Connect with us

Top News

Les écoles françaises testent les codes vestimentaires des étudiants – EURACTIV.com

Published

on

Les écoles françaises testent les codes vestimentaires des étudiants – EURACTIV.com

Un essai de « l’uniforme scolaire unique » – qui ressemble plus à un code vestimentaire qu’à un uniforme – sera lancé dans les mois à venir, a annoncé le ministre de l’Education Gabriel Atal, une semaine après avoir annoncé lundi l’interdiction controversée de l’abaya.

« Je ne suis pas sûr que ce soit une solution miracle […] « Mais le test en vaut la peine », a déclaré lundi Atal sur RTL, ajoutant qu’il était « fortement favorable » à l’expérimentation d’un uniforme.

Lundi soir, dans une interview sur la chaîne YouTube de HugoDecrypte, diffusée en direct sur TikTok et YouTube, le président Emmanuel Macron a expliqué la différence entre « un uniforme scolaire » et « uniforme » : cela ne signifie pas des vêtements identiques pour chaque élève. Mais quelque chose qui s’apparente davantage à un code vestimentaire – par exemple, porter un jean et un T-shirt.

Macron a déclaré qu’il préférait l’option unifiée, qui serait « plus acceptable ». [to students] point de vue disciplinaire.

Après une période de concertation avec les élus locaux intéressés, notamment pour décider dans quelles écoles ils seront utilisés, le ministre de l’Education a indiqué qu’il « annoncerait les modalités d’expérimentation à l’automne ».

Macron a expliqué que « l’uniforme scolaire » permettrait d’éviter que les élèves portent des vêtements témoignant d’une appartenance religieuse tout en garantissant que ni les vêtements trop excentriques ni les élèves issus de milieux socialement défavorisés ne soient stigmatisés.

illustration

La position d’Atal contraste avec celle de son prédécesseur Pape Ndiaye, mais il bénéficie déjà du soutien de la droite et de l’extrême droite, a déclaré le chef du parti Les Républicains, Eric Ciotti, à un hebdomadaire. Dinar Dans une interview publiée dimanche, il a préféré « généraliser l’uniforme militaire ».

READ  Caruso se réjouit de renforcer les partenariats en tant que fiduciaire de la langue française

Le code vestimentaire obligatoire faisait également partie du programme présidentiel de Marine Le Pen et a été évoqué par tous les candidats lors du congrès du parti de droite Les Républicains en décembre dernier.

Cependant, la gauche ne croit pas à un uniforme unique pour les écoliers pour résoudre le problème des inégalités dans les écoles.

Comme le député de gauche radicale Thomas Ports, certains hommes politiques de gauche y voient la preuve d’une « convergence idéologique entre les deux partis ». [Macron’s camp] et l’extrême droite.

La majorité de Macron reste floue

Dans le camp présidentiel, cette question est encore loin d’être réglée, certains s’opposant à l’introduction de l’uniforme dans les écoles, tandis que d’autres trouvent le débat futile.

« L’uniforme scolaire n’est qu’un symbole et ne rendra pas les élèves plus obéissants ou plus respectueux envers les laïcs, leurs camarades ou le personnel enseignant », écrivait la députée de la Renaissance Olga Givernet dans un éditorial il y a quelques mois.

Le gouvernement semble allié d’une manière ou d’une autre à la position d’Attal, mais le format de l’expérience met en évidence les divergences d’opinion. Par exemple, la secrétaire d’État à la Ville, Sabrina Agresti-Robach, a évoqué la possibilité d’expérimenter le port de l’uniforme dans les « quartiers prioritaires » dits plus pauvres.

Mais dimanche soir, la ministre de l’Egalité Berangir Kouyar a déclaré qu’elle préférerait mener l’expérimentation sur des zones plus vastes « plutôt que sur des quartiers prioritaires », afin que « nous ne l’imaginions pas comme un symbole basé sur l’origine sociale ».

Pour Cuéllar, cette décision pourrait permettre de « protéger la laïcité et lutter contre le harcèlement scolaire » et mérite donc d’être tentée.

READ  America's Got Talent : la chanteuse adolescente Sarah James et le magicien français Nicolas Ribes se qualifient pour la finale

(David Basso | EURACTIV.fr)

En savoir plus avec EURACTIV

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top News

Rhône Energies est en pourparlers pour acquérir la raffinerie Esso en France

Published

on

Rhône Energies est en pourparlers pour acquérir la raffinerie Esso en France

Rhône Energies, consortium composé d'Entara et Trafigura, est entré en négociations exclusives avec Esso, filiale d'ExxonMobil, pour acquérir la raffinerie de Fos-sur-Mer en France.

L'opération concerne également les gares de Toulouse et de Villette-de-Vienne.

L'acquisition proposée verrait Trafigura conclure un accord à long terme pour une période d'au moins dix ans pour fournir du pétrole brut et acheter des produits raffinés.

Cet arrangement devrait fournir à la raffinerie un approvisionnement régulier en matières premières et un acheteur stable pour ses produits.

Les conditions financières de l'opération n'ont pas été divulguées.

L'accord est soumis à une consultation formelle des représentants des salariés et doit recevoir l'approbation des autorités réglementaires.

Accédez aux profils d'entreprise les plus complets du marché, alimentés par GlobalData. Économisez des heures de recherche. Bénéficiez d’un avantage concurrentiel.

Profil de l'entreprise – échantillon gratuit

Votre e-mail de téléchargement arrivera sous peu

Nous sommes confiants dans la qualité unique de nos profils d’entreprise. Cependant, nous souhaitons que vous preniez la décision la plus avantageuse pour votre entreprise. Nous vous proposons donc un échantillon gratuit que vous pouvez télécharger en soumettant le formulaire ci-dessous.

Par GlobalData

READ  Prix ​​Maison & Objet des Talents Émergents en France 2023


Nous avons visité politique de confidentialité Pour plus d'informations sur nos services, sur la manière dont nous pouvons utiliser, traiter et partager vos données personnelles, y compris des informations sur vos droits concernant vos données personnelles et sur la manière dont vous pouvez vous désinscrire des futures communications marketing. Nos services sont destinés aux abonnés professionnels et vous garantissez que l'adresse email fournie est celle de votre entreprise.

L’acquisition devrait être finalisée d’ici fin 2024.

Entara sera en charge de la gestion de l'installation de Fos-sur-Mer. Il supervisera l'intégrité des actifs de la raffinerie, ses performances commerciales, environnementales et sanitaires, sa maintenance, ses opérations et sa sécurité.

Nicholas Myerson, PDG d'Entara, a déclaré : « Nous sommes ravis d'acquérir les opérations de la raffinerie Esso de Fos-sur-Mer et sommes impatients de dialoguer avec la direction opérationnelle, les représentants des salariés et les parties prenantes gouvernementales au cours des semaines et des mois à venir pour confirmer notre engagement envers l'opération et nos projets pour l'avenir.

Rhône Energies a indiqué qu'elle conserverait son effectif actuel d'environ 310 salariés, qui rejoindront l'entreprise une fois l'opération finalisée.

La capacité de production de la raffinerie de Fos-sur-Mer est de 140 mille barils par jour.

Ben Lowcock, responsable mondial du pétrole chez Trafigura, a déclaré : « La raffinerie de Fos-sur-Mer est une opération efficace, flexible et bien gérée, stratégiquement située sur la côte méditerranéenne de la France. »

READ  Caruso se réjouit de renforcer les partenariats en tant que fiduciaire de la langue française

Plus tôt cette année, Angus Energy et sa filiale Trafigura ont signé un protocole d'accord pour explorer le développement du plus grand réservoir potentiel de stockage souterrain de roches poreuses du Royaume-Uni, sur le champ gazier de Saltfleetby, dans le Lincolnshire.



Continue Reading

Top News

La Guyane achète le VPO français sur fond de tensions au Venezuela

Published

on

La Guyane achète le VPO français sur fond de tensions au Venezuela

Le gouvernement du Guyana a signé une lettre d'intention avec la société française OCEA SA pour l'achat d'un navire de patrouille offshore (OPV) d'une valeur de 39,5 millions d'euros (42 millions de dollars américains). Le nouveau navire complétera le GDFS Berbice, Un OPV de 35 mètres acheté par les garde-côtes des forces de défense guyaniennes à Metal Shark Boats, basé en Louisiane, pour 10 millions d'euros (11 millions de dollars US) en 2021.dans la revitalisation de la flotte des pays.

OCEA SA a dit Actualités maritimes L'OPV sera un OPV 190 de 58 mètres de long. L'entreprise, spécialisée dans la construction de navires à coque en aluminium, a livré l'OPV 190 au Sénégal en 2016. OCEA SA a également fourni des patrouilleurs et des petits OPV au voisin du Guyana, le Suriname. Elle construit également 20 bateaux de patrouille pour les gardes-frontières ukrainiens.

Des responsables guyaniens et français lors de la cérémonie de signature le 10 avril. (Ministère des Finances – Guyane)

GDFS Berbice Il a été acheté en partie pour remplacer le vaisseau amiral vieillissant de la Garde côtière GDF, le dragueur de mines de classe River GDFS. Esséquibo, qui a finalement pris sa retraite l'année dernière. Le nouveau navire sera probablement achevé Berbice Dans cet effort.

GDFS Berbice est lancé par Metal Shark en Louisiane.  (requin métallique)
GDFS Berbice est lancé par Metal Shark en Louisiane. (requin métallique)

Dans un communiqué annonçant la signature, le gouvernement guyanais a déclaré que l'achat du nouveau navire contribuerait à préserver « l'intégrité territoriale » du pays et à « approfondir » ses relations avec la France, qui a annoncé qu'elle ouvrirait une ambassade dans ce pays d'Amérique du Sud. l'année prochaine.

Ces derniers mois, la Guyane a fait la une des journaux du monde entier en raison de son conflit territorial persistant avec le Venezuela voisin. Le conflit de longue date, qui concerne la région d'Essequibo, internationalement reconnue comme faisant partie de la Guyane, a éclaté à la fin de l'année dernière lorsque le Venezuela a organisé un « référendum » justifiant ses revendications sur la région et sa zone économique exclusive (ZEE) qui regorge d'abondantes réserves de ressources naturelles. huile. Pétrole sous-marin.

READ  Le président français Macron fait tout ce qu'il peut pour la visite d'État prévue du roi Charles III
L'organisation sénégalaise OCEA a construit l'OPV "Volado" (Océanie)
L'organisme sénégalais OCEA a construit l'OPV 190 « Fouladou » (OCEA)

En octobre 2023, le Venezuela a entamé un renforcement militaire à proximité de la Guyane, qui ne s'est pas arrêté depuis malgré la présence de… Médiation en cours pratique Selon le Centre d'études stratégiques et internationales (SCRS).

Continue Reading

Top News

Pourquoi la société française Alstom ferme-t-elle la dernière usine de trains en Grande-Bretagne ?

Published

on

Pourquoi la société française Alstom ferme-t-elle la dernière usine de trains en Grande-Bretagne ?

La vague d'intérêt des politiciens et des journalistes a remonté le moral à l'usine, mais le moral a depuis touché le fond, dit Foxall. Alors que les ouvriers attendent une mise à jour, les ateliers d'Alstom, où l'on peut s'attendre à entendre une station de radio différente tous les quelques mètres, sont étrangement calmes. La plupart de ces gens n’ont rien à faire.

Un autre bâtiment, capable d'accueillir des centaines de designers, est quasiment désert à l'exception de quelques flâneurs. On ne sait pas exactement ce qui arrivera au site s'il ferme, mais Foxall confirme qu'il existe un « groupe fort » d'employés fidèles qui s'accrochent à l'espoir qu'il sera encore en vie pendant un an et demi.

« Je n'ai pas l'intention de prendre ma retraite avant d'avoir atteint l'âge légal de la retraite », dit-il. « Mon travail consiste à maintenir l'usine ouverte. Il y a des travailleurs de la quatrième génération ici – et nous devons la garder ouverte pour eux.

Il poursuit : « Nous sommes une équipe solide sur place, dont moi-même, qui souhaitons garder l'endroit ouvert. » « Nous sommes déterminés à rester jusqu’au bout pour garantir que cela se produise, en gardant un peu d’espoir qu’il y ait un avenir ici. »

Derby abrite toujours le siège britannique de Rolls-Royce, qui a annoncé le mois dernier un investissement de 55 millions de livres sterling dans ses capacités d'essais et d'atelier. Comme Alstom, l'entreprise gère un solide programme d'apprentissage et emploie environ 15 700 personnes rien qu'à Derby.

Toyota possède également une usine de fabrication à Burnaston, dans le sud du comté. Mais en 2022, le constructeur automobile japonais a averti le gouvernement qu’il envisageait de se retirer complètement du Royaume-Uni, craignant de ne pas être en mesure d’atteindre les objectifs de zéro émission nette.

READ  Une enquête d'opinion montre que la confiance des Français dans la science a changé depuis le Covid

En fin de compte, Toyota est resté sur place, mais le maire de Derby, Alan Greaves – le premier chef du Parti réformiste à occuper ce poste après des décennies d’échange de pouvoir entre les deux principaux partis – craint que l’exode des employeurs ne présage rien de bon pour l’avenir des East Midlands.

« Il semble que nous ayons laissé Alstom partir, donc la stratégie à moyen terme pour l'industrie ferroviaire dans ce pays a échoué », dit-il. « Alstom avait un programme d'apprentissage fantastique et rien ne vient le remplacer. Qu'en est-il de ces travailleurs qui ont la cinquantaine ? Où vont-ils aller ? »

Continue Reading

Trending

Copyright © 2023