Connect with us

Top News

Une attaque du Hezbollah blesse deux Israéliens dans un nouvel effort pour réduire les tensions

Published

on

Une attaque du Hezbollah blesse deux Israéliens dans un nouvel effort pour réduire les tensions

Le Hezbollah libanais a tiré mardi des roquettes sur le nord d'Israël, blessant au moins deux personnes, ont annoncé les services d'urgence, dans le cadre d'une nouvelle initiative diplomatique visant à mettre fin à des mois d'affrontements le long de la frontière.

Le Hezbollah a déclaré avoir lancé deux attaques distinctes contre Israël – l'une visant des soldats israéliens et l'autre contre un bâtiment de la police dans la ville de Kiryat Shmona, dans le nord du pays.

Un garçon de 15 ans et une femme de 47 ans ont été grièvement blessés à Kiryat Shmona, selon Magen David Adom, un service médical d'urgence à but non lucratif en Israël. Ofir Yehezkelly, maire adjoint de Kiryat Shmona, a déclaré qu'ils étaient sortis de la voiture dans laquelle ils voyageaient lorsqu'un missile antichar est tombé à proximité, mais qu'ils ont été blessés lorsqu'un autre missile est tombé.

Israël et le Hezbollah – l'allié du Hamas à Gaza – ont lancé des attaques transfrontalières presque quotidiennes depuis les attaques meurtrières menées par le Hamas en Israël le 7 octobre. Les affrontements ont entraîné le déplacement de plus de 150 000 personnes de leurs foyers des deux côtés de la frontière israélo-libanaise.

Les États-Unis et d’autres ont engagé des efforts diplomatiques pour réduire les tensions. Un diplomate occidental a déclaré mardi que la France avait présenté une proposition à Israël, au gouvernement libanais et au Hezbollah. C'était la proposition française Signalé pour la première fois Par Reuters.

La proposition détaille une trêve de 10 jours et appelle le Hezbollah à retirer ses combattants dans un rayon de 10 kilomètres (six miles) de la frontière libanaise avec Israël, selon le diplomate impliqué dans les pourparlers qui a demandé. Anonymat pour discuter de délibérations sensibles. Le diplomate a indiqué que le ministre français des Affaires étrangères, Stéphane Ségourney, avait présenté la proposition par écrit au gouvernement libanais la semaine dernière lors de sa visite dans le pays.

READ  La start-up allemande d'épicerie instantanée Flink acquiert le français Cajoo pour près de 93 millions de dollars et réalise un nouvel investissement de 5 milliards de dollars dans Carrefour - TechCrunch

Le ministère libanais des Affaires étrangères a confirmé que le gouvernement avait reçu la proposition. Le ministère français des Affaires étrangères n'a pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires.

Ces dernières semaines, Israël a averti qu’à moins qu’une solution diplomatique ne soit trouvée, il devra recourir à la force militaire pour mettre fin aux attaques du Hezbollah afin de permettre à des dizaines de milliers d’Israéliens de rentrer chez eux.

Mardi, le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a rejeté les messages véhiculés par les « délégations » occidentales venues au Liban, affirmant qu'elles se concentraient uniquement sur la protection d'Israël.

Il a déclaré dans un discours télévisé que son groupe armé continuerait à se battre aussi longtemps que la guerre à Gaza se poursuivrait.

Il a lancé un avertissement clair à Israël : « Vous êtes en train d’escalader, et nous sommes en train d’escalader ».

Patrick Kingsley, Roger Cohen Et Cassandra Winograd Contribution aux rapports.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top News

« Il vaut mieux que la France considère les étudiants étrangers comme des agents d’influence plutôt que comme des immigrants clandestins potentiels. »

Published

on

« Il vaut mieux que la France considère les étudiants étrangers comme des agents d’influence plutôt que comme des immigrants clandestins potentiels. »

jeC'est une façon de mesurer l'influence de la France que les Français eux-mêmes ignorent largement : trente des chefs d'État ou de gouvernement du monde qui arriveront au pouvoir en 2023 ont fait leurs études supérieures en France.

Classement des pays les plus influents à cet égard, qu'il a élaboré Institut de politique de l'enseignement supérieurIl s'agit d'un centre de recherche britannique spécialisé en politique universitaire, qui place la France au troisième rang après les États-Unis (où ont été formés 65 dirigeants mondiaux) et le Royaume-Uni (58 dirigeants mondiaux). Derrière la France se trouve la Russie, où ont été formés 10 dirigeants mondiaux, suivie par la Suisse, l'Australie, l'Italie et l'Espagne.

À l’heure où les questions de souveraineté et d’attractivité sont largement débattues, la question de l’accueil des étudiants étrangers dans notre pays est souvent perçue négativement comme une question « d’immigration » plutôt que reconnue comme un moyen d’étendre notre influence et de renforcer notre présence mondiale. la gravité.

Suivant les traces de l'extrême droite, qui a tendance à considérer tout étudiant étranger comme un potentiel clandestin, le sénateur Roger Carucci (Républicains) des Hauts-de-Seine à l'ouest de Paris, a réussi, à l'automne 2023, à faire avancer un amendement à la loi sur l'immigration obligeant les étudiants étrangers à payer… Caution pour un permis de séjour pour étudier. Ce montant est remboursable lorsque l'étudiant quitte le pays. Cette mesure était un appât pour attirer les électeurs de droite et d’extrême droite vers le projet de loi. Les responsables de l'enseignement supérieur se sont opposés à l'amendement, et le Conseil constitutionnel l'a finalement rejeté comme étant sans rapport avec l'objet du projet de loi. Ce rejet ne l’empêche cependant pas d’être présenté à nouveau.

READ  Ibanez reste optimiste malgré la souffrance de la France isolée
En savoir plus Abonnés uniquement Pour les universités françaises, les étudiants internationaux constituent une forme de soft power politique, scientifique et économique

« Honnêtement, ce n'est pas une bonne idée », a reconnu Emmanuel Macron, pour lequel la plupart de ses amis ont pourtant voté. « Je pense que nous devons continuer à attirer des talents et des étudiants du monde entier. » Ce débat a été renforcé par le cliché selon lequel les étrangers utilisent le statut d’étudiant pour contourner les règles de résidence. Cela existe mais reste un phénomène minoritaire : 80 % des étudiants arrivés en France en 2010 ont quitté le pays ou sont devenus français 10 ans après la délivrance de leur premier titre de séjour. Ceux qui restent représentent au moins la moitié de la migration légale de main-d’œuvre, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) en 2018. Son rapport 2023 sur les migrations internationales.

Une erreur particulièrement regrettable

Une autre erreur a été de suspendre la délivrance de visas et de bourses, à la rentrée 2023, pour les étudiants des pays du Sahel touchés par les coups d’État militaires. Cette suspension, consécutive à la fermeture des consulats, aurait pu être considérée comme une sanction au lendemain des coups d'Etat, une erreur particulièrement regrettable à l'heure où les jeunes Africains s'interrogent sur la politique de la France en Afrique.

Il vous reste 48,37% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

Continue Reading

Top News

« Certains États américains sont allés plus loin que la France dans la protection constitutionnelle de la liberté reproductive. »

Published

on

« Certains États américains sont allés plus loin que la France dans la protection constitutionnelle de la liberté reproductive. »

TLa décision de la Cour suprême de l'Arizona du 9 avril confirmant l'interdiction de l'avortement dans l'État – sauf si la vie de la mère est en jeu – est l'occasion d'évaluer cette problématique aux États-Unis dans leur ensemble, et de faire une comparaison avec la situation en France. En effet, la France vient de modifier sa constitution pour qu'elle stipule ce qui suit : « La loi détermine les conditions dans lesquelles s'exercera la liberté garantie aux femmes de recourir à l'interruption volontaire de grossesse. »

Si l'on ne peut que saluer l'élévation de la liberté des femmes d'interrompre leur grossesse au niveau constitutionnel, la portée d'une telle reconnaissance reste discutable, étant donné que l'accès effectif à ce droit dépend dans une large mesure des conditions matérielles dans lesquelles ce droit peut être exercé. . Tout ce que l’on peut en conclure, c’est que désormais ni le législateur ni aucun tribunal ne pourront supprimer ce droit, mais que sa portée restera toujours aussi fragile, à moins que les tribunaux ne commencent à donner à cette nouvelle liberté ce qui lui est dû. Un contenu plus substantiel.

En savoir plus Abonnés uniquement L'accès à l'avortement en France reste semé d'embûches

Réparation timide

Malgré les progrès indéniables qu'implique cette consécration constitutionnelle, il ne serait pas exact de dire que la France est le seul pays à avoir emprunté cette voie. Il n’est que trop courant de décrire les États-Unis comme un pays qui a irrévocablement régressé après la décision Dobbs, qui a mis fin aux protections constitutionnelles fédérales du droit à l’avortement, et la décision de l’Arizona semble donner du crédit à cette thèse. Cependant, cette évaluation ne rend pas justice à la complexité de la situation actuelle, car les États-Unis sont engagés dans une bataille État par État qui pourrait conduire à une situation encore plus favorable que celle qui existait auparavant.

READ  Ibanez reste optimiste malgré la souffrance de la France isolée
En savoir plus Abonnés uniquement L'accès à l'avortement est de retour devant la Cour suprême des États-Unis

Outre les États où l’avortement est interdit, deux méthodes sont actuellement utilisées pour protéger constitutionnellement le droit à l’avortement. Premièrement, par le biais de litiges, la société civile a contesté toutes les interdictions de l'avortement et, dans certains États, a réussi à obtenir la confirmation du statut constitutionnel de ce droit (par exemple, dans le Montana, le Dakota du Nord, le Minnesota, l'Illinois, le Kansas, la Floride, l'Alaska, le Massachusetts, New Jersey et Mississippi).

La constitutionnalité de ces États a donc été assurée par la jurisprudence. A l’inverse, d’autres pays ont pris le chemin d’inscrire le droit à l’avortement dans leur constitution, avant même la France. En général, ils sont allés beaucoup plus loin que la France. Nous voudrions ici en résumer les différents éléments, afin de montrer à quel point la réforme française était honteuse. Au-delà même des protections contre l’avortement, la liberté reproductive de chacun est en train d’être constitutionnalisée de l’autre côté de l’Atlantique.

Il vous reste 54,91% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

Continue Reading

Top News

Tournoi des Six Nations féminin : les outsiders du Pays de Galles « prêts à prendre d'assaut la France » – Kylie Powell

Published

on

Tournoi des Six Nations féminin : les outsiders du Pays de Galles « prêts à prendre d'assaut la France » – Kylie Powell
  • Écrit par Siri Coleman Phillips
  • BBC Sport Pays de Galles

Source des images, Agence photo Huw Evans

Commentez la photo, Courtney Cate (à gauche) et Kylie Powell débuteront le premier match du Pays de Galles contre la France après une longue blessure

Six Nations Guinness : Pays de Galles contre France

lieu: Parc des armes de Cardiff date: dimanche 21 avril Départ: 15h15 GMT

couverture: Regardez en direct sur BBC One Wales, BBC iPlayer et en ligne à partir de 15h00 GMT ; Écoutez BBC Radio Wales et Radio Cymru ; Commentaires textuels, faits saillants et rapports sur le site Web et l'application BBC Sport. Les temps forts de Scrum V Six Nations, dimanche 21 avril, sur BBC Two Wales à partir de 18h00 GMT et plus tard sur demande.

Malgré ses récents résultats, le Pays de Galles « doit se rappeler à quel point notre équipe est bonne », déclare l'arrière Kylie Powell.

Le Pays de Galles n'a pas encore gagné le Tournoi des Six Nations féminin de cette année, après avoir perdu contre l'Écosse, l'Angleterre et l'Irlande.

Ils attendent désespérément une réponse lorsqu’ils affronteront la France dimanche à Cardiff Arms Park.

Powell fait sa première apparition pour le Pays de Galles depuis la Coupe du monde de rugby et constitue l'un des sept changements depuis la décevante défaite 36-5 à Cork le week-end dernier.

Powell a déclaré à BBC Sport Wales : « Nous étions évidemment frustrés après le match contre l'Irlande, mais cela nous a encouragés à tout donner contre la France. »

Elle a déclaré : « Le fait d’être outsider nous soulage d’une certaine pression, mais nous avons beaucoup de pression sur nous-mêmes pour faire mieux que contre l’Irlande. »

Il a ajouté : « On ne s'attend pas à ce que nous gagnions. Toute la pression est sur la France, mais nous devons encore être présents, ce que nous n'avons pas fait contre l'Irlande. »

Après ce que l'entraîneur Ewan Cunningham a décrit comme une évaluation « honnête » cette semaine, Powell dit qu'ils sont revenus à l'essentiel.

«Je pense que nous devons revenir en arrière, retrouver notre confiance et nous soutenir», a-t-elle déclaré.

« Nous devons nous rappeler à quel point notre équipe est bonne lorsque nous sommes tous sur la bonne longueur d'onde et que nous nous donnons à 100 %. »

Powell et l'ailier Courtney Kitt sont revenus dans la formation de départ après s'être remis d'une blessure à long terme au ligament croisé antérieur (LCA).

« La rééducation n'est jamais la meilleure chose à faire, on joue au rugby pour le plaisir de jouer plutôt que pour être au gymnase, mais cela fait malheureusement partie du processus », a déclaré Powell.

« C'est très excitant d'être de retour maintenant et prêt à partir en France. »

Powell, comme Jasmine Joyce, est sous contrat combiné avec la Welsh Rugby Union et le GB Sevens.

Malgré sa longue absence, Powell espère impressionner les personnes sélectionnées pour les Jeux Olympiques de Paris 2024.

« Je vais travailler dur et continuer à pousser pour essayer d'entrer. »

Continue Reading

Trending

Copyright © 2023