Connect with us

science

La mission lunaire de la NASA en danger ? Problèmes avec le système de propulsion du vaisseau spatial pour le flasher lunaire

Published

on

La mission lunaire de la NASA en danger ?  Problèmes avec le système de propulsion du vaisseau spatial pour le flasher lunaire

Le concept de cet artiste montre le vaisseau spatial Lunar Flashlight de la taille d’une mallette qui utilise des lasers proches de l’infrarouge pour mettre en évidence les régions polaires ombragées sur la lune afin de rechercher de la glace d’eau. Crédit : NASA/JPL-Caltech

La mission définit son nouveau système de propulsion « vert » et élabore un plan révisé pour faire voler le satellite de la taille d’une valise vers la lune.

Lunar Flashlight mission successfully launched on December 11, 2022, to begin its four-month journey to the Moon, where the small satellite, or SmallSat, will test several new technologies with a goal of looking for hidden surface ice at the lunar South Pole. While the SmallSat is largely healthy and communicating with NASA’s Deep Space Network, the mission operations team has discovered that three of its four thrusters are underperforming.

The mission team, which first observed the reduced thrust three days after launch, is working to analyze the issue and provide possible solutions. During its cruise, Lunar Flashlight’s propulsion system has operated for short-duration pulses of up to a couple of seconds at a time. Based on ground testing, the team thinks that the underperformance might be caused by obstructions in the fuel lines that may be limiting the propellant flow to the thrusters.

NASA Lunar Flashlight Trajectory Correction Maneuver

This illustration shows NASA’s Lunar Flashlight carrying out a trajectory correction maneuver with the Moon and Earth in the background. Powered by the small satellite’s four thrusters, the maneuver is needed to reach lunar orbit. Credit: NASA/JPL-Caltech

The team plans to soon operate the thrusters for much longer durations, hoping to clear out any potential thruster fuel line obstructions while carrying out trajectory correction maneuvers that will keep the SmallSat on course to reach its planned orbit around the Moon. In case the propulsion system can’t be restored to full performance, the mission team is drawing up alternative plans to accomplish those maneuvers using the propulsion system with its current reduced-thrust capability. Lunar Flashlight will need to perform daily trajectory correction maneuvers starting in early February to reach lunar orbit about four months from now.

Swooping low over the Moon’s surface, the briefcase-size SmallSat will use a new laser reflectometer built with four near-infrared lasers to shine a light into the permanently shadowed craters at the lunar South Pole to detect surface ice. To achieve this goal with the limited amount of propellant it’s built to carry, Lunar Flashlight will employ an energy-efficient near-rectilinear halo orbit, taking it within 9 miles (15 kilometers) of the lunar South Pole and 43,000 miles (70,000 kilometers) away at its farthest point.

Only one other spacecraft has employed this type of orbit: NASA’s Cislunar Autonomous Positioning System Technology Operations and Navigation Experiment (CAPSTONE) mission, which launched in June 2022 to a different near-rectilinear halo orbit, the same one that is planned for Gateway. CAPSTONE also experienced difficulties during its journey to the Moon, and some of the NASA teams who helped the SmallSat reach its planned orbit are lending their expertise to help resolve Lunar Flashlight’s thruster issues.

Gateway NRHO Infographic

Infographic depicting NRHO, Gateway’s unique near-rectilinear halo orbit. Credit: NASA

Managed by NASA’s Jet Propulsion Laboratory in Southern California, Lunar Flashlight is the first interplanetary spacecraft to use a new kind of “green” propellant, called Advanced Spacecraft Energetic Non-Toxic (ASCENT), that is safer to transport and store than the commonly used propellants such as hydrazine. One of the mission’s primary goals is to demonstrate this technology for future use. The propellant was successfully tested with a previous NASA technology demonstration mission in Earth orbit.

Other systems on Lunar Flashlight are performing well, including the never-before-flown Sphinx flight computer, developed by JPL as a low-power, radiation-tolerant option for SmallSats. Also performing as designed, Lunar Flashlight’s upgraded Iris radio – which is used to communicate with the Deep Space Network – features a new precision navigation capability that future small spacecraft will use to rendezvous and land on other solar system bodies. Additional new and groundbreaking systems, such as the mission’s laser reflectometer, will be tested in the coming weeks before the mission enters lunar orbit.

More About the Mission

Lunar Flashlight is managed for NASA by Jet Propulsion Laboratory (JPL), a division of the California Institute of Technology (Caltech) in Pasadena, California. The SmallSat is operated by Georgia Tech, including graduate and undergraduate students. The Lunar Flashlight science team is led by NASA Goddard Space Flight Center in Greenbelt, Maryland, and includes team members from multiple institutions, including the University of California, Los Angeles; Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory; and the University of Colorado.

The SmallSat’s propulsion system was developed by NASA’s Marshall Space Flight Center in Huntsville, Alabama, with development and integration support from Georgia Tech. NASA’s Small Business Innovation Research program funded component development from small businesses including Plasma Processes Inc. (Rubicon) for thruster development, Flight Works for pump development, and Beehive Industries (formerly Volunteer Aerospace) for specific 3D-printed components. The Air Force Research Laboratory also contributed financially to the development of Lunar Flashlight’s propulsion system. Lunar Flashlight is funded by the Small Spacecraft Technology program within NASA’s Space Technology Mission Directorate.

READ  Un objet mystérieux qui n'a pas brillé depuis des décennies pourrait en fait être la neuvième planète
Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

science

Des chercheurs observent pour la première fois un catalyseur lors d’une réaction électrochimique

Published

on

Des chercheurs observent pour la première fois un catalyseur lors d’une réaction électrochimique

Les réactions électrochimiques sont essentielles à la fabrication de divers produits dans les industries.

La fabrication de l’aluminium, des tuyaux en PVC, du savon et du papier dépend de ces réactions électrochimiques, qui font également partie intégrante du fonctionnement des batteries des appareils électroniques, des voitures, des stimulateurs cardiaques et bien plus encore. De plus, elle a le potentiel de révolutionner la production d’énergie durable et l’utilisation des ressources.

Le cuivre et les catalyseurs similaires jouent un rôle crucial dans la catalyse de ces réactions et sont largement utilisés dans les applications électrochimiques industrielles. Cependant, le manque de compréhension du comportement des catalyseurs au cours des réactions a entravé le développement de catalyseurs améliorés. Jusqu’à présent, les chercheurs n’étaient capables d’imager les stimuli qu’avant et après les réactions, ce qui laisse un vide dans la compréhension des processus qui se produisent entre les deux.

Une collaboration entre le California Institute for Nanosystems de l’Université de Californie et le Lawrence Berkeley National Laboratory a supprimé cette limitation. L’équipe a utilisé une cellule électrochimique spécialement conçue pour surveiller la structure atomique du catalyseur en cuivre pendant la réaction conduisant à la décomposition du dioxyde de carbone.

Cette méthode offre un moyen potentiel de convertir les gaz à effet de serre en carburant ou en d’autres matériaux précieux. Les chercheurs ont enregistré des cas dans lesquels le cuivre formait des amas liquides puis disparaissait à la surface du catalyseur, entraînant des piqûres visibles.

« Pour quelque chose qui est si omniprésent dans nos vies, nous comprenons très peu de choses sur le fonctionnement des stimuli en temps réel. » a déclaré le co-auteur Bri Narang, professeur de sciences physiques à l’UCLA et membre du CNSI. « Nous avons désormais la capacité d’observer ce qui se passe au niveau atomique et de le comprendre d’un point de vue théorique.

« Tout le monde bénéficierait de la conversion directe du dioxyde de carbone en carburant, mais comment pouvons-nous le faire à moindre coût, de manière fiable et à grande échelle ? » a ajouté Narang, qui occupe également un poste en génie électrique et informatique à la School of Engineering de l’UCLA. « C’est le genre de science fondamentale qui devrait faire avancer ces défis. »

Sur la gauche, une flèche rouge suit le mouvement d’un atome de cuivre individuel pendant la réaction électrochimique. À droite, les flèches jaunes indiquent les piqûres restant dans la surface du catalyseur. Source de l’image : Qiubo Zhang/Laboratoire national Lawrence Berkeley

Les découvertes dans le domaine de la recherche sur le développement durable ont des implications significatives, et la technologie qui permet ces découvertes a le potentiel d’améliorer l’efficacité des processus électrochimiques dans diverses applications qui ont un impact sur la vie quotidienne.

READ  Cette semaine dans l'espace : la lune est une maîtresse un peu moins cruelle

Selon Yu Huang, co-auteur de l’étude et professeur Traugott et Dorothea Frederking et directeur du Département de science et d’ingénierie des matériaux à l’UC Samueli, l’étude pourrait aider les scientifiques et les ingénieurs à passer d’essais et d’erreurs à une approche de conception plus systématique. .

« Toute information que nous pouvons obtenir sur ce qui se passe réellement lors de la stimulation électrique est d’une aide précieuse pour notre compréhension de base et notre recherche de conceptions pratiques. » a déclaré Huang, membre du CNSI. « Sans cette information, c’est comme si nous lancions des fléchettes les yeux bandés et espérions atteindre quelque part près de la cible. »

Un microscope électronique de haute puissance de la fonderie moléculaire du Berkeley Lab a été utilisé pour capturer les images. Ce microscope utilise un faisceau d’électrons pour examiner des spécimens avec un niveau de détail inférieur à la longueur d’onde de la lumière.

Des défis sont rencontrés en microscopie électronique lorsqu’on tente de révéler la structure atomique des matériaux dans des environnements liquides, comme le bain d’électrolyte salin nécessaire à une réaction électrochimique.

L’ajout d’électricité à l’échantillon augmente la complexité du processus. L’auteur correspondant Haiime Cheng, scientifique principal au Berkeley Lab et professeur adjoint à l’UC Berkeley, et ses collègues ont développé un dispositif hermétiquement fermé pour surmonter ces obstacles.

Les scientifiques ont effectué des tests pour s’assurer que le flux d’électricité dans le système n’affectait pas l’image résultante. En se concentrant sur l’endroit exact où le catalyseur en cuivre rencontre l’électrolyte liquide, l’équipe a enregistré les changements qui se sont produits sur une période d’environ quatre secondes.

READ  Un objet mystérieux qui n'a pas brillé depuis des décennies pourrait en fait être la neuvième planète

Au cours de la réaction, la structure du cuivre s’est transformée d’un réseau cristallin régulier, généralement présent dans les métaux, en une masse irrégulière. Ce faisceau désordonné, composé d’atomes de cuivre et d’ions chargés positivement ainsi que de quelques molécules d’eau, s’est ensuite déplacé à la surface du catalyseur. Ce faisant, les atomes ont été échangés entre du cuivre régulier et irrégulier, piquant la surface du catalyseur. Finalement, la masse irrégulière a disparu.

« Nous ne nous attendions pas à ce que la surface se transforme en une forme amorphe puis revienne à une structure cristalline. » a déclaré le co-auteur Yang Liu, étudiant diplômé de l’UCLA dans le groupe de recherche de Huang. « Sans cet outil spécial pour observer le système en action, nous ne serions jamais en mesure de capturer ce moment. Les progrès des outils de caractérisation comme ceux-ci permettent de nouvelles découvertes fondamentales, nous aidant à comprendre le fonctionnement des matériaux dans des conditions réelles. »

Référence du magazine :

  1. Qiubo Zhang, Zhigang Song, Qianhu Sun, Yang Liu, Jiawei Wan, Sophia B. Betzler, Qi Cheng, Junyi Shangguan, Karen C. Bustillo, Peter Ercius, Bryneha Narang, Yue Huang et Haimei Cheng. Dynamique atomique des interfaces solide-liquide électrifiées dans les cellules liquides TEM. Nature, 2024 ; Identification numérique : 10.1038/s41586-024-07479-s

Continue Reading

science

Des fossiles d’anciens reptiles ressemblant à des crocodiles découverts au Brésil

Published

on

Des fossiles d’anciens reptiles ressemblant à des crocodiles découverts au Brésil
Brasilia :

Un scientifique brésilien a découvert des fossiles de petits reptiles ressemblant à des crocodiles qui vivaient pendant la période du Trias, des millions d’années avant l’apparition des premiers dinosaures.

Les fossiles du prédateur, appelé Parvosuchus aureloi, comprennent un crâne complet, 11 vertèbres, un bassin et quelques os de membres, selon le paléontologue Rodrigo Muller de l’Université fédérale de Santa Maria dans l’État de Rio Grande, auteur de la recherche publiée jeudi. Journal des rapports scientifiques.

Parvosuchus, qui vivait il y a environ 237 millions d’années, marchait sur quatre pattes et mesurait environ un mètre de long et se nourrissait de reptiles plus petits. Les fossiles ont été découverts dans le sud du Brésil. Parvosuchus, qui signifie « petit crocodile », appartient à une famille éteinte de reptiles appelée Gracilissuchidae, qui jusqu’à présent n’était connue qu’en Argentine et en Chine.

« Les Gracilisuchidae sont des organismes extrêmement rares dans le monde paléontologique », a déclaré Mueller à Reuters. « Ce groupe est particulièrement intéressant car ils vivaient juste avant l’aube des dinosaures. Les premiers dinosaures vivaient il y a 230 millions d’années. »

Parvosuchus était un prédateur terrestre. Gracili suchidae représente l’une des branches les plus anciennes de la lignée connue sous le nom de Pseudosuchia qui comprenait plus tard la branche alligator.

Parvosuchus a vécu à une époque d’innovation évolutive à la suite de la pire extinction massive sur Terre il y a 252 millions d’années, avec plusieurs groupes de reptiles en compétition avant que les dinosaures ne deviennent finalement dominants. Les derniers membres des Gracilisuchidae ont incontestablement disparu environ sept millions d’années avant l’apparition des premiers dinosaures.

READ  La chaleur du manteau a formé la croûte terrestre il y a 3 milliards d'années • Earth.com

(Cette histoire n’a pas été éditée par le personnel de NDTV et est générée automatiquement à partir d’un flux syndiqué.)

La vidéo en vedette du jour

Les chemins de fer indiens effectuent un essai du plus haut pont ferroviaire du monde, « Chenab », à Reasi

Continue Reading

science

Une technique spectroscopique qui identifie les molécules d’eau sur une surface révèle comment elles se relâchent après agitation

Published

on

Une technique spectroscopique qui identifie les molécules d’eau sur une surface révèle comment elles se relâchent après agitation

Cet article a été révisé selon Science Processus d’édition
Et Stratégies.
Éditeurs Les fonctionnalités suivantes ont été mises en avant tout en garantissant la crédibilité du contenu :

Vérification des faits

Publication évaluée par des pairs

source fiable

Relecture


Diagramme schématique du processus de relaxation vibratoire de l’étirement de OH dans l’air/eau (H2o)Interface. crédit: Communications naturelles (2024). est ce que je: 10.1038/s41467-024-45388-8

× Fermer


Diagramme schématique du processus de relaxation vibratoire de l’étirement de OH dans l’air/eau (H2o)Interface. crédit: Communications naturelles (2024). est ce que je: 10.1038/s41467-024-45388-8

Une image plus complète de la façon dont les molécules d’eau excitées lorsqu’elles interagissent avec l’air perdent leur énergie a été révélée par les scientifiques de RIKEN dans une étude. publié Dans le magazine Communications naturelles. Ce résultat sera précieux pour mieux comprendre les processus se produisant à la surface de l’eau.

L’eau est une anomalie à bien des égards. Par exemple, ses points de congélation et d’ébullition sont beaucoup plus élevés que prévu, et il est moins dense sous forme solide (glace) que sous forme liquide.

Presque toutes les propriétés inhabituelles de l’eau proviennent des liaisons faibles qui se forment et se brisent constamment entre les molécules d’eau voisines. Ces liaisons, appelées liaisons hydrogène, surviennent parce que l’oxygène attire davantage les électrons que l’hydrogène. Ainsi, l’oxygène légèrement négatif d’une molécule est attiré vers les atomes d’hydrogène légèrement positifs des autres molécules.

Mais un petit segment de molécules d’eau – celles à la surface – subit les liaisons hydrogène différemment des autres molécules d’eau. Dans leur cas, le bras qui dépasse dans l’air ne forme pas de liaisons hydrogène.

Jusqu’à présent, personne n’était capable de comprendre comment les bras de ces molécules de surface se détendaient après avoir été étirés. En effet, il est très difficile d’isoler le signal de ces molécules.

« Nous avons une bonne connaissance du comportement des molécules d’eau dans un corps liquide, mais notre compréhension des molécules d’eau à l’interface est loin derrière », explique Tahi Tahara du laboratoire de spectroscopie moléculaire RIKEN.

Au cours de la dernière décennie, une équipe dirigée par Tahara a tenté de remédier à cette situation en développant des techniques spectroscopiques très sophistiquées pour explorer les interactions des molécules d’eau sur les surfaces.

L’équipe a maintenant développé une technique basée sur la spectroscopie infrarouge, suffisamment sensible pour détecter la façon dont les liaisons oxygène et hydrogène dans les molécules d’eau de surface se relâchent.

Grâce à cette technique, l’équipe a découvert que les liaisons oxygène et hydrogène coincées dans l’air tournent en premier sans perdre d’énergie. Ils se détendent ensuite d’une manière similaire aux molécules d’un corps liquide qui forment un réseau de liaisons hydrogène.

« En ce sens, il n’y a pas beaucoup de différence entre les molécules à l’interface et à l’intérieur du liquide après avoir interagi avec leurs voisines, car elles partagent toutes deux le même processus de relaxation », explique Tahara. « Ces résultats dressent un tableau complet de la façon dont les liaisons oxygène et hydrogène se détendent à la surface de l’eau. »

Tahara et son équipe ont désormais l’intention d’utiliser leur technique spectroscopique pour observer les réactions chimiques qui se produisent à l’interface de l’eau.

Plus d’information:
Woongmo Sung et al., Profil de relaxation vibratoire unifié de l’étirement de l’OH à l’interface air/eau, Communications naturelles (2024). est ce que je: 10.1038/s41467-024-45388-8

Informations sur les magazines :
L’intelligence artificielle de la nature


Communications naturelles


READ  Machines intuitives : une entreprise américaine s'apprête à tenter d'alunir
Continue Reading

Trending

Copyright © 2023