Le Pôle Mer Bretagne Atlantique à Québec: double signature pour une coopération maritime forte

7
12

Le 14 octobre 2016 marque une étape décisive dans les démarches bilatérales menées par la France et le Québec vers le développement d’une économie maritime durable. Vendredi dernier à Québec, le Pôle Mer Bretagne Atlantique a assisté, aux côtés des Premiers ministres français et québécois – Manuel Valls et Philippe Couillard – à la signature de l’Entente Maritime France-Québec, accord bilatéral pour une coopération dans le domaine maritime. Une alliance transatlantique pour le 21ème siècle !

Ce même jour, à Rimouski, Patrick Poupon, Directeur du Pôle Mer Bretagne Atlantique a signé, au nom des deux Pôles Mer, la Convention constitutive de l’Institut France Québec pour la coopération scientifique en appui au secteur maritime (IFQM).

© DR

France et Québec, une relation privilégiée

La France est le 5ème fournisseur du Québec ainsi que son 3ème client. 400 entreprises françaises générant plus de 30 000 emplois sont implantées dans la province nord-américaine. La France, quant à elle, héberge 160 entreprises québécoises*.

A l’image de ces échanges commerciaux solides, les deux états partagent une vision commune à bien des égards. Economie donc, mais aussi culture, institution, sciences.

L’amitié franco-québécoise se traduit par une coopération active qui a démontré, vendredi dernier, toute la réalité de son dynamisme. Signée dans le cadre des rencontres alternées des Premiers ministres français et québécois organisées tous les deux ans, l’Entente France-Québec étaye la dynamique initiée par l’ensemble des acteurs maritimes de part et d’autre de l’Atlantique, et notamment par le Pôle Mer Bretagne Atlantique.

IFQM, une synergie scientifique autour d’un patrimoine maritime commun

Dans la continuité de l’Entente France-Québec, les deux états ont souhaité se doter, sans plus attendre, d’un outil collaboratif capable de traduire efficacement leurs stratégies dans le domaine des sciences et technologies marines. En créant l’IFQM, la France et le Québec entendent ainsi coordonner leurs efforts de coopération scientifique au service de l’économie maritime.

L’IFQM représente le fruit d’une impulsion menée par les hautes instances scientifiques qui en sont les membres fondateurs, en particulier l’Université de Bretagne Occidentale, cheville ouvrière de cet Institut à double titre : assurant la présidence du réseau français des Universités maritimes et des nombreuses relations scientifiques déjà existantes avec le Québec. Pour la France : les Pôles de Compétitivité Mer Bretagne Atlantique et Mer Méditerranée, le Réseau Français des Universités Marines, le CNRS, IFREMER, et le Cluster Maritime Français. Côté québécois, l’initiative est portée par l’Université du Québec à Rimouski (gestionnaire du Réseau Québec Maritime) ainsi que les Fonds de recherche du Québec (organismes subventionnaires à caractère scientifique).

Présent au sein de la délégation française reçue vendredi au Québec, Patrick Poupon, Directeur du Pôle Mer Bretagne Atlantique, souligne que « la signature de l’IFQM officialise des relations déjà existantes, mais surtout permet de les amplifier. Cette coopération scientifique est le terreau d’une économie maritime durable ».

Concevoir aujourd’hui les solutions de demain

En alliant leurs compétences de recherche et développement, la France et le Québec optent résolument pour une stratégie d’innovation qui débouchera, à terme, sur des effets de levier économique. Par une approche transversale associant scientifiques, industriels, professionnels et institutions, l’IFQM entend favoriser l’émergence de projets d’envergure dans divers domaines : biotechnologies, environnement et santé des écosystèmes, énergies marines renouvelables, pêche et aquaculture, transport, surveillance et sécurité maritime.

Le projet CATIOMERC, labellisé par le Pôle Mer Bretagne Atlantique en 2013, ouvre la voie de cet Institut. Il est un exemple concret de solution issue d’une coopération bilatérale franco-québécoise dans la recherche en biotechnologies marines. Porté par la société morbihannaise Ephyla, en association avec l’unité de production québécoise Arclay Technologies naturelles, CATIOMERC s’appuie sur le développement de nouveaux produits cosmétiques 100% naturels à partir d’actif d’origine marine (carapaces de crustacés).

*Chiffres 2015, site web France-Diplomatie

7 COMMENTS

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.