Unsri Gschìcht dénonce le livre « Histoire de l’Alsace

Jeudi 14 mai 2020, Histoire de l’Alsace : l’alsatique de la honte !

Une jaquette attrayante
La couverture de l’Histoire de l’Alsace de Rodolphe Kaeppelin, éditée en août 2019 par La Geste – un éditeur de l’ouest de la France – a tout d’un livre récent : grand format, papier glacé, photos couleurs. Un « ouvrage réédité pour la première fois sous une forme illustrée » indique la 4ème de couverture. Et d’expliquer que l’Alsace, « séparée de l’Empire français créé par Charlemagne, […] subit pendant sept siècles et demi la suzeraineté de l’empereur d’Allemagne » ; à « son retour à la France, […] elle devint bientôt, surtout à dater
de la révolution de 1789, une des plus importantes et des plus patriotiques provinces » !

Un livre qui falsifie l’histoire de l’Alsace…
Pour rédiger ce résumé aberrant de notre histoire régionale, l’éditeur s’est contenté de recopier l’introduction de l’ouvrage originel. En réalité, selon le site Internet de la Bibliothèque nationale de France, le titre de la 1ère édition n’est pas Histoire de l’Alsace mais L’Alsace à travers les âges : son unité d’origine et de races avec la France, ses liens avec la Lorraine, ses rapports avec l’Allemagne. Et elle date de… 1890 !
Quant à l’auteur, le Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne indique que Rodolphe Kaeppelin, né à Colmar en 1810, était physicien, chimiste et inventeur, avant de devenir directeur de l’usine à gaz municipale de sa ville natale. Lorsque, par le traité de Francfort du 10 mai 1871, la France cède l’Alsace-Lorraine à l’Allemagne, il émigre pour s’établir en Normandie, avant de finir sa vie à Clamart. Si sa contribution au développement de l’éclairage urbain lui vaut aujourd’hui d’avoir sa rue à Colmar, son livre est significatif
d’une époque où production historique et littérature patriotique pouvaient aisément ne faire qu’un.

… Et trompe le client !
Voilà donc comment, par la grâce d’une réédition, fourguer un florilège d’âneries vieilles de 130 ans parmi lesquelles « Les aborigènes du pays gaulois devenu plus tard l’Alsace, sont restés purs de race dans la province gallo-romaine, et n’ont été complètement transformés en gallo-francs que vers l’époque où a régné Charlemagne. Livrés par les petits-fils de celui-ci à l’un d’eux, Louis le Germanique, ils ont fait partie de son empire, mais sans qu’ils aient été conquis, ni surtout envahis par aucun peuple allemand d’outreRhin ; ils n’ont subi d’invasion ni d’armées ni de populations teutonnes, et par conséquent leur race n’a pu être altérée » (page 146).

Unsri Gschìcht dénonce le scandale
Il est inadmissible qu’un tel ouvrage, propagateur de mensonges et de haine s’appuyant sur un ramassis de fables patriotiques pour établir une histoire délirante de l’Alsace, soit présenté comme une référence.
Unsri Gschìcht alerte le public et invite les libraires à ne pas être complices de la diffusion de ce livre honteux.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.