décembre 3, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

Une star iranienne enlève le foulard pour publier sur les réseaux sociaux

L’un des acteurs les plus en vue d’Iran a publié une photo sur les réseaux sociaux sans porter le foulard obligatoire pour les femmes en République islamique.

L’acte de défi de Taraneh Alidoosti s’accompagne de semaines de manifestations qui ont secoué le pays depuis la mort de Mahsa Amini.

La femme kurde iranienne de 22 ans est décédée à la mi-septembre après avoir été arrêtée par la police des mœurs de Téhéran pour avoir prétendument enfreint le code vestimentaire strict du pays.

Alidouosti, l’une des actrices les plus célèbres d’Iran qui a publiquement soutenu le mouvement de protestation, a publié une photo d’elle avec la tête découverte sur son compte Instagram officiel.

Le slogan du mouvement de protestation a été hissé en langue kurde, qui se lit « Jin. Jian. Azadi ». (Femmes. Vie. Liberté.) ».

Alidouosti est une vedette régulière des films du réalisateur primé Asghar Farhadi le vendeurQui a remporté l’Oscar du meilleur film en langue étrangère en 2017.

Nous avons besoin de votre consentement pour télécharger ce contenu YouTubeNous utilisons YouTube pour gérer du contenu supplémentaire qui peut placer des cookies sur votre appareil et collecter des données sur votre activité. Veuillez vérifier leurs détails et les accepter pour télécharger du contenu.Gérer les préférences

Il y a quelques jours sur Instagram, l’actrice a juré de rester dans son pays « à tout prix », affirmant qu’elle prévoyait d’arrêter de travailler et de soutenir à la place les familles des personnes tuées ou arrêtées lors de la campagne de protestation.

« C’est moi qui suis resté ici et je n’ai pas l’intention de partir », a déclaré l’homme de 38 ans, niant avoir un passeport étranger ou une résidence.

READ  L'armée soudanaise impose l'état d'urgence lors d'un coup d'État militaire

« Je resterai, j’arrêterai de travailler, je soutiendrai les familles des prisonniers et des morts. Je serai leur avocate », a-t-elle déclaré.

« Je me battrai pour ma maison. Je paierai n’importe quel prix pour défendre mes droits, et surtout, je crois en ce que nous construisons ensemble aujourd’hui », a-t-elle ajouté.

Alidoosti est une présence de premier plan sur la scène cinématographique iranienne depuis son adolescence, et elle a également joué dans le film récemment admiré du réalisateur Saeed Rustaei, Les frères de LailaIl a été présenté à Cannes cette année.

Nous avons besoin de votre consentement pour télécharger ce contenu YouTubeNous utilisons YouTube pour gérer du contenu supplémentaire qui peut placer des cookies sur votre appareil et collecter des données sur votre activité. Veuillez vérifier leurs détails et les accepter pour télécharger du contenu.Gérer les préférences

Elle est connue comme une ardente défenseure des droits des femmes et des droits humains au sens large en Iran.

Les personnalités du cinéma iranien étaient sous pression avant même le début du mouvement de contestation qui a éclaté avec la mort de Mahsa Amini.

Les réalisateurs primés Mohamed Rasoulof et Jaafar Panahi sont toujours en détention après leur arrestation au début de cette année.

Lorsque de grandes manifestations ont secoué le pays en novembre 2019, Alidouosti a déclaré que les Iraniens étaient « des millions de captifs » et non des citoyens.

Source : Agence France Presse