Connect with us

Top News

La France affirme que l’Allemagne et l’Union européenne doivent investir massivement dans l’intelligence artificielle ou suivre les États-Unis

Published

on

(Bloomberg) — Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a exhorté l’Allemagne et les autres économies européennes à investir massivement dans l’intelligence artificielle et l’industrie verte, sous peine de prendre du retard par rapport aux États-Unis.

Le Maire a déclaré qu’aucun pays, ni même la zone euro dans son ensemble, n’est en mesure d’égaler le niveau d’investissement dans l’intelligence artificielle réalisé par Microsoft à lui seul.

« Il est nécessaire que tous les pays européens, en particulier les pays de la zone euro, et en particulier l’Allemagne, qui est l’une des principales puissances économiques de la région, se rendent compte qu’il est absolument nécessaire d’investir massivement dans l’intelligence artificielle pour ne pas dépendre de l’intelligence artificielle. « Les technologies américaines », a déclaré jeudi Le Maire à la radio France Inter.

La France cherche des moyens de prendre pied dans le domaine de l’intelligence artificielle alors que les pays se précipitent pour exploiter la technologie émergente pour la croissance et l’impact économiques. Les géants américains de la technologie tels que Microsoft, Google d’Alphabet Inc. et Amazon.com investissent des milliards de dollars dans le développement de l’intelligence artificielle, éclipsant ainsi les efforts européens. Microsoft est le plus gros investisseur dans la startup OpenAI, avec environ 13 milliards de dollars.

« Il n’y a pas suffisamment de prise de conscience collective et il existe un risque que l’économie européenne soit à la traîne de l’économie américaine pour une raison, qui est la perte de productivité », a déclaré Le Maire. « Cette perte de productivité est due à une chose : nous n’innovons pas assez. »

READ  Dua Lipa partage un aperçu des coulisses de la course du Mans en France

Il a exhorté l’Union européenne à progresser dans l’union des marchés des capitaux afin de permettre aux entreprises d’accéder au financement.

Il a évoqué la start-up parisienne Mistral AI, qui a annoncé en septembre son premier modèle d’IA générative pour concurrencer les dirigeants américains, affirmant qu’elle devrait être en mesure de lever des milliards d’euros.

Le ministre a salué les efforts des milliardaires Xavier Niel, Rodolphe Saadé et Eric Schmidt, qui ont annoncé plus tôt ce mois-ci la création d’un nouveau laboratoire de recherche sur l’intelligence artificielle à but non lucratif à Paris. Eliad Neal et CMA CGM SA de Saada investiront 100 millions d’euros (109 millions de dollars), pour un financement total d’environ 300 millions d’euros.

« Nous avons les meilleurs scientifiques, de bons laboratoires, de grandes entreprises et des initiatives comme celles de Rudolf Saade et Xavier Niel, mais nous avons besoin que les pays nous soutiennent et soient capables de lever des dizaines de milliards, pas seulement des dizaines de millions ou des centaines. Des millions », a déclaré Le Maire.

Il a également appelé à un financement massif de l’industrie verte, notamment des énergies renouvelables, des parcs éoliens et, dans le cas de la France, de l’énergie nucléaire, qui produit la majeure partie de son électricité à partir de réacteurs.

Les responsables européens ont déclaré qu’ils craignaient que les dépenses sans précédent liées à la loi de réduction de l’inflation du président américain Joe Biden n’attirent les entreprises outre-Atlantique.

-Avec le concours de Benoît Berthelot.

©2023 Bloomberg LP

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top News

Macron dit qu’il ne nommera son gouvernement qu’après les Jeux olympiques

Published

on

Macron dit qu’il ne nommera son gouvernement qu’après les Jeux olympiques

  • auteur, Christy Cooney
  • Rôle, nouvelles de la BBC

Le président français Emmanuel Macron a déclaré qu’il n’annoncerait la formation d’un nouveau gouvernement qu’après la fin des Jeux Olympiques de Paris.

Cela survient après que le Nouveau Front populaire, une coalition de gauche qui constitue le groupe le plus important au Parlement français après les récentes élections, a nommé une fonctionnaire peu connue, Lucie Castets, comme candidate au poste de Premier ministre.

En réponse à cette proposition, Macron a déclaré que nommer un nouveau ministre avant la mi-août « créerait le chaos ».

Des hommes politiques de gauche l’ont accusé d’avoir tenté « d’annuler les résultats des élections législatives ».

Les Jeux Olympiques débuteront par une cérémonie d’ouverture au centre de Paris vendredi prochain et devraient se terminer le 11 août.

M. Macron a accepté la démission du Premier ministre Gabriel Attal à la suite des lourdes défaites de son parti centriste aux élections législatives qui se sont terminées au début du mois.

Cependant, M. Atal et ses ministres ont convenu de rester en fonction en tant que gouvernement intérimaire jusqu’à ce que leurs remplaçants soient nommés.

Dans le système français, le président nomme traditionnellement un Premier ministre capable de diriger une majorité à l’Assemblée nationale.

Aucun parti ne dispose désormais de la majorité, mais le Front national progressiste contrôle au moins 182 des 577 sièges, ce qui le place dans la position la plus forte pour proposer un candidat.

Mme Castets est une économiste et fonctionnaire de 37 ans qui travaille actuellement comme directrice des finances et des achats de la ville de Paris, mais n’a aucune expérience en matière de politique partisane.

Ce choix est inhabituel dans la mesure où le Premier ministre est habituellement membre de l’Assemblée nationale.

Dans un article pour X, Mme Castets a déclaré avoir accepté la nomination « avec humilité mais aussi avec une grande conviction ».

Mais lorsque Macron a été interrogé sur la proposition du Parti Liberté et Justice lors d’un entretien avec la chaîne publique nationale France 2, il a déclaré : « Ce n’est pas là le problème. Le nom n’est pas le problème. Le problème est : quelle majorité peut émerger au sein du parti ? assemblée? »

« Bien sûr, nous devons nous concentrer sur les matchs jusqu’à la mi-août.

« Jusqu’à la mi-août, nous ne serons pas en mesure de changer les choses, car cela créerait le chaos. »

Il a également déclaré qu’aucun bloc parlementaire n’a réussi à obtenir une majorité aux élections et qu’il n’est pas encore certain quel bloc sera en mesure de nommer un Premier ministre.

Il a déclaré qu’il chercherait à nommer un Premier ministre qui bénéficierait du « soutien le plus large possible ».

Les propos de Macron ont suscité des réactions de colère de la part de certains membres du Parti national français.

Marine Tondiller, secrétaire nationale des Écologistes, l’un des partis constitutifs du groupe, a déclaré que Macron « doit sortir du déni ».

« Nos électeurs attendent désormais que les mesures de justice sociale et de justice environnementale qu’ils réclament soient mises en œuvre.

« Le président ne peut pas les arrêter comme ça. »

Manuel Bompard, le coordinateur national de « La France rebelle », a accusé Macron de vouloir « annuler les résultats des élections législatives ».

« C’est un déni intolérable de démocratie », a-t-il déclaré. « En France, il n’y a pas de veto présidentiel lorsque le peuple exprime sa volonté ».

Continue Reading

Top News

Macron répond aux efforts de la gauche pour gouverner la France – Politico

Published

on

Macron répond aux efforts de la gauche pour gouverner la France – Politico

Mais la décision de Macron de reporter la nomination d’un nouveau gouvernement a accru la colère de ses rivaux de gauche. « Emmanuel Macron ferme tout jusqu’à la mi-août pour ne pas avoir à admettre que nous y sommes arrivés les premiers. » La députée de gauche Sandrine Rousseau a écrit sur X.

De son côté, Macron a critiqué la décision de l’extrême gauche de présenter un projet de loi visant à abolir la réforme des retraites avec le soutien du Rassemblement national d’extrême droite dirigé par Marine Le Pen. Il a déclaré : « C’est à l’envers. Je n’ai pas le sentiment que nous allons perdre. » [the far left] « Ils nous ont dit qu’ils voteraient des projets de loi avec l’extrême droite », a-t-il déclaré.

Jouez au long jeu

Au cours de l’interview, dans un studio surplombant la Tour Eiffel, Macron n’a exprimé aucun remords à l’idée d’avoir convoqué des élections anticipées après la défaite de son parti aux élections européennes de juin. Le pari du président français, qui a surpris tout le monde – y compris son premier ministre –, l’a encore fragilisé à l’heure où la France accueille le monde aux Jeux.

« J’ai pris cette décision en connaissance de cause, parce que l’Assemblée nationale ne ressemble plus à la société française… et parce que tout le monde disait qu’il y aurait une motion de censure à l’automne lors de la discussion budgétaire », a-t-il déclaré.

Quant à l’avenir, Macron n’a pas précisé quel type de coalition il compte former, mais il a souligné l’immigration et la sécurité – deux questions clés pour les conservateurs – comme des questions à aborder. De tels commentaires risquent de relancer les spéculations selon lesquelles les libéraux de Macron chercheraient une alliance avec les conservateurs pour gouverner la France.

READ  Dua Lipa partage un aperçu des coulisses de la course du Mans en France
Macron a critiqué la décision de l’extrême gauche de présenter un projet de loi visant à abolir la réforme des retraites avec le soutien du Rassemblement national d’extrême droite de Marine Le Pen. | Karl Kurt/Getty Images

Macron a remporté une bataille cruciale la semaine dernière lorsqu’un compromis multipartite a été trouvé avec le groupe politique de droite Les Républicains, créé après que certains conservateurs ont rejoint l’extrême droite, pour réélire la centriste Yaël Braun-Bivet à la présidence de l’Assemblée nationale.

Continue Reading

Top News

Comité international olympique : la candidature de la France à l’organisation des Jeux d’hiver de 2030 est soumise à un vote conditionnel faute de garanties

Published

on

Comité international olympique : la candidature de la France à l’organisation des Jeux d’hiver de 2030 est soumise à un vote conditionnel faute de garanties

Thomas Bach © Gallo Images

La candidature de la France à l’organisation des Jeux olympiques d’hiver de 2030 sera soumise au vote mercredi mais, en raison de l’absence de deux garanties clés, elle sera soumise à certaines conditions, a annoncé mardi le Comité international olympique.

Le Comité international olympique doit voter sur le choix des villes qui accueilleront les Jeux d’hiver de 2030 et 2034, Salt Lake City, aux États-Unis, étant la seule candidate à accueillir la dernière session.

Le dossier français, retenu par la commission exécutive du Comité international olympique en juin dernier comme recommandation à sa séance de mercredi, n’apportait pas les garanties nécessaires à son approbation.

La garantie qui attend encore d’être mise en œuvre est l’apport de la société en nom collectif des deux régions – l’offre française inclut les régions Auvergne-Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur. L’autre garantie est la garantie de l’État pour l’organisation de l’événement.

Le président du Comité international olympique, Thomas Bach, a déclaré lors d’une conférence de presse : « Un vote aura lieu sur le projet de la France d’accueillir les Jeux olympiques de 2030, mais cela sera lié à des conditions. Le vote ne sera pas inconditionnel. »

« Comme le gouvernement français n’a pas encore été en mesure de fournir ces garanties formelles pour des raisons constitutionnelles, cela signifie qu’il y a des conditions à cela. »

Le vote du CIO intervient deux jours avant l’ouverture des Jeux olympiques d’été de 2024 à Paris.

Le problème constitutionnel survient après que le Premier ministre français Gabriel Attal et son gouvernement ont officiellement présenté leur démission la semaine dernière.

READ  Secret Delhi : Shashi Tharoor reçoit la Légion d'honneur, la plus haute distinction civile française

Le gouvernement continue désormais d’exercer ses fonctions à titre intérimaire jusqu’à ce qu’un nouveau gouvernement soit nommé après des élections anticipées non concluantes.

Les experts affirment que même si le gouvernement intérimaire est chargé de gérer les affaires courantes, il ne peut pas introduire de nouvelles lois au Parlement ni apporter de changements majeurs.

La France a déjà dirigé des gouvernements provisoires, mais aucun n’est resté au pouvoir plus de quelques jours. Il n’y a pas de durée maximale pendant laquelle le gouvernement intérimaire peut rester en place.

Continue Reading

Trending

Copyright © 2023