Pays Basque : Un Aberri Eguna pour donner du sens

Lundi 22 avril 2019, La journée de la nation basque a permis encore une fois de rappeler le cap à tenir pour l’année à venir. La construction du Pays Basque et le droit de décider, ce sont les objectifs fixés par les abertzale réunis à Saint-Jean-Pied-de-Port.

En partenariat avec le média Mediabask et avec leur accord nous partageons leur information

La manifestation de l’Aberri Eguna est partie peu après midi du marché couvert de Saint-Jean-Pied-de-Port. © Guillaume FAUVEAU

L’Aberri Eguna a rassemblé des milliers de personnes à Saint-Jean-Pied-de-Port, Saint-Jean-de-Luz, Iruñea et Bilbo. A chaque rendez-vous son sigle, en réalité, c’est une seule et même nation qu’ont célébrée les abertzale des sept provinces, dimanche 21 avril. Dans la capitale bas-navarraise, près d’un millier de personnes, d’après les chiffres communiqués par les organisateurs, ont défilé dans les rues à l’appel du mouvement Euskal Herria Bai (EH Bai).

Célébré tous les ans, le jour de la nation basque permet de fixer la boussole de l’année politique à venir. « Herria eraiki, herriak erabaki » (construire le pays, la décision au peuple, en français) dit la banderole de tête. Devant, une grande ikurrina se fraye un chemin entre les visiteurs d’un jour. Au passage de cette marche plutôt tranquille, ces derniers se retournent et se disent que c’est bien les Basques qui manifestent.

Donner un sens commun aux actions entreprises sur le territoire pour plus de cohésion entre les provinces basques, c’est le message transmis par Anita Lopepe, porte-parole d’EH Bai, à la fin de la manifestation. Face aux positions de l’Etat en Corse et aux propos tenus par la ministre de la Cohésion et des relations avec les territoires Jacqueline Gourault sur l’enseignement immersif dans l’enseignement public, elle estime que « seule une gestion par les habitants du Pays Basque pour les habitants du Pays Basque nous assurera les garanties dont nous avons besoin et auxquelles nous aspirons ».

Le contenu de cette institution

Dans cette voie, la création de la Communauté d’agglomération Pays Basque il y a deux ans apparaît comme un pas vers la reconnaissance du Pays Basque Nord. « Même si la Communauté Pays Basque n’est pas notre objectif, nous devons saisir l’opportunité de construire un espace de travail commun aux trois institutions qui co-existent en Pays Basque, en respectant le rythme ainsi que le contexte politique et social de chacun », lance Anita Lopepe.

Les abertzale se disent prêts à travailler le contenu de cette institution. « Nous sommes maintenant pleinement impliqués pour aller plus loin, construire les étapes suivantes et travailler au contenu de cette institution. Il nous faut acquérir toutes les compétences nécessaires et la capacité de construire pour assurer l’avenir du Pays Basque et construire une société plus juste, un Pays Basque plus souverain et où l’on peut vivre en euskara », ajoute-t-elle.

Diversité

Les organisateurs ont tenu à rappeler que le Pays Basque qu’ils défendent est « intégrateur » et prend en compte et respecte la diversité. « L’Aberri Eguna est la journée de ceux qui la ressentent comme telle depuis tout petit, la journée de ceux qui veulent d’un Pays Basque libre qui, en commençant ici, souhaitent changer le monde. C’est également la patrie de celles et ceux qui, bien que vivant ici, n’ont pas encore commencé à aimer passionnément le Pays Basque », précise la porte-parole.

Les participants à l’Aberri Eguna ont eu une pensée émue envers tous les militants qui ont emprunté le chemin de la résistance, ceux qui ont choisi « de ne pas se laisser faire ». Les militants d’IK et d’ETA. « Nous devons faire en sorte que les prisonniers retrouvent leur liberté immédiatement. Dans ce combat pour leur libération, chacun d’entre nous a quelque chose à faire », estime Anita Lopepe. A quelques jours du premier anniversaire de la dissolution d’ETA, elle a rappelé que « les raisons qui ont amené à la création d’ETA et d’IK perdurent encore et toujours ». C’est probablement pour cela que des milliers de Basques à travers les sept provinces éprouvent toujours le besoin de se retrouver le dimanche de Pâques.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.