Affaires Lanmeur, Uzel et Huelgoat : une garde à vue levée

0

Dernière minute : La garde à vue du plus jeune des deux militants bretons a été levée peu avant 20 heures. Il rentre chez lui.

 

Hier matin très tôt, deux militants bretons ont été placés en garde-à-vue dans le cadre de l’affaire de la bombe déposée devant la perception de Lanmeur et des jets de cocktails Molotov sur deux gendarmeries à Uzel et Huelgoat. A Lamneur, dans la nuit du 18 au 19 décembre 2013, une bombe fabriquée à partir d’un extincteur contenant 5,5 kg d’explosif et un système de mise à feu complet, avait été découverte au matin alors qu’elle n’avait pas explosée. Quelques semaines plus tard, deux gendarmeries avaient été la cible de cocktails Molotov en pleine nuit. Dans cette dernière affaire, le parquet de Brest s’était dessaisi vendredi dernier au profit de la section anti-terroriste du parquet de Paris, procédure habituelle en cas de revendications.

Interrogé sur les développements judiciaires des dernières vingt-quatre heures, le Parquet anti-terroriste de Paris a confirmé que les deux militants bretons étaient soupçonnés dans ces affaires et que leur garde-à-vue était prolongée.

Hier matin, c’est la SDAT qui avait réveillé les deux militants à leur domicile avant de les transférer vers la PJ de Rennes pour auditions.  Le plus jeune est un militant de la cause bretonne convaincu. Il n’a que 22 ans et est domicilié dans les Côtes d’Armor. Le second a un profil plus atypique. A 74 ans, il n’a rejoint la mouvement breton qu’au milieu des années 1990. Il est domicilié dans le Finistère.

Depuis leur placement en garde-à-vue, les deux militants engrangent les soutiens. Même s’ils ne sont pas visibles sur les réseaux sociaux, les amis de la cause bretonne se préparent à s’engager à leurs côtés en cas de coup dur.

Plus d’infos à venir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.