenn, abaoe pell dija. Met ne ouien ket e aet o stourm en FLB. Gantan, un toullad mizioù araok en eus aet d’an anaon, em boa rein da c’houzout e c’helljen mont da ken-stourm ganto. Evel just, e oa kalz a dud o dije bet c’hoant mont da stourm evel-se, kalz a dud a gleve eveldon lakaat bombezennoù e anv an FLB evit dieubin Breizh ha dieubin pobl vreizh. Met kaout c’hoant, hag ober zo daou dra.
Comme je l’ai dit tout a l’heure, j’avais fait la connaissance de YK Kernalegenn depuis longtemps déjà. Mais je ne savais pas qu’il luttait au sein du FLB. Il m’avait fait savoir, plusieurs mois avant sa mort, que je pouvais les rejoindre pour lutter avec eux. Bien sûr, il y a plein de gens qui veulent se battre comme ça, beaucoup de gens qui souhaitaient, comme moi, mettre des bombes au nom du FLB pour libérer la Bretagne et libérer le peuple breton. Mais avoir l’envie et faire sont deux choses..
Embann kaout c’hoant ober un dra bennak ha mont betek-pell a zo daou dra. N’eo ket ur c’hement eo (????) Gant-se, lod o dije bet c’hoant stourm evel-se, n’o deus ket gallet mont betek penn peogwir n’o deus ket kavet an alc’hwez evit digerin an nor (ma peus c’hoant). N’e oa ket ken anat-se, ne oa ket ken aes se mont barzh an FLB. Ne c’helle ket an dud a oa e-barzh mont da tutan evel-se. N’eo ket vel pa vezer o klask labour eo. Gant-se, ur wech ‘m em boa kavet, em eus graet ma gwellan evit stourm ar muian ha gwellan.
Affirmer avoir l’envie de faire une chose et aller jusque là sont deux choses (différentes). ??? Et, bon nombre de ceux qui voulaient lutter ainsi n’ont pas pu aller plus loin parce qu’ils n’ont pas trouvé la clef? Il n’était pas si évident, si facile que ça de rentrer au FLB. Et les gens qui étaient dedans ne pouvaient pas former comme cela. Ce n’est pas comme quand on cherche du travail. Ensuite, une fois entré, j’ai fait mon possible pour lutter le mieux possible.

A quels attentats avez vous participé ?
Gant peseurt gwallioù-taol ho poa kemeret perzh ?

Un toullad taolioù zo bet sevenet ganimp hag un toullad kamaraded asambles, enep Brennilis, enep kamp soudarded e C’hastellin, Dineol… Evel-just, d’ar mare-se, e veze stourmet enep al lanvioù-du, sonj ho peus d’an Amoko Kadiz da skouer e 1978. Stourmoù oa bet graet, daolioù a enep da Shell kiriek d’ar gwall-daol a oa bet graet de Vreizh. EDF, evel just, a zo bet taget ganimp ken ha ken  abalamour d’ar stourm a-enep an derc’hanl, nukleel da lavar eo. E peseurt mod e veze graet taolioù a-enep stalioù EDF ? Pa vije tu, en ur lakaat evezh memes tra da chom hep kemer re a riskloù evit gwazhan tud pe gwashic’h c’hoaz lazahn tud, pezh ne ket bet c’hoarvezet morse ganinmp.
Un bon nombre de coups ont été réalisés par nous et un certain nombre de camarades, contre Brennilis, contre le camp militaire de Châteaulin, Dinéault… Bien sûr, à ce moment-là, on luttait contre les marées noires, souvenez vous de l’Amoco Cadiz en 1978. Des combats ont été menés, des coups contre Shell responsable de cet attentat fait à la Bretagne. EDF, bien sûr, a été frappé par nous du fait du combat contre le nucléaire. De quelle façon étaient menées ces actions contre EDF ? Quand c’était possible, en faisant attention qu’il n’y est pas de risques de blesser voire tuer des gens, ce qui n’est jamais arrivé avec le FLB.
An taol brasan hon eus graet a zo un taol a enep ar greizenn nukleel nemeti a oa e Breizh, hag a zo bepred, eo hini Brennilis. Daou daol a oa bet graet e Brennilis.
Le plus gros attentat que nous ayons réalisé est celui contre la centrale nucléaire, la seule qui était et est toujours en Bretagne, celle de Brennilis. Deux actions ont été faites à Brennilis.

Quelles précautions preniez vous ? Quelles étaient les consignes ?
Penaos e oa bet aozet ur gwall-daol ! Peseurt diwalloù (diarbennoù) a oa ivez ?

Da gentan, e veze heuliet ar stourmoù all a oa e Breizh. Kalzig a stourmoù zo bet renet gant an dud abalamour da gudennoù labour. Sellout a raemp a dost ar c’hudennoù sokial, ar c’hudennoù labour eo oa, sellout a raemp ivez a dost stourmoù a-enep nukleel, ar stourmoù a enep al lanvioù du. P’or boa gwellet e oa ul lec’h a vije posubl de dagan en un doare efedus, ha c’hoazh hep danjer evit an dud-all evel e vez laret bremaik, e veze dibabet evel-se ganimp. Hag evezhiet e veze pell diaraok evit gwellout penaos e vije ar gwellan en em gemer ganti, da bet eur e vije an aesan, an didanjerusan evit an dud all ha diwar-se neuze ur wech e vezemp prest, e vez savet ur strollad evit mont d’ober an tagadenn, evit ober ar gwall-daol, da lakkat ur vombezenn.
D’abord, nous suivions les autres luttes en Bretagne. Un certain  nombre de luttes étaient menées à cause des problèmes de travail. Nous regardions de près les problèmes sociaux, les problèmes d’emploi, nous regardions aussi  de près les luttes contre le nucléaire, contre les marées noires. Quand nous voyons qu’il y avait un lieu où il était possible d’agir efficacement, et sans danger pour les gens (comme je l’ai dit tout de suite), nous le choisissions. Il était alors surveillé assez longtemps pour voir comment il était possible de le faire, à quelle heure c’était le plus facile, le moins dangereux pour les gens et après, lorsque nous étions prêts, on montait un commando pour aller faire l’attentat, aller mettre la bombe.

Vous sentiez vous soutenus par l’opinion Bretonne ?
Peseurt sentiment a oa gant an dud e Breizh hag e Paris e-kenver oberoù an FLB ? Ur soutenn/skoazell a oa ?

A bep seurt a veze klevet digant an dud : evel just a veze lod a-du, lod all a-enep. Se zo sklaer ha gwir evit pep tra. Dont a ra da sonj din un dra m’eus disonjet ober anvo bremaik : e barzh ar stourmoù a renemp, e oa ivez stourm enep an adlodennan an douaroù, ar parkeier a veze bodet en-dro daoust da volontez an dud. Meur a wech hon eus bet digaret da vont war an dachenn da selaou en dud ha da glevet an dud o lavaret « Met petra a ra an FLB ? Perak ne zeuien ket da skoazellan ac’hanomp ? » Ni a gleve an dra-se war an dachenn. Gwellet e veze tud, arabat disonjal d’ar mare-se tud o vont da c’hourvez dirral an taourterioù, mammoù ha bugale o vont dirak tourterioù, se zo bet gwellet. Klevet an dud ivez o c’houlenn skoazell an FLB. Ni veze war an dachenn hag evel-just e klevemp goulennoù war an dud. Evel-just, e oa tud e-giz-se hag a c’houlenne, tu zo da lavarout a c’houlenne skoazell an FLB abalamour an dra oa o c’hudenn dezho, ne oant ket marteze gwall chalet gant frankizoù Breizh. Ne c’heller ket lavar e oa distag diouzh ar poblans. Evel-just, a wechoù, evit abegoù alln, ne meus morse klevet den ebet o klemm peogwir e vije bet laaket un ti an dailhoù de tarzhan. Bepred, seurt taolioù-se veze deuet mat gant an dud.
Il y avait toutes sortes de positions dans la population : certains étaient pour le FLB, d’autres étaient contre. C’est clair et vrai pour tous les sujets. Je me souviens d’un événement que j’ai oublié de citer tout à l’heure : parmi nos combats, il y avait également celui du remembrement, du regroupement des champs malgré la volonté de la population. Lorsque que nous nous allions sur le terrain, on entendait les gens dire Mais que fait le FLB ? Pourqoi ne vient-il pas nous aider ? On entendait cela sur le terrain. On a vu des gens qui se mettaient devant les tractopelles, des femmes et des enfans devant les tractopelles. On a entendu les gens demander le soutien du FLB. Bien sûr, il y avait des gens qui demandaient le soutien du FLB quand ils étaient en difficultés, même s’ils n’étaient pas très attirés par les libertés pour la Bretagne. On ne peut pas dire que nous étions coupés de la population. Et, pour différentes raisons, je n’ai jamais entendu personne dr plaindre parce qu’une perception avait été plastiquée. Ces attentats-là étaient  alors bien perçus par la population.

N’y avait il pas un risque de lasser l’opinion Bretonne ?
Erru e oant skuizh an dud gant oberennoù an FLB ?

Ne meus morse klevet an dra-se. Lod, moarvat, hag a re oa, lakomp, ar politikerien c’hall evel-just. Reizh eo dezho bezan enep an oberoù ha bezan skuizh gant ar pezh a raemp. Evel just, ne oamp ket chalet e vije bet skuizh tud evel-se ganimp. Ni oamp skuizh ganto ivez. Fell o deomp skarzhan dezho. Gant-se, e vezent skuizh, ne ra ket foutr kaer ganeomp. Breman, pezh a sonje an dud e Breizh, pezh a sonje pobl vreizh, an dra o oa evidomp kalz pouezusoc’h. Met ma c’hoarveze ganeomp klevet tud o klemm abalamour d’an tailoù, e c’hoarveze ganeomp koulz lavaret ken alies all klevet tud all e oa laouen kentoc’h.
Breman, ni hon eus ket selaouet an holl, evel just. Ha moarvat eo muioc’h dud a-enep eget e vije tud a du. Implij ar feulster, n’eo ket un dra ordinal. Ha n’eo ket un dra da plijout. Arabat bezan dall. Sklaer eo an dra-se. Met morse ne meus klevet tud, peseurt mod, o embann fraezh dirazon da vihanan ha pad all ne ouient ket ar pezh a raemp. Ma ne felle ket dezho, ne vije bet kendalc’het gant an hevelep stourm.
Je n’ai jamais entendu cela. Ceux qui l’étaient, c’est certainement les politiciens français , bien sûr. C’est logique pour eux d’être opposés aux actions et d’être fatigués avec ce que nous faisions. Bien sûr, nous n’étions pas tourmentés que soient fatigués des gens pareils par nos actions. Nous étions fatigués par eux également et nous voulions les chasser. Aussi, qu’ils soient fatigués ne nous importait pas. Ce que pensaient les gens en Bretagne, ce que pensait le peuple breton nous paraissait bien plus important. Après, il arrivait que des gens se plaignent du coût, il arrivait encore plus souvent que les gens soient heureux.
Maintenant, nous n’avons pas entendu tout le monde, bien sûr. Et certainement qu’il y a plus de gens contre que de gens pour. Employer la violence, n’est pas une chose banale. Et ce n’est pas fait pour plaire. Il faudrait être aveugle, c’est clair. Mais jamais je n’ai entendu de gens, de toute façon, l’affirmer directement devant moi bien que personne ne savait pas ce que nous faisions. Si les gens avaient été opposés, nous n’aurions pas continuer le combat de cette façon.

Le nucléaire, l’extension du camp militaire de Ty-Vougeret renvoient au Larzac, à Creys Malville, au Pellerin. Ce sont des luttes qui dépassent les frontières de la Bretagne et la problématique régionaliste , Qu’en pensez vous ?
Nukleel, kampoù soudarded evel Ti-Voujeret pe Larzak… Stourmoù hollvedel pe lec’hel nemetken ?

Ya, evel just, penaos, kemen a bezan efedus, kemen a bezan euet mat ! An doare gwellan e oa, evidon, da lakaat an dud da zegemer hag hor menozhioù hag hon oberoù. Pa vezer tost tost da stourmoù an dud, pa glasker o skoazellan en un doare gwell n’int ket «  »indi » » (terme non traduit) evit implij, evel just eo un doare gwellan da vezan deuet mat dezho.
Oui bien sûr, pour être efficace il faut être bien reçu. Le meilleur moyen était, pour moi, de faire accepter par la population aussi bien nos idées que nos actions. Quand on est proche des combats des gens, quand on cherche à les aider, d’une façon qu’ils ‘auraient pas utiliser, c’est évidemment la meilleure façon d’être bien reçu.

Combats universels ou locaux ?
Stourmoù hollveel pe lec’hel ?

An FLB, eo sklaer e anv : en derou anvet evel se Front de Libération de la Bretagne, mat pa oan deuet e-barzh ha goude, e oa deuet da vezan, da resisaat e anv : FLB-ARB, Armée révolutionnaire Bretonne. Bepred en un doare vat ez eus anv deux Breizh da gentan. Da gentan penn e stourmomp evit dieubin Breizh, dieubin pobl vreizh ha rein da Vreizh e gwirioù broadel endro. Se oa sklaer. Breman, kement mat, ar bras ac’hanomp, o vezan ar bras ac’hanomp tud deus an tu kleiz evit a sell ouzh ar mennozioù politikel, ne oamp ket diseblant ouzh ar stourmoù a veze renet e lec’h all. E par ar blanedenn soken, ar stourmoù war an dachen ekologiezh, paneveken, stourm enep un ti evel Shell hag en doa louzet aodoù Breizh gant an Amoko Kadiz, zo, penaos, lec’hiet en ur pal ledanoc’h eget ar stourm broadel rik. Gant-se e c’heller ivez ober anv deus ar stourm hollvedel. Met ar fed ma oa bet c’hoarvezet pense an Amoko e Breizh a lake d’en em stourm, d’en em kavout gevret.
Le nom du FLB est très clair : au début c’est Front de Libération de la Bretagne mais quand j’y suis rentré, et après, c’était devenu FLB-Armée révolutionnaire bretonne. Il a toujours été question de la Bretagne d’abord. Nous luttions d’abord pour libérer la Bretagne, pour libérer le peuple breton et rendre à la Bretagne ses droits nationaux. C’est claire. Maintenant, aussi bien, la plupart d’entre nous, la plupart était des gens de gauche pour ce qui concerne les idées politiques, n’était pas insensibles aux combats menés ailleurs. A l’égard (traduction à vérifier) de la planète, les combats sur le terrain écologiste, lutter contre une société comme Shell qui avait sali les côtes de la Bretagne avec l’Amoco Cadiz est basé sur un but plus large que le seul combat nationaliste strict. Pour cela, on peut parler de combat universel. Mais le fait que le naufrage de l’Amoco a eu lieu en Bretagne a fait qu’on lutte, qu’on se retrouve lié.

Que signifie l’attentat de Roch’ Tredudon ? Qu’est ce qu’il symbolise ?
Petra oa pal gwall-daol a enep Roc’h Tredudon ? Peseurt simbol e oa ?

D’ar mare-se, e 74, pa oa bet c’hoarvezet ar gwall-daol-se, pa oa bet sevennet neuze, aet on o labourat e Pariz. Evel-just e heulien a-dost ar pezh a tremene, pezh a c’hoarveze e Breizh, lenn a raen ar c’hazetennoù, selaouin a raen ar c’heleier hag un taol evel hini Roc’h Tredudon a doa graet trouz bras kalz pelloc’h eget Breizh. E Paris e veze klevet anv deus an traoù-se e-leizh. Hag, ret mat eo din lavarout e oa bet ur sac’had loc’h ennon pa ma klevet e oa bet graet an taol-se, evidon-me e oa un taol dispac’h, unan deus ar bravan taolioù a zo bet graet gant an FLB, deus an holl.
A ce moment-là, en 1974, quand a eu lieu cet attentat, quand il a été imaginé, j’étais parti travailler à Paris. Bien évidemment, je suivais de près ce qui se passait, je lisais les journaux, j’écoutais les infos et un coup comme celui de Roc Tredudon avait fait beaucoup de bruit, bien au delà de la Bretagne. A Paris on entendait énormément parler de ça. Et, il me faut le dire, quand j’ai entendu parler de cet attentat j’ai pris une énorme bouffée de fierté.. Pour moi c’est un coup de maître, un des plus beaux coups du FLB.

Ha gant-se, o vezan a gemeren perzh e stourm ebet er mare-mare man e derou 74. Ne oan ket kroget zoken de zeskin brezhoneg, heulian a raen memes tra met a gemen a gomprenen e oa an dra-se un taol bet graet evit degas, splanijen, d’an dud ez savien en me gave ennan ar brezhoneg. Da lavaret eo, forzh penaos, ha sklaer e oa. Eo skrivet e traon ar peul diskaret Evit ar brezhoneg. Setu, sklaer ha kement sklaer eo oa.
Mais à ce moment, au début de 1974, je ne participais à aucun combat.  Je n’avais même pas commencer à apprendre le breton mais je suivais quand même et j’avais bien compris qu’il s’agissait d’attirer l’attention des gens sur la situation du breton. C’était très clair. Sur le pied du pilier détruit, il était écrit Evit ar brezhoneg / pour le breton. C’était très clair.

Le discours de Ploërmel et l’octroi d’une Charte culturelle pour la Bretagne constitue une avancée pour la reconnaissance du particularisme Breton – Qu’en pensez vous ?
Petra a chench gant sinadur Karta sevenadurel Breizh roet gant VGE e fin ar bloavezhioù dek ha tri-ugent ?

Karta sevenadurel Breizh bet roet deomp gant Valery Giscard d’Estaing, me gav din e oa e 1978, ‘n eus digaset kalz a chenchamanchoù e Breizh. Roet ‘n eus an tu da gentan da sevel ar pezh a oa Skol Uhel ar Vro (l’insitut culturel de Bretagne) neuze ha se zo bet ur benveg ha ‘n eus gallet skoazellan kalz ar sevenadur e Breizh ha war veur a dachenn. Evit an dachenn a selle ouzhin dreizh pep tra, hini ar Brezhoneg, dre an arc’hant bet roet neuze gant ar rannvro, gant ar stad, gant an departamantoù, gant kuzulioù ker a oa, se ‘n eus bet degaset skoazelloù bras, da skouer an embann brezhoneg en eus bevet bloavezhioù kalz aesoc’h eget ar pezh a oa a-araok, ha zoken, kavout a ra din, kalz aesoc’h eget ar pezh a vevomp breman.
Evel-just, roidigezh Karta sevendaurel Breizh gant tu dehou d’ar mare-se a oa un tu evit Giscard d’Etaing da glask chom hep koll re a vouezhioù e Breizh. Gwellout a rae evel evel aes e  oa de wellout e oa Breizh o vont war an tu kleiz. Hag-se a oa un dra bennak a blije deomp e sache Breizh war an tu kleizh. Rak bras ac’hanomp o oa deus an tu kleiz, sklaer kenan, kleiz da vat zoken. Gant-se, gwellout an tu dehou war goll e Breizh a oa un dra a blije d’an holl ac’hanomp.
La Charte culturelle de Bretagne donnée par VGE, je crois en 1978, a apporté beaucoup de changements en Bretagne. Elle a donné pour la première fois la possibilité de créer ce qui était l’Institut culturel de Bretagne et qui a été un outil qui a permis d’aider activement la culture bretonne sur de nombreux terrains. Pour le terrain qui m’intérèsse particulièrement, celui de la langue, avec l’argent alors donné par la région, l’Etat, les conseils généraux et certaines villes, cela nous a vraiment aidé. Par exemple, l’édition en langue bretonne a pu vivre des années bien plus faciles que ce qui avait été auparavant, et même, je pense, plus facile que ce que nous vivons maintenant.
Bien sûr, l’obtention de la charte culturelle par la droite à ce moment était un moyen pour Giscard de chercher à limiter la perte de voix en Bretagne. Il était facile de voir comment la Bretagne allait vers la gauche. Et que la Bretagne penche à gauche était une chose qui nous plaisait. Car la plupart était de gauche, clairement, à gauche toute même. Alors, voir la droite en train de décliner en Bretagne était une chose qui plaisait à l’ensemble des militants.

Le F.L.B. a t’il joué (directement et indirectement) un rôle dans la proposition d’une charte culturelle par VGE ?
Petra eo pouezh an FLB war an darvoud-se ?

Pouezh an FLB war sinadur Garta ? Diaes awalc’h e lavarout petra eo bet pouezh an FLB war ar fed e vije bet sinet karta sevendaurel Breizh. Stourm an FLB ‘n eus bet pouezh un tammig e pep lec’h. Dielfenan breman bet ar pouezh en eus bet war an dra man tra en un doare resis a zo diposubl da ober, ha se zo gwir evit an holl strolladoù all. Petra eo pouezh UDB war sinadur Karta sevenadurel Breizh ? Piv a c’hello lavaret an dra-se ? Biken ! Pe ar strolladoù sevenadurel all, evel Skol en Emsav ? An holl stourmoù a zo bet e Breizh o deus bet pouezh war an dra-se, stourm an FLB koulz hag ar re all.
Le poids du FLB sur la signature de la charte ? Difficile de dire quel est le poids du FLB sur le fait qu’a été signée la charte culturelle de Bretagne. Le combat du FLB a eu des retombées un peu partout. Maintenant, distinguer quel a été son poids précis sur les événements est impossible à faire, et cela est vrai également pour les autres mouvements. Quel est le poids de ‘UDB sur la signature de la charte ? Qui peut le dire ? Personne. Ou dans les mouvements culturels, comme Skol an Emsav ? Tous les combats qui ont eu lieu en Bretagne ont eu du poids sur ce point, le FLB comme les autres.

Le décès de Yan Kel Kernaleguen marque un tournant. Le 9 Octobre, le FLB faisait publier dans le Télégramme de Brest un communiqué ordonnant à ses commandos « l’autorisation de se servir de leur armes » et menace « d’éliminer physiquement ceux qui acceptent de travailler sur le chantier ». N’y a t’il pas eu la tentation de passer à un terrorisme de haute intensité et des actions plus dures ( comme celles de la Bande à Baader ou des Brigades Rouges en Italie ?
Petra zo chenchet en FLB goude marv Yann-Kel Kernalegenn ? Ur c’hoant mont pelloc’h ha krenvoc’h evel e broioù all gant Bande à Baader pe Brigadou ruz e Bro-Italia ? Gant gwir armoù ?

Un dra zo sur, marv ur stoumer evel Yann Kel Kernalegen ‘n eus bet levezon war an hent heuliet gant an FLB-ARB goude. Moarvat hon eus bet c’hoant da vezan krenvoc’h er stourm. Un dra zo splann da vat : evidomp-ni, ne oamp ket sponterien. Ni a laboure evel stourmerien. N’eus netra de wellout. Gwech ebet hon eus c’hoant lazahn den ebet. Hag ar stourm hon eus renet n’eus bet morse da wellout gant ar pezh a veze graet en Alamgan pe en Italia. Ne oamp ket sponterien pe terroristed, tamm ebet ; stourmerien pe resistanted kentoc’h e oamp. Hag alies ar pezh a c’hoarvez e seurt stourmù se, evit unan, evit a re zo enep e vimp lakaet da sponterien, hag ar re en em zifenn da lakaat da stourmerien. An istoir goude a skrive an traoù diouzh ma zo endroet an darvoudoù.
Une chose est sûre : la mort d’un militant comme YK Kernalegenn a eu de l’influence sur la route choisie par le FLB après. Cependant, nous avions la volonté d’être encore plus fort dans le combat. Une chose est évidente : pour nous, nous n’étions pas des terroristes. Nous travaillons comme combattants. Ca n’a rien a voir. Jamais nous n’avons eu la volonté de tuer quelqu’un. Et le combat que nous avons mené n’a jamais eu rien à voir avec ce qui s’est passé en Allemagne ou en Italie. Nous n’étions pas des terroristes, oas du tout : nous étions plutôt des combattants ou résistants (ndla : il y a quelques mois, Martial Ménard me confirmait le sens de résistants alors que France3 avait retenu celui de combattants). Et comme cela arrive souvent dans ces combats, pour certains, opposés à notre combat, nous étions présentés comme des terroristes et nous refusaient le statut de militants. L’histoire après écrit les choses en fonction de la suite des événements (traduction à préciser ici)

Le F.L.B. appelle à voter pour la gauche, suspend ses campagnes d’attentats pendant les campagnes électorales, pourquoi ?
Galv a rae an FLB votin evit an-tu kleizh hag ober un harz e-kenver amzer an dilennadegoù ? Perak ?

An holl d’ar mare-se e Breizh a c’houlenne digant an dud mouezhian evit an tu-kleiz. Tout ar re a oa o stourm en FLB, komz a ran deus an FLB breman, an holl-re a oa e-barzh, pe al lodenn vrasan, ar beur brasan anezho, n’o doa anavezet nemet an tu-dehoù, an tu dehou gall, pa vije bet RPR, UDR araok ha me oar me, pe vije bet UDF gant Giscard. N’hor boa anavezet nemet en tu-dehou.
Gant-se e oa poent bras skuban an oaled ha kempenn an erv. Neuze evel-just e c’houlenne an holl mouezhian a-gleiz evit chench an traou, milezhom da chench an traoù. Breman, ret e vije bezan sot evit kredin e vije bet chenchet an traoù e Breizh evel ma felle deomp-ni gant ur strollad gall, ha pa vije ur strollad deus an tu-kleiz. Ret eo mat eo gouzout ez eus e Bro C’hall, e Frans, jacobinet en holl strolladoù. D’ar mare-man, deus an tu dehou pellan betek an tu -kleiz pellan e oa tud er strolladoù gall o devoa an hevelep doare da lenn istor frans. Hag an doare-se da lenn istor Frans, an doare jacobin, a oa enebet krenn ouzh an doare hon doa ni da lenn istor Frans, ha neuze istor Breizh. Sonj meus da neuez da skouer : e oa ur C’horsad, e vreur  a oa ministr, ne gavan ket mui e anv, unan  hag a oa amiral hag a lavare evel-se o kauseal deus ar korsikiz, bretoned, euskariz ha me oar me, e lavare hor boa an hevelep sell ouzh an istor, nemet hor boa sonjout dishenvel, enebet a grenn met ar memes lennadur an istor hor boa ouzh an istor.
Ya, mouezhin a-kleiz, evel just, evit gwelaat an traoù. Met gortoz ar pared, ar c’hlenved ha da skein da Vreizh ne oa netra da ch’ortoz gat strollad gall ebet ha pa vije deus an tu kleiz. Gwellaenoù dazont ya, hep mui ken.
Tous ceux qui luttaient Bretagne à l’époque appelaient les gens à voter à gauche. Tous ceux qui luttaient dans le FLB, ou la plus grande partie, n’avaient connu que la droite, la droite française, que ce soir le RPR, l’UDR avant, que ce soir l’UDF avec Giscard. Nous n’avions connu que la droite.
Alors il était important de « balayer le foyer, nettoyer le sillon » (allusion au Kan Bale an ARB de Glenmor). Alors bien sûr, tous demandaient de voter à gauche pour que les choses changent. Maintenant, il aurait fallu être idiot pour croire que les choses changeraient en Bretagne comme nous le souhaitions avec un parti français, quand bien même il serait un parti de gauche. Il faut bien savoir qu’il existe en France des Jacobins dans tous les partis. A ce moment-là, de l’extrême droite à l’extrême gauche, il y avait dans les partis français des gens qui avaient la même lecture de l’histoire de France. Et cette façon de lire l’histoire, la façon jacobine, était très opposée à la façon dont nous lisions l’histoire de France et donc l’histoire de la Bretagne.
Après pas forcément utile :
Je me souviens par exemple d’un Corse, dont le frère était ministre, je ne me souviens plus de son nom, lui était amiral et qui disait des Corses, Bretons, Basques et autres que nous avions la même lecture de l’histoire, bien que nous pensions différement, parfois bcp (traduction imparfaite), mais nous avions la même lecture de l’histoire.
Oui, appeler à voter à gauche, bien sûr, pour que les choses s’améliorent. Mais (traduction difficile) pour la Bretagne, il n’y avait rien à attendre d’un parti français quand bien même il serait de gauche. Des améliorations à venir mais rien de plus.

Ne chanchet netra pe nebeut re a draou a zo bet chenchet. Gwellaennoù zo deut, gwellaennoù e diabarzh ar stad c’hall. Ha c’hoazh, ma vez sellet deus ar pezh zo bet ch’oarvezet e Korsika. Corsica zo bet servijet gwelloc’h egedomp-ni. Perak ? Ar respont zo splann : muioc’h a trouz o deus bet, o deus graet, muioc’h a daolioù o deus graet ivez, muioc’h a walldaolioù… Gant se int bet servijet gwelloc’h. Stourmet o deus krenvoc’h, goulennet o deus krenvoc »h, gounezet o deus muioc’h.
Rien n’a changé ou si peu de choses ont changé. Il y a eu des améliorations, des améliorations dans le cadre de l’Etat français. Et encore, quand on regarde ce qui s’est passé en Corse… La Corse a été mieux servie que nous. Pourquoi ? La réponse est évidente : ils ont fait plus de bruit, plus de coups, plus d’attentats… Avec ça, ils ont été mieux servis. Ils ont lutté plus fort, ont demandé plus, ils ont gagné davantage.

Pouvez vous raconter les circonstances de votre arrestation ?
Petra oa bet aozet gant an FLB pa oa bet serret stourmerien kentan an FLB ?

N’am eus ket sonj resis petra oa bet graet, petra oa bet divizet ober met moarvat evel pa c’hoarvezet e-giz-se pa vije bet dastumet tud, a re a chome war an dachenn prest stourm bepred a aoze a wechoù un nozvezh c’hlas evel ma vefe lavaret, un toullad taolioù da ziskouez e oamp bev. Met eveljust, ne c’hellen ket taoliù hepken evit diskouez e oamp bev c’hoaz. Bez e oa atav palioù a felle deomp tizout, al lec’hioù a viremp a gostez, kenkaz.
Je n’ai pas de souvenirs précis de ce qui a été fait, qu’est ce qu’il avait été décidé de faire mais quand il y a eu des arrestations ceux qui restaient sur le terrain prêt a lutter organisaient parfois une « nuit bleue » comme in disait alors, un certain nombre de coups pour montrer que nous étions toujours vivants. Mais, bien sûr, il n’y avait pas que ces coups pour montrer que nous étions toujours vivants. Il y avait toujours des objectifs à atteindre, des lieux que nous gardions au cas où.

Vous sentez vous suivi ?
Sonjet ho poa e oa dija ar polis war ho roudoù ?

Un dra zo sur pa vezer o ren ur seurt stourm, ur stourm kuzh ha feuls, e c’heller bezan sur enklask ar polis diskouez hon roudoù, piv omp, pelec’h omp, peanos e labouromp.
Hag abret pe diwezaht aet ont a benn da c’houzout hag abret pe diwezhat e vezer bet dastumet, e vezer paket. Breman bez eus tud o deus stourmet evel-se ha n’int ket bet orse tapet. Lod a zo bet chomet er maez atav, lod o deus bet ar chans se, al lod all, ar brasan a zo bet dastumet.
Pa oan bet dastumetn, ne oan ket o c’hortoz bezan dastumet evel-se, pezh a fell din e oa padout an hiran ar gwellan. Evel just, met goude bezan dastumet pa vezer o ren ur stourm evel-se eo ret sonjal idiot e vefe chom hep sonjal deus an dra-se. Ha gant-se eo ret en em prientin mui-pe-vui evit me vefe ar gwellan.
An dus a zo bet dastumed, lod a wechoù unan hag unan, lod a wechoù a strolladigoù. An dud a veze dastumet, goulennet aman , me zo bet goulennet aman e Kemper evit kregin ha buan-tre goude kaset da Roazhon daou pe tri devezh goude kaset de Pariz. Ha setu echu an abadenn.
Une chose est sûre quand on mène ce genre de combat, un combat caché et violent : la police cherche à retrouver nos traces, à savoir qui nous sommes,, où sommes nous, comment nous travaillons.
Et tôt ou tard, ils ont fini par savoir et tôt ou tard on a été ramassés. Après il y a des gens qui ont lutté et qui n’ont jamais été attrappés. Ils sont restés en dehors, certains ont eu cette chance, la plupart ont été arrêtés.
Quand j’ai été arrêté, je ne m’attendais pas à être attappé comme ça, je voulais durer le plus tard possible. Bien sûr, le risque d’être arrêté quand on mène un combat comme-cela, il faut être idiot pour croire que cela n’arrivera pas. Et il faut s’y préparer pour que cela se passe le mieux possible.
Les gens ont été arrêtés, parfois un à un, parfois en groupes.  Les gens arrêtés étaient interrogés ici à Quimper au début, puis transportés rapidement à Rennes puis deux ou trois jours après envoyés à Paris. Et voilà l’histoire finie.

Pouvez vous raconter votre garde à vue ?
Penaos en doa bet graet an aters gant ar polis ?

Ar poliserien n’int ket tud tenner pa harpan tud. Dreist holl tud a c’hell bezan evito tud danjerus war o menoz. Hag gant-se, o micher dezho eo lakaat an dud da gomz, doareoù o deus evit an dra-se.
Ne ‘m eus morse graet ar vicher-se, n’anavezan ket o doareoù nemet ar pezh em eus bet de c’houzan, ar mod e oa bet tremenet an traoù ganin.  Moarvat, e veze aozet ganto an aters, diouzh an dud a bakomp. Ne devo ket ar memes doare ober : gant un den hag unan-all, gant unan e vo taer, gant unan all e vo dousikoc’h.

Quelle(s) stratégie(s) adopter vous à vos procès ?
Petra oa ho strategiezh e-kenver ur prosez ?

Difenn Breizh, difenn an FLB, se zo evidomp-ni e oa memes tra.
E-pad ar prosez, da gentan, a wechoù e c’hoarvez e c’hellje tud en hevelep prosez kaout un doare boutin d’en em zifenn. Neuze aes eo an traoù evit an alvokaded, aesoc’h deszho ren an difenn. A wechoù e vez bet kemeret alvokaded dishenvel gant tud dishenvel, hag an doare d’en em zifenn a zeu da vezan dishenvel ivez. Lod a zeu da kaout keuz pezh a zo bet graet, petra a zo bet rebechet dezho, bezan lkaat bombezennoù, lod pakaet war an diwezatoù. Sonjet dezho moarvat e oa an dra-se istorioù kozh pe rejoù yaouankiz hag e felle dezho en em zifenn en un doare klouaroc’h, lod all a felle dezho kndredc’hel da stourm hag en toull-bac’h, hag e pad ar prosez ha goude. Me zo bet e touez ar re o deus c’hoant kendrec’hel da stourm betek penn, en toull hag e-pas ar prosez. An doare hor boa dibabet gant un nebeut kamaraded  eo nac’h kemer perzh er prosez ha nac’h barnidigezh ur strollad varnerien n’o doa, evidomp-ni, gwir ebet warnomp. Barnerien evel lez-varn surentez ar stad a oa evidomp-ni dija un doare lez-varn er-maez lezenn, e kenver gwir ar bed.
Gant se ne felle ket dimp kemer perzh ha n’hor boa ket kemeret perzh nemet an devez kentan ha diouztu en devez kentan hon eus lakaet reuz ar muian hon eus gallet evitd iskouez ne felle ket deomp kemer perzh er perzh a oa evidomp ur seurt drevez barnidigezh.
Défendre la Bretagne, défendre le FLB c’était la même chose pour nous.
Pendant le procès, d’abord, il arrivait parfois que les gens veuillent une défense commune. Alors les choses étaient plus simple pour la avocats, c’était plus facile pour eux de se défendre. Parfois, il y a eu recours à des avocats différents pour des gens différents et la façon de se défendre est devenue différente également. Certains venaient avec des regrets par rapport à ce qui avait été fait, ce qui leur était reproché ;: avoir mis des bombes, la plupart faisant partie des derniers arrêtés. Ils pensaient que c’étaient de vieilles histoires ou des frasques de jeunesse et ils voulaient donc se défendre d’une façon plus tiède. Les autres voulaient continuer de lutter en prison, lors du procès et après. J’étais de ceux qui voulaient poursuivre encore le combat, en prison et au procès. La façon que nous avions choisie avec quelques camarades était de refuser de prendre part au procès et refuser le jugement d’un groupe de juges qui n’avaient, à nos yeux, aucun droit sur nous.  Des juges comme ceux de la Cour de sûreté de l’Etat étaient déjà pour nous une forme de justice hors la loi au regard du droit international.
Alors nous  ne voulions pas prendre part et nous n’avons assister qu’au premier jour du procès et aussitôt nous avons fait le plus de grabuge possible pour montrer que nous ne voulions pas prendre à une sorte de parodie de justice.

Pourquoi refusez vous de vous exprimer en Français ?
Perak nac’han komz gallek?

Un doare da genderchel da zifenn ar brezhoneg, an doare pellan, da lakkat el lec’h m’eo bet difennet stourm evit Breizh, e kendalc’homp ni memes tra de haosal brezhoneg. Pegwir e fell dimp kaosal el lec’h ma fell dimp pa fell dimp hag an neb ha fell dimp. Ni a oa an diviz pegoulz ober gant ur yezh ha n’eo ket varnerien c’hall.
C’était un moyen de continuer à défendre le breton, la manière la plus extrême dans l’endroit où était défendu le combat pour la Bretagne. Nous continuons quand même de parler breton. Parce que nous voulions parler breton où nous voulions, quand nous voulions et avec qui nous voulions. Nous voulions le faire dans une langue qui n’est pas celle des juges français.

Quelle est la position de la presse française et internationale ?
Petra oa sell mediaoù bro-c’hall hag ar bed-all war afer an FLB ?

Heuliet a-dost e oa bet ar prosezoù-se. Ministred ar PS a oa deuet da zifenn ac’hanomp, zoken unan a zo bet goude kentan ministr, Rocard, a oa deuet, Loeiz Penseg a oa ivez, ministr all ivez pe da bezan goude. Ar c’hazetennoù a heulie an dra-se a dost, sonj mat amzer hor boa lakaet reuz er prosez-ni, a zo bet moarvat unan deus ar re ziwezhan e oa bet heuliet gant Libération, Le Marin, Le monde ha tout ar ch’azetennoù brasan, hag evel just, kazetennoù Breizh, da gentan zoken.
Le procès a été suivi de près. Des ministres du PS étaient venus nous défendre, même un qui deviendra après premier ministre, Rocard. Est venu aussi Louis le Pensec, ministre ou futur ministre. Les journaux suivaient le procès de près, notamment quand on avait fait du grabuge, c’est un des derniers aussi suivis par les journaux : Libération, Le Matin, Le Monde et tous les grands journaux, et bien sûr, les journaux bretons, en premier même.

Etiez vous soutenu par des personnalités Bretonnes (politiques ,culturelles) ?
Petra oa souten pe skoazell ar pennoù-bras (politikel ha sevenadurel) en amzer-se ?

Skoazell zo bet a berzh an dud. Sonj hon eus holl dalc’het eus ar c’hellou hor boa bet deus an diavez e vije bet aoezt ue gouel evidomp e Gwengamp. Moarvat araok ar prosez ne meus ket sonj resis awalc’k ken. Ni, en toull-bac’h, hon eus sonjet dimp marteze e vije bet mil den, mil pemp kant, d’ar muian. Ha pa oa bet graet ar gouel e Gwengamp, e oa bet dek mil a dud da vihannan. Gant-se ne c’hell den ebet lavarout n’hor boa ket a skoazell e Breizh. Dek mil den a oa deuet hep kontan ar re n’o doa gallet dont pe ne oant ket deuet evit abeg pe abeg.
Marteze n’eo ket skoazell ar pennoù bras met gwelloc’h eo kaout skoazell an dud eget skoazell ar pennoù bras.
Nous avons eu le soutien de la population. Je me souviens que nous avions tous su qu’à l’extérieur était organisé un grand concert pour nous, à Guingamp. Peut-être avant le procès, je ne me souviens plus précisément. Nous, en prison, nous pensions qu’il y aurait 1000 personnes, 1500 au maximum. Et quand la fête a eu lieu à Guingamp, il y a eu 10000 personnes au minimum. Alors personne ne peut dire qu’il n’y avait pas de soutien en Bretagne. 10000 personnes étaient venus sans compter ceux qui n’avaient pas pu rentrer et ceux qui n’avaient pas pu venir pour telle ou telle raison. Peut être que ce n’est pas du soutien des VIP mais c’est nettement mieux d’être soutenus par la population que par les VIP.

 

Komzoù dastumet e ti Martial Menard gant Lionel HENRY, Kemper, Miz Mae 2013

28 COMMENTS

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

7seizh.info

GRATUIT
VOIR