Connect with us

Economy

WhatsApp’s record €225m fine underscores serious transparency issues

Published

on

It may take some time, but the €225 million fine imposed on WhatsApp Ireland this week is the second largest penalty ever imposed for breaching the EU’s General Data Protection Regulation (GDPR).

Certainly, this is a point in the ocean for an entity in the Facebook « family of companies », where the parent company refers to the aggregate group.

And yes, the Irish Data Protection Commission (DPC) initially proposed a fine of €50 million before forcing the European Data Protection Board (EDPB) to up the ante.

WhatsApp has disputed the results of the DPC and EDPB and the size of the fine, which you may be able to reduce on appeal.

But the latest 250-page decision by Data Protection Commissioner Helen Dixon, dated August 20 but published this week, could be significant for GDPR implementation across the bloc and its interaction with powerful « big tech » companies across the EU.

As US privacy expert Omar Tenney said, the magazineThe fine and its global context emphasize “the need for companies to develop strategies for privacy, compliance and risk mitigation programmes.”

While the dispute between the Irish DPC and the EDPB over the calculation of the fine took center stage after the decision was published this week, the vast majority of Dixon’s findings were not contested by the other European supervisory authorities in the Council.

The findings also seem to reveal a lot about WhatsApp Ireland’s approach to transparency obligations under the GDPR so far – and leave no doubt about the seriousness of the breaches involved.

needlessly vague

READ  Urgent recall of Tayto as dozens fall ill during salmonella outbreak

Most of Dixon’s results are based on rights under Article 13 of the General Data Protection Regulation (GDPR).

It’s very simple and basic – data controllers (in this case WhatsApp Ireland) are required to provide data subjects (WhatsApp users) clear information about how their data is stored and used, the categories of data that are processed and for what purpose.

On these fronts, the Irish DPC has found that WhatsApp Ireland does not exist, and strongly in some cases.

The investigation itself did not look at how or why WhatsApp Ireland shared user data with other Facebook companies. He was just focusing on the amount of clear information the messaging app provides to users and non-users about its data actions.

On that front, some of the information provided by WhatsApp was described as « unnecessarily vague » and « unspecified » in the report.

Users are often required to negotiate multiple links to access the materials they are looking for on the WhatsApp website.

“At the end of this exercise,” the report continues, “the use of qualified language leaves the reader wondering what exactly ‘Facebook companies’ mean.

Separately, due to the large number of linked material, an « abundance of text » and the fact that « certain basic information was placed in a completely separate notice with only one link », the inquiry found handling of WhatsApp’s privacy policy while the investigation was an « exercise ». Unnecessarily frustrated. »

« It required extensive and repeated research of the privacy policy and related materials to attempt to piece together the full range of information that was provided. »

READ  Un avocat conteste le rejet de son appel moyennant des frais d'installation de 80 €

Call feature

Perhaps the most serious finding of the investigation relates to the company’s obligation to inform users of the purpose and legal basis for data processing.

DPC has found that a company often uses multiple rules to « establish » certain processing operations.

For its part, WhatsApp said it was transparent by noting that it relies on different legal bases to process user data « in different circumstances ».

But Dixon wrote in her decision that it was « surprising » that WhatsApp considered « patent opacity to be transparency, » given the clarity of the European Union’s transparency guidelines.

The DPC found that WhatsApp not only violated its obligations to users, but non-users were similarly, if not more seriously affected.

This is because when a WhatsApp user turns on the app’s ‘calling feature’ – allowing them to add their friends’ phone numbers to their contact list on the app – they have enabled Whatsapp to access those details, even the number of non-users.

By appeal, WhatsApp told the DPC that it does not process the phone numbers of non-users as a data controller but as a data processor on behalf of the users.

# Open press

No news is bad news
magazine support

is yours contributions You’ll help us keep delivering the stories that matter to you

Support us now

When this happens, these numbers are stored for a brief period before deletion and no other information that could potentially identify a non-user is obtained.

But the DPC found that absolutely no information was given to non-users about this process by WhatsApp, nor were they told of its purpose.

READ  Le vol d'Air France à destination de Malaga déclare l'état d'urgence

One consequence of this lack of transparency is that a non-user who is considering signing up for WhatsApp has no knowledge that, once registered, their contact details will automatically appear in other users’ contact lists.

And the DPC found that non-users who later became WhatsApp users were ‘marked’.

WhatsApp has been asked to rectify this by providing relevant information to non-users in a concise, transparent, understandable and easily accessible form, using clear and clear language.

main focus

Perhaps unsurprisingly, the row between Dixon’s office and the EDPB over calculating the fine has been a primary focus in the hours since the decision was published this week.

Helen Dixon and her office have, after all, been placed under intense scrutiny due to their workload and importance as the leading European regulator for many multinational companies headquartered in Ireland.

Regardless, WhatsApp’s decision itself should make it clear to companies like Facebook exactly what their transparency obligations under the General Data Protection Regulation (GDPR) are.

“Combined with a €746 million GDP fine against Amazon in Luxembourg, the Irish data protection regulatory fine in the WhatsApp case is creating a perfect storm for global companies as they struggle to make sense of the increasingly complex and fractured legal landscape,” said Omar Tine. the magazine.

“Three years after the GDPR went into effect, the drumbeat of multi-million-euro fines heralds a new era of data protection enforcement — and compliance.”

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economy

La chaîne américaine de fruits de mer Red Lobster déclare faillite après un accord illimité sur les crevettes – The Irish Times

Published

on

La chaîne américaine de fruits de mer Red Lobster déclare faillite après un accord illimité sur les crevettes – The Irish Times

La chaîne américaine de restaurants de fruits de mer Red Lobster a déposé le bilan, malmenée par des baux onéreux, des coûts de main d’œuvre élevés et une promotion désastreuse sans fin de la crevette.

La société basée à Orlando, en Floride, a déposé dimanche une demande de protection au titre du chapitre 11, répertoriant des actifs et des passifs d’une valeur comprise entre 1 milliard de dollars (919 775 000 euros) et 10 milliards de dollars chacun dans sa demande de mise en faillite. L’enregistrement permet à une entreprise de continuer ses activités tout en élaborant un plan de remboursement des créanciers.

Red Lobster prévoit de céder le contrôle de l’entreprise à ses prêteurs, qui ont accepté de fournir un financement de 100 millions de dollars pour soutenir la chaîne pendant la faillite.

La chaîne de restaurants est en déclin depuis plusieurs années, avec un nombre de convives en baisse de près de 30 % depuis 2019, a écrit le PDG Jonathan Tebus dans des documents judiciaires. Bien que l’entreprise ait montré des signes de reprise depuis la pandémie, ses ventes ont fortement diminué au cours des 12 derniers mois, a écrit Tebus. Il a perdu 76 millions de dollars au cours de l’exercice 2023.

Les pressions inflationnistes ont empêché les clients de dîner au restaurant et la hausse des coûts de main-d’œuvre a mis à rude épreuve les finances de l’entreprise. La « partie importante » des baux de Red Lobster était fixée à un prix supérieur aux taux du marché. En mai 2023, la société a modifié son offre « Ultimate Endless Shrimp » à 20 $, passant d’une offre à durée limitée à une promotion permanente, ce qui lui a coûté 11 millions de dollars alors que les convives engloutissaient les plats de crevettes coûteux.

READ  Un avocat conteste le rejet de son appel moyennant des frais d'installation de 80 €

Red Lobster trouve ses racines dans un seul restaurant à Lakeland, en Floride, en 1968. Il s’est développé rapidement dans les années 1970 et 1980, développant une base de fans fidèles pour ses biscuits Cheddar Bay. L’entreprise exploite désormais plus de 550 restaurants aux États-Unis et au Canada.

La chaîne de restaurants, propriété du fournisseur de fruits de mer Thai Union Group Plc depuis 2020, sert 64 millions de clients chaque année et achète 20 pour cent de toutes les queues de homard en Amérique du Nord, ainsi que 16 pour cent de toutes les langoustes dans le monde.

Thai Union et Red Lobster étaient en pourparlers avec les prêteurs pour parvenir à un accord à l’amiable qui donnerait aux créanciers 80 % de l’entreprise, mais les discussions ont échoué. Les prêteurs ont accordé 20 millions de dollars de prêts supplémentaires à Red Lobster en février, mais n’étaient pas disposés à fournir davantage d’argent sans le soutien du propriétaire, selon des documents judiciaires.

Red Lobster a déclaré qu’elle enquêtait également sur l’accord sur les crevettes, notamment sur la manière dont elles étaient commercialisées dans les restaurants et si le syndicat thaïlandais « avait exercé trop d’influence » sur les achats de crevettes.

La chaîne emploie 34 000 personnes aux États-Unis et 2 000 personnes supplémentaires au Canada. La semaine dernière, elle a fermé 93 magasins sous-performants. -Bloomberg

Continue Reading

Economy

Les assureurs ont eu deux mois pour réduire leurs primes après que des groupes de consommateurs ont dénoncé une hausse des coûts malgré les réformes du secteur.

Published

on

Les assureurs ont eu deux mois pour réduire leurs primes après que des groupes de consommateurs ont dénoncé une hausse des coûts malgré les réformes du secteur.

Des groupes de consommateurs et des organisations d’entreprises ont accusé le secteur d’une « injustice flagrante » en raison de ce qu’ils considèrent comme un échec dans la réduction des primes d’assurance malgré les réformes introduites dans le secteur qui ont réduit le coût des sinistres.

Les assureurs ont déclaré à plusieurs reprises à la commission des Finances du Parlement qu’ils réduiraient les primes s’ils obtenaient des réformes majeures, telles que des directives judiciaires, qui ont considérablement réduit les niveaux d’indemnisation. Mais les primes d’assurance automobile ont augmenté pendant huit mois consécutifs, l’assurance habitation augmentant également.

Les entreprises déclarent qu’elles sont confrontées à des primes plus élevées – avec des limites strictes sur ce qu’elles couvrent si elles doivent réclamer – et sont obligées d’accepter des dépassements élevés.

Neil Richmond, le nouveau ministre d’État chargé des services financiers, des coopératives de crédit et des assurances, a invité les dirigeants de tous les grands assureurs généraux et du groupe de pression de l’industrie, Insurance Ireland, à son bureau au cours des dernières semaines pour se demander pourquoi ils n’ont pas réduit leurs primes.

Il a ajouté qu’ils seraient convoqués à une deuxième réunion dans deux mois, date à laquelle ils devraient avoir pris des mesures pour réduire les coûts des sinistres pour les clients et les entreprises.

Lorsqu’on lui a demandé ce qui serait fait si l’on avait l’impression que les primes n’avaient pas suffisamment baissé, il a répondu que lui et le ministre des Finances Michael McGrath examineraient les options permettant d’imposer de nouvelles réductions des primes. « Nous avons effectué toutes les réparations », a déclaré M. Richmond. Nous avons fait tout ce qu’ils ont demandé.

READ  L'analyse indique que l'aéroport de Dublin est le deuxième aéroport le plus stressant d'Europe

Il a déclaré que lors de la dernière réunion, les compagnies d’assurance ont été interrogées sur les efforts qu’elles déploient pour réduire les primes d’assurance. Il a également rencontré Mediators Ireland et la Law Society.

M. Richmond a nié les affirmations selon lesquelles rencontrer des représentants de l’industrie dans le commerce de détail s’était avéré inefficace lorsqu’il travaillait dans un département précédent.​

Le président de l’Association des consommateurs, Michael Kilcoyne, a déclaré que les assureurs étaient injustes envers les assurés.

« Ils ne répercutent certainement pas les bénéfices qu’ils tirent des réparations sur les consommateurs. Le montant payé pour les réclamations a chuté de façon spectaculaire, mais leurs bénéfices ont augmenté. Ils sont injustes envers les gens », a-t-il déclaré.

Dans une réponse écrite au Dáil, M. McGrath a déclaré que le dernier rapport du Conseil de résolution des blessures montrait que le volume des réclamations soumises au conseil était passé de 31 072 en 2019 à 18 453 en 2022.

Il a énuméré les réformes qui ont été mises en œuvre, notamment des lignes directrices sur les niveaux minimums d’indemnisation, des améliorations du Conseil de résolution des blessures et un rééquilibrage du devoir de diligence des entreprises.

« La priorité du gouvernement est désormais de veiller à ce que les économies générées par l’ensemble du programme de réforme soient réalisées au profit des consommateurs, des entreprises, de la communauté et des groupes bénévoles », a déclaré M. McGrath.

« Les assureurs nous ont dit que des réformes étaient nécessaires pour réduire les primes », a déclaré Brian Hanley, PDG de l’Insurance Reform Alliance.

READ  Shop now for Christmas toys because the chaos of Brexit and Covid could cause shipping delays

« Des réformes ont été introduites et, au contraire, nous constatons des bénéfices records pour les assureurs, tandis que les primes continuent d’augmenter. »

Il a appelé le gouvernement à « tenir tête aux compagnies d’assurance en notre nom et à faire davantage d’efforts pour remédier à cette flagrante injustice ».

Insurance Ireland, le groupe de pression de l’industrie, a admis qu’elle et ses sociétés membres avaient rencontré Richmond.

Lorsqu’on lui a demandé si l’industrie avait rompu sa promesse selon laquelle elle réduirait les primes d’assurance si les réformes étaient mises en œuvre, Insurer Ireland a répondu : « Comme l’a déclaré le ministre McGrath au Dáil, les réformes du gouvernement en matière d’assurance ont eu un impact positif sur les primes d’assurance automobile, les organisations de la société civile soulignant 40% de réduction depuis 2016. »

L’assureur irlandais a déclaré que les primes moyennes dans la République s’élèvent désormais à 670 €, contre 1 100 € en Irlande du Nord et au Royaume-Uni.

« Il s’agit d’un progrès évident pour les consommateurs irlandais, et Insurer Ireland continuera à travailler de manière constructive avec le gouvernement pour garantir que les futures économies de coûts apporteront de nouveaux avantages aux consommateurs », a-t-il déclaré.

Continue Reading

Economy

Célébrations au magasin de Cork qui a vendu le billet gagnant de l’EuroMillions

Published

on

Célébrations au magasin de Cork qui a vendu le billet gagnant de l’EuroMillions

Un magasin familial à Cobh a été nommé comme étant le magasin qui a vendu le billet gagnant lors du tirage au sort de l’EuroMillions « Ireland Only Raffle » de vendredi soir.

À chaque tirage de l’EuroMillions, le « Ireland Only Draw » voit 10 symboles de tirage générés pour chaque gagnant de 5 000 €.

Sur la photo ici célébrant la victoire : Sarah Rowan, Loterie nationale ; Kieran Toohey, Loterie nationale ; Eamonn Miskela (le père de Rosemary), Alan Corcoran, Rosemary Corcoran, Liam Corcoran, Penny Mead, Alan Dworzynski, Noreen Donachie, Sylvia Mielczarek, Edita Brothers. Photo : Michael O’Sullivan/McInnes Photographie

Les dix symboles gagnants tirés lors du tirage de vendredi soir ont été mis dans un tirage bonus pour voir lequel des dix symboles remporterait 1 million d’euros, en plus du prix habituel de 5 000 € pour cette catégorie.

Le Centra de Corcoran au Rushbrooke Centre, Cobh, Co., a été vendu. Cork Le ticket gagnant vaut 1 005 000 €.

Le code gagnant de la tombola « Ireland Only Raffle » pour le tirage de l’EuroMillions de vendredi soir (17 mai), d’une valeur de 1 005 000 € pour un joueur de Cork, est : I-QQN-12284.

« Notre première grande victoire »

Le propriétaire du magasin, Alan Corcoran, a déclaré qu’il était ravi de recevoir cet appel, car il s’agit de la plus grande victoire que son magasin ait remportée à ce jour.

« Je suis tellement heureuse, je ne peux pas exprimer avec des mots ce que cela signifie pour nous !

« C’est notre première grande victoire pour le magasin et nous espérons simplement qu’il sera l’un de nos clients fidèles et fidèles. »

READ  Shop now for Christmas toys because the chaos of Brexit and Covid could cause shipping delays

Il a déclaré qu’ils étaient impatients de célébrer cette victoire avec le personnel.

« Nous partagerons certainement cette joie avec nos employés qui travaillent dur et leur offrirons une petite récompense.

« Honnêtement, ils forment un groupe fort et nous avons hâte de célébrer avec eux.

« Nous attendons également avec impatience le buzz que cela va générer au cours des prochains jours et souhaitons au gagnant tout le meilleur avec son prix. »

« Vérifiez soigneusement vos billets »

La Loterie Nationale a exhorté tous les joueurs du District Rebelle à vérifier très soigneusement leurs billets et, s’ils sont gagnants, ils sont encouragés à signer au dos de leur billet et à le conserver en lieu sûr.

Ils doivent contacter l’équipe de réclamation des prix au 1800 666 222 ou par e-mail à [email protected] et des dispositions seront prises pour qu’ils récupèrent leur prix au siège du Lotto.

Sarah Rowan, porte-parole de la Loterie nationale, a déclaré : « Le tirage de vendredi soir a vu plus de 45 000 joueurs irlandais remporter des prix lors des tirages EuroMillions et EuroMillions Plus, un joueur de Cork devenant officiellement le plus grand gagnant de la soirée après avoir empoché 1 005 000 € lors d’un tirage spécial Irlande. -seulement la compétition. Des nuages.

« Nous appelons tous nos joueurs de la région de Cork à s’assurer qu’ils vérifient soigneusement leurs billets, en particulier les codes de tombola, car l’un des joueurs a un prix qui changera sa vie et attend d’être réclamé.

« La première chose que le gagnant doit faire est de signer le dos de son billet et de le conserver en lieu sûr. Il doit ensuite contacter notre équipe de réclamation des prix qui prendra des dispositions pour se rendre au siège du Lotto afin de récupérer son incroyable prix. »

READ  Exceptional growth in the economy despite Covid
Continue Reading

Trending

Copyright © 2023