décembre 9, 2022

7seizh

Dernières nouvelles et nouvelles du monde de 7 Seizh sur les affaires, les sports et la culture. Nouvelles vidéo. Nouvelles des États-Unis, d'Europe, d'Asie-Pacifique, d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Amérique.

La France en avance sur ses objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre – EURACTIV.fr

Un centre français sur la pollution de l’air a récemment publié sa dernière estimation des émissions de gaz à effet de serre en France, s’est réjoui le ministère de la Transition énergétique : -9,6 % entre 2017 et 2021.

Lire l’article original en français par ici.

La Centre Technique Professionnel d’Etudes de la Dépollution de l’Air (Le Centre Technique Interdisciplinaire d’Etudes de la Pollution de l’Air, CITEPA) estime que la France a rejeté environ 418 millions de tonnes de gaz à effet de serre en équivalent dioxyde de carbone (MtCO2e) dans l’atmosphère en 2021 sans recours à l’Enlèvement-Changement d’Affectation des Terres et Foresterie (LULUCF) systèmes , un système qui économise les émissions négatives en absorbant les gaz à effet de serre) – une diminution de 3,9% par rapport à 2019.

Cependant, c’est bien plus qu’en 2020 (393 millions de tonnes d’équivalent dioxyde de carbone), lorsque des émissions plus faibles ont été observées en raison de la pandémie de COVID-19 et des arrêts fréquents.

En 2021, la reprise économique a accéléré le retour aux émissions en ligne avec la réduction progressive des objectifs d’émissions de dioxyde de carbone fixés par le gouvernement français dans sa Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC).

Avec 418 millions de tonnes équivalent dioxyde de carbone en 2021, la France est toujours en avance de 1,2 % sur les objectifs qu’elle s’est fixés dans la SNBC (423 millions de tonnes équivalent dioxyde de carbone).

Malgré la hausse entre 2020 et 2021, les mesures gouvernementales « payent », la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, a écrit sur twitter.

Une baisse de 28% entre 1990 et 2020

La réduction totale des émissions de gaz à effet de serre (GES) a été de 28 % entre 1990 (544 millions de tonnes équivalent dioxyde de carbone) et 2020, avec une baisse significative de 14,2 % entre 2015 et 2020.

READ  Fishing News: la France a plus de licences au Royaume-Uni que le reste du continent de l'UE27, selon le rapport Politique | Nouvelles

C’est le dioxyde de carbone (CO2) qui marque la tendance, représentant jusqu’à 75 % de toutes les émissions, avec une diminution de 27 % entre 1990 et 2020. Parallèlement, sur la même période, les émissions de méthane (CH4) ont diminué de plus de 21 %. %.

Cependant, les hydrofluorocarbures (HFC), des gaz fluorés (gaz fluorés) utilisés comme fluides caloporteurs dans les systèmes de climatisation et de chauffage, ont augmenté de 167 % au cours de la même période.

Selon le cinquième rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat publié en 2014, ces gaz fluorés ont un potentiel de réchauffement global (PRG) de 12 400 fois supérieur au dioxyde de carbone. Cela signifie que pour la même quantité de rejet, certains HFC émettent 12 400 fois plus de gaz à effet de serre que le dioxyde de carbone, qui a un potentiel de réchauffement global de 1.

Entre 2015 et 2020, les émissions de HFC ont diminué de 32,4 %.

Selon le rapport du GIEC, l’hexafluorure de soufre (SF6), également un gaz fluoré, a un potentiel de réchauffement global de 23 500, mais contrairement aux HFC, son utilisation a diminué de 84 % entre 1990 et 2020.

Le secteur des transports est le plus gros pollueur

Le secteur des transports était le premier pollueur de France en 2021, responsable de plus de 29 % de l’ensemble des émissions. L’agriculture arrive en deuxième position avec 19 %.

L’industrie de l’énergie représente 10 % des émissions, dont la moitié provient de la production d’énergie et 15 % du raffinage du pétrole. Cette part relativement faible s’explique en partie par le fait que le mix électrique français produit moins d’émissions de gaz à effet de serre du fait de l’utilisation de sources d’énergie bas carbone comme le nucléaire.

READ  Un fan fait face à un tribunal, emprisonné pour un crash

Cependant, Karima Delle, députée des Verts, a déclaré que ce n’était pas le moment de vanter la stratégie française car « le scénario le plus dramatique est le choix de ce gouvernement ». sur TwitterElle a ajouté que « la France est le deuxième émetteur de dioxyde de carbone en Europe » et travaille à réduire ses émissions « trois fois moins vite que la moyenne européenne ».

Il y a eu une baisse de 31 % des émissions de l’UE entre 1990 et 2020, selon Agence européenne pour l’environnement Mieux que l’objectif initial, une baisse de 20 %.

L’Allemagne est-elle un meilleur exemple que la France ?

L’Allemagne, premier émetteur de l’Union européenne, a vu ses émissions chuter de 38,7 % entre 1990 et 2021, selon Agence allemande de l’environnement (Umweltbundesamt).

Cependant, l’Allemagne est en retard, avec des émissions de 762 millions de tonnes d’équivalent dioxyde de carbone en 2021, soit 1,8 fois plus que la France. En effet, l’Allemagne a un mix énergétique plus intensif en carbone et une population plus importante d’environ 84 millions de personnes.

De plus, même à ce rythme, l’Allemagne ne pourra pas atteindre son objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 65% d’ici 2030, lui permettant d’être neutre en carbone d’ici 2045. Actuellement, Cour des comptes fédérale allemande Diminution estimée à 49 %.

Le nouveau gouvernement Schulz a donc décidé d’accélérer le déploiement des énergies renouvelables pour atteindre ces objectifs, avec une part de 80 % d’énergies renouvelables dans la consommation totale d’électricité d’ici 2030, contre 65 % auparavant.

Mais pour l’instant, les préoccupations allemandes sont ailleurs. Le pays relance actuellement l’usage du charbon pour compenser la demande de gaz, dont les stocks sont indispensables pour l’hiver à venir.

Suivez-vous la piste SNBC ?

Au contraire, la France est en bonne voie pour atteindre les objectifs qu’elle s’est fixés dans sa SNBC, une feuille de route qui trace les tendances structurelles vers une économie bas carbone.

READ  Angelina Jolie remporte le combat contre Brad Pitt dans la guerre contre le vignoble français

La feuille de route a été adoptée pour la première fois en 2015, en 2018-2019, à un accueil critique des écologistes qui prétendent qu’elle abaisse la barre.

La SNBC-2 permet désormais une nouvelle réduction progressive des émissions de gaz à effet de serre, avec un objectif de neutralité carbone en 2050.

Cela signifie que « nous sommes davantage sur la bonne voie », a déclaré à EURACTIV Zile Victor, responsable de la transition énergétique du Climate Action Network (CAN).

Selon elle, lorsque les systèmes UTCATF sont pris en compte, l’objectif SNBC n’est plus suivi.

En tenant compte du LUCLUF, l’objectif d’émissions de la France pour 2023 est de 383 MtCO2e. Cependant, pour 2022 – en tenant compte de l’utilisation des terres, du changement d’affectation des terres et de la foresterie – les émissions actuelles de la France sont encore loin, à 404 millions de tonnes d’équivalent dioxyde de carbone. Le taux de réduction des émissions de gaz à effet de serre est donc insuffisant, a déclaré Victor.

Victor a souligné que la version 3 de la SNBC, qui sera ratifiée l’année prochaine, devrait « montrer une accélération plus forte » des objectifs de la France, dans un « contexte où nous devons l’augmenter par rapport aux objectifs européens ».

[Edited by Frédéric Simon/Alice Taylor/Nathalie Weatherald]