Quimper : Rentrée universitaire, quel soutien pour les étudiants ?

Quimper, le 2 septembre, c’ est la rentrée universitaire sur les pôles d’enseignement supérieur de la ville. Nous avons recueilli la réaction de Jérôme Abbassene sur la condition étudiante à Quimper.

Jérôme Abbassene est militant écologiste,futur candidat aux élections territoriales de 2015, second de la liste « Vivre Kemper » aux dernières municipales. Il a réalisé une étude comparative du prix du ticket de  bus sur les grandes villes de Bretagne à partir des sites internet des exploitants. Il avance également une piste de réflexion pour l’ habitat étudiant à partir d’ exemples de résidences universitaires aux Pays-Bas.

Jérôme Abbassene :

 » Soutenir les étudiants, maintenant. »Rentrée universitaire 2014-2015. Soutenir les étudiants, maintenant. » Parmi les 4900 étudiants qui font leur rentrée cette année, l’agglomération de Kemper a l’impératif moral de soutenir les plus exposés socialement.
Les dépenses obligatoires d’inscription et de sécurité sociale sont fixées nationalement et varient selon les cursus. Elles sont stables par rapport à 2013-2014. En revanche, et alors que les bourses sont gelées pour 2014-2015, le prix du restaurant universitaire passe à 3,20€ par repas (+1,5% en 2014-2015 lorsque l’inflation générale des prix sur un an s’établit à +0,5%).

Sur le plan des transports, à 21,44€/ mois, Kemper est dans le top 5 des villes les plus chères de Bretagne.
Cela est excessivement cher au vu du contenu de l’offre (absence de bus de nuit jeudi, vendredi et samedi, aucune ligne circulaire reliant les quartiers, pas d’incitation à la pratique du vélo urbain).
Les étudiants sont d’autant plus discriminés qu’ils ne bénéficient pas de prise en charge patronale à 50% de l’abonnement bus.
Dans cette période de crise sociale aiguë, et en droite ligne avec la gratuité des bus le samedi matin à compter du 6 septembre, pourquoi ne pas réaffecter une part du budget « Projet transports », à la réduction du prix de l’abonnement bus?
Concernant le logement, 148 chambres universitaires sont proposées par le CROUS (9 m² pour 239€/ mois): rénovées en 2010, seulement 3% des étudiants de Kemper peuvent y prétendre. Bien en-deçà de la moyenne académique à 7% d’étudiants bretons.
Il y a donc urgence de démultiplier l’offre étudiante en dehors du domaine privé locatif.
Devant cette situation tendue, les élus locaux ne peuvent se dérober.
A l’instar des expériences européennes, telle Utrecht aux Pays-Bas (photo jointe), une solution écologique à loyer attractif serait parfaitement adaptée au mode de vie étudiant.
L’idée est de donner une seconde vie aux conteneurs maritimes ayant navigué avec des marchandises, tout en étant soucieux du confort des étudiants. 
 
Au vu de la pénurie de logements universitaires à Kemper, aux financeurs à capitaux publics majoritaires d’impulser rapidement ce projet avec les représentants de la vie étudiante.
Les retours d’expérience rendent possible une ouverture dès à la rentrée 2015-2016.
Cette résidence modulable, autosuffisante en énergie et de dotée d’équipements modernes, permettrait également de requalifier un espace abandonné en bordure de l’Odet.
La condition étudiante est précaire.
Les étudiants participent de la vivacité de notre ville, sachons soutenir leur autonomie. Maintenant. »
   
Anciens conteneurs maritimes recyclés en résidence universitaire, Utrecht (Pays-Bas).
 

 

5 COMMENTS

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.