Connect with us

Economy

Will relaxed Covid rules push up holiday prices?

Published

on

After two tough years in the travel industry, things are finally starting to turn out.

“Starting in mid-January, the trajectory has gone up significantly,” said Paul Hackett, Irish Travel Agents Association president and CEO, Click & Go. “We’ve had three record days in a row this week. Tuesday was the best day we’ve had in two years, which was beaten on Wednesday, and beat out on Thursday.

« It’s still not normal – it’s probably at about 50% of what is normal – but the trend is what we’re looking at, the confidence and the volume of bookings. »

Of the travel agents he spoke to as part of his role at the ITAA, Mr. Hackett says the same pattern is mirroring across the country.

The abolition of testing requirements for vaccinated travelers earlier this month gave the country’s travel agents the first batch, and with positive votes about the Covid situation starting to emerge from political and health circles, more people are beginning to make some temporary vacation plans.

« In the past few days with speculation increasing, we’ve seen inquiries coming in, » said Claire Dunn, managing director of Travel Broker. It’s not ‘booking busy’ yet, we say, but it was ‘inquiry busy’.

Now that the picture about easing restrictions is clear, those inquiries are expected to start turning into actual bookings.

the The World Travel and Tourism Council, which represents travel and tourism companies around the world, expects a strong recovery in the sector this year.

She said summer bookings were already 80% higher than in 2021, while Easter bookings were up 250%.

READ  Les passagers de Ryanair ne pourront pas réserver de vols ou s'enregistrer en ligne pendant des «heures» car la compagnie aérienne émet un avertissement

But what does that mean for the cost of the vacation?

Bargains still remain

Even with the increased demand, it appears that there are still good deals available.

Part of that is because airlines, hotels, and resorts have not yet adjusted their rates to reflect the sudden rise in interest.

“Consumers who booked in January got the coolest deals,” said Hackett. « The industry has a six-week gap, from the beginning of December to mid-January, when everything fell off a cliff. »

He said that Aer Lingus and Ryanair had sales going on during this time – while travel agents were also lowering fares – but it was only in recent days that demand for these offers materialized.

« So, from a pricing standpoint, the value is still there now. »

However, he said it is only a matter of time before market players adjust their offerings.

« These prices will go up once Ryanair and Aer Lingus see a significant increase in volume, » he said. « The closer people get to when they leave, the more expensive it will be – but that’s always the case. »

However, even with the relaxation of restrictions, the holiday season of 2022 is also a very different season from what would be considered normal.

“Anything people have booked since the lifting of restrictions in July and August 2021 has been very close to leaving,” he said. « No advance booking – so what we didn’t have for 2022 is the normal level of advance booking months ago. It was all ‘book now, fly next month’. »

All of this means that there are still deals to be made for people who are willing and able to move fast enough.

READ  Les employés italiens et portugais de Ryanair se joignent à la grève

However, as the weeks go by – and people get closer to their desired travel dates – expect prices to rise rapidly.

This is especially true when it comes to the high season between June and August.

“There are deals but if you are looking for peak times, and if everyone is looking for the same thing, it will be expensive,” Ms Dunn said. « If you’re willing to go off-peak, and if you don’t want to go to the same place everyone else is going, you’ll get a deal. »

air supply

Another factor that will put upward pressure on prices is the lower amount of availability compared to the pre-Covid years.

Earlier this week, Ryanair announced its largest-ever flight schedule from Dublin Airport, which will see more planes flying to more destinations than it did in 2019.

However, Ryanair will remain below pre-Covid levels at other airports, while other airlines are also likely to stick to a smaller schedule in the coming months.

This led Ryanair President Eddie Wilson to it Expect airline ticket prices across Europe to be on an upward trajectory in the coming months.

Add to that the fact that many will be booking their first proper vacation in three summers — having put their vacation money into gear since 2020 — and budget-conscious consumers may also find themselves competing with more affluent vacationers than usual.

« Money is not the problem at the moment – not to say people waste money, they are not – but it is not the main issue, » Ms Dunn said. « We’ve certainly had people going to a room or balcony with a sea view, where they might as well have gone as before to an interior cabin or a regular room.

READ  Une entreprise liée au comédien John Bishop poursuit un homme d'affaires irlandais pour fraude présumée

« People feel like they’ve had a hard time, and let’s have a vacation – we deserve it! »

But the good news is that there doesn’t seem to be much capacity limitation once people have bypassed whatever bottleneck that may exist in aviation.

« The choice is completely back to pre-pandemic levels in terms of resorts and destinations, » Hackett said. “Everything reopened – Europe started traveling from 1st July last year, so in real terms everything had enough volume. [since then]. « 

Inflation again

As people know very well, the cost of almost everything is rising – in the case of fuel, such a rise was astounding. And if airlines have to pay more for fuel, this cost inevitably passes on to consumers.

The rise in consumer prices is not limited to Ireland either, with the rest of the European Union, the United Kingdom and the United States also experiencing a spike in inflation.

in countries that use the euro; The cost of food, alcohol and tobacco rose 3.2% last year – while the cost of services rose 2.4%.

This ultimately ends up on the consumer plate, and means that holiday makers will likely encounter higher prices even when they reach their final destination.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economy

Michael O’Leary de Ryanair estime qu’un « sentiment de stagnation » en Europe fait baisser les prix

Published

on

Michael O’Leary de Ryanair estime qu’un « sentiment de stagnation » en Europe fait baisser les prix

Lorsque le transporteur a publié ses résultats annuels lundi, M. O’Leary n’a pas pu expliquer pourquoi les prix des billets restaient bas compte tenu du manque de capacité sur le marché. Cependant, il a noté que lorsque Ryanair stimule le marché avec des offres tarifaires, les consommateurs l’adoptent de manière significative.

« C’est un peu plus doux que prévu », a-t-il déclaré. « Il semble y avoir un certain degré de résistance des consommateurs. Il peut y avoir un certain sentiment de stagnation. Il n’y a pas beaucoup de dépenses de consommation ni de confiance dans les dépenses de consommation en Europe, et cela se reflète probablement dans ce que nous appellerions une période d’attente. réservations. »

Ces réservations sont celles effectuées entre les heures de voyage saisonnières de pointe et hors pointe.

« Lorsque nous nous engageons dans une relance des prix, comme nous l’avons fait au cours des quatre ou cinq dernières semaines, nous constatons de forts volumes », a-t-il ajouté. « Il y a donc des volumes élevés, ce qui est essentiel pour moi. »

C’est un peu plus doux que prévu

Il a déclaré qu’une petite partie de la baisse des prix pourrait être due au fait que certains agents de voyages en ligne ont supprimé les vols de la compagnie aérienne de leurs systèmes à la fin de l’année dernière.

O’Leary a déclaré que malgré la baisse des prix, il pense toujours que les prix des billets seront jusqu’à 5 % plus élevés au cours de l’été qu’ils ne l’étaient à l’été 2023.

Mais la compagnie aérienne s’attend à ce que les prix soient 5 à 10 % plus élevés au cours de cette période.

READ  Bus Éireann warns that routes may be canceled as Waterford staff have ruled out Covid

Ryanair a déclaré avoir réalisé un bénéfice de 1,92 milliard d’euros après déduction des impôts au cours des 12 mois se terminant fin mars de cette année, soit une augmentation de 34 %. Ses revenus ont augmenté de 25% à 13,4 milliards d’euros. Le chiffre du bénéfice – comme prévu – était inférieur au chiffre de plus de 2,2 milliards d’euros, qui est le chiffre requis pour les énormes gains financiers d’O’Leary. Il pourrait obtenir 10 millions d’actions à 11,12 € par action si la compagnie aérienne atteint ce chiffre de bénéfice d’ici la fin de l’exercice 2028.

Alternativement, il pourrait être déclenché si les actions de la compagnie aérienne se négocient au-dessus de 21 € pendant 28 jours consécutifs à cette date.

Ryanair prévoit de transporter entre 198 millions et 200 millions de passagers d’ici mars prochain. Photo : Autorité Palestinienne

Même si les actions ont chuté à 18 euros lundi, un résultat est une quasi-certitude – à moins d’un événement économique, géopolitique ou d’entreprise négatif majeur.

Le transporteur a également annoncé un rachat d’actions d’une valeur de 700 millions d’euros qui sera mis en œuvre au cours des six prochains mois. M. O’Leary a ajouté que le tarif moyen de Ryanair a augmenté de 21 % au cours du dernier exercice.

Il a déclaré que cela était absolument nécessaire, car les coûts du carburant avaient bondi de 35 %.

Ryanair prévoit de transporter entre 198 millions et 200 millions de passagers d’ici mars prochain.

Bien que ce soit 8% de plus que les 183,7 millions qu’il a transportés au cours de l’exercice 2024, c’est moins que les 205 millions attendus pour l’exercice 2025.

READ  Une entreprise liée au comédien John Bishop poursuit un homme d'affaires irlandais pour fraude présumée

Le transporteur disposera cet été de 23 Boeing 737 MAX de moins que prévu dans le cadre de son contrat en raison des difficultés rencontrées par l’avionneur américain.

O’Leary a ajouté qu’il ne pensait pas que l’acquisition prévue par Boeing du fabricant de fuselage Spirit « ferait une grande différence dans un sens ou dans l’autre ». Il a indiqué que la transformation des fuselages chez l’avionneur Boeing était encore beaucoup plus longue que prévu.

«Mais nous pensons que Stephanie Pope [Boeing’s chief operating officer] Il a ajouté que l’équipe de Seattle fait un bien meilleur travail.

Continue Reading

Economy

La chaîne américaine de fruits de mer Red Lobster déclare faillite après un accord illimité sur les crevettes – The Irish Times

Published

on

La chaîne américaine de fruits de mer Red Lobster déclare faillite après un accord illimité sur les crevettes – The Irish Times

La chaîne américaine de restaurants de fruits de mer Red Lobster a déposé le bilan, malmenée par des baux onéreux, des coûts de main d’œuvre élevés et une promotion désastreuse sans fin de la crevette.

La société basée à Orlando, en Floride, a déposé dimanche une demande de protection au titre du chapitre 11, répertoriant des actifs et des passifs d’une valeur comprise entre 1 milliard de dollars (919 775 000 euros) et 10 milliards de dollars chacun dans sa demande de mise en faillite. L’enregistrement permet à une entreprise de continuer ses activités tout en élaborant un plan de remboursement des créanciers.

Red Lobster prévoit de céder le contrôle de l’entreprise à ses prêteurs, qui ont accepté de fournir un financement de 100 millions de dollars pour soutenir la chaîne pendant la faillite.

La chaîne de restaurants est en déclin depuis plusieurs années, avec un nombre de convives en baisse de près de 30 % depuis 2019, a écrit le PDG Jonathan Tebus dans des documents judiciaires. Bien que l’entreprise ait montré des signes de reprise depuis la pandémie, ses ventes ont fortement diminué au cours des 12 derniers mois, a écrit Tebus. Il a perdu 76 millions de dollars au cours de l’exercice 2023.

Les pressions inflationnistes ont empêché les clients de dîner au restaurant et la hausse des coûts de main-d’œuvre a mis à rude épreuve les finances de l’entreprise. La « partie importante » des baux de Red Lobster était fixée à un prix supérieur aux taux du marché. En mai 2023, la société a modifié son offre « Ultimate Endless Shrimp » à 20 $, passant d’une offre à durée limitée à une promotion permanente, ce qui lui a coûté 11 millions de dollars alors que les convives engloutissaient les plats de crevettes coûteux.

READ  Bus Éireann warns that routes may be canceled as Waterford staff have ruled out Covid

Red Lobster trouve ses racines dans un seul restaurant à Lakeland, en Floride, en 1968. Il s’est développé rapidement dans les années 1970 et 1980, développant une base de fans fidèles pour ses biscuits Cheddar Bay. L’entreprise exploite désormais plus de 550 restaurants aux États-Unis et au Canada.

La chaîne de restaurants, propriété du fournisseur de fruits de mer Thai Union Group Plc depuis 2020, sert 64 millions de clients chaque année et achète 20 pour cent de toutes les queues de homard en Amérique du Nord, ainsi que 16 pour cent de toutes les langoustes dans le monde.

Thai Union et Red Lobster étaient en pourparlers avec les prêteurs pour parvenir à un accord à l’amiable qui donnerait aux créanciers 80 % de l’entreprise, mais les discussions ont échoué. Les prêteurs ont accordé 20 millions de dollars de prêts supplémentaires à Red Lobster en février, mais n’étaient pas disposés à fournir davantage d’argent sans le soutien du propriétaire, selon des documents judiciaires.

Red Lobster a déclaré qu’elle enquêtait également sur l’accord sur les crevettes, notamment sur la manière dont elles étaient commercialisées dans les restaurants et si le syndicat thaïlandais « avait exercé trop d’influence » sur les achats de crevettes.

La chaîne emploie 34 000 personnes aux États-Unis et 2 000 personnes supplémentaires au Canada. La semaine dernière, elle a fermé 93 magasins sous-performants. -Bloomberg

Continue Reading

Economy

Les assureurs ont eu deux mois pour réduire leurs primes après que des groupes de consommateurs ont dénoncé une hausse des coûts malgré les réformes du secteur.

Published

on

Les assureurs ont eu deux mois pour réduire leurs primes après que des groupes de consommateurs ont dénoncé une hausse des coûts malgré les réformes du secteur.

Des groupes de consommateurs et des organisations d’entreprises ont accusé le secteur d’une « injustice flagrante » en raison de ce qu’ils considèrent comme un échec dans la réduction des primes d’assurance malgré les réformes introduites dans le secteur qui ont réduit le coût des sinistres.

Les assureurs ont déclaré à plusieurs reprises à la commission des Finances du Parlement qu’ils réduiraient les primes s’ils obtenaient des réformes majeures, telles que des directives judiciaires, qui ont considérablement réduit les niveaux d’indemnisation. Mais les primes d’assurance automobile ont augmenté pendant huit mois consécutifs, l’assurance habitation augmentant également.

Les entreprises déclarent qu’elles sont confrontées à des primes plus élevées – avec des limites strictes sur ce qu’elles couvrent si elles doivent réclamer – et sont obligées d’accepter des dépassements élevés.

Neil Richmond, le nouveau ministre d’État chargé des services financiers, des coopératives de crédit et des assurances, a invité les dirigeants de tous les grands assureurs généraux et du groupe de pression de l’industrie, Insurance Ireland, à son bureau au cours des dernières semaines pour se demander pourquoi ils n’ont pas réduit leurs primes.

Il a ajouté qu’ils seraient convoqués à une deuxième réunion dans deux mois, date à laquelle ils devraient avoir pris des mesures pour réduire les coûts des sinistres pour les clients et les entreprises.

Lorsqu’on lui a demandé ce qui serait fait si l’on avait l’impression que les primes n’avaient pas suffisamment baissé, il a répondu que lui et le ministre des Finances Michael McGrath examineraient les options permettant d’imposer de nouvelles réductions des primes. « Nous avons effectué toutes les réparations », a déclaré M. Richmond. Nous avons fait tout ce qu’ils ont demandé.

READ  Les GTLK appartenant au Kremlin contesteront les demandes de liquidation devant la Haute Cour irlandaise - The Irish Times

Il a déclaré que lors de la dernière réunion, les compagnies d’assurance ont été interrogées sur les efforts qu’elles déploient pour réduire les primes d’assurance. Il a également rencontré Mediators Ireland et la Law Society.

M. Richmond a nié les affirmations selon lesquelles rencontrer des représentants de l’industrie dans le commerce de détail s’était avéré inefficace lorsqu’il travaillait dans un département précédent.​

Le président de l’Association des consommateurs, Michael Kilcoyne, a déclaré que les assureurs étaient injustes envers les assurés.

« Ils ne répercutent certainement pas les bénéfices qu’ils tirent des réparations sur les consommateurs. Le montant payé pour les réclamations a chuté de façon spectaculaire, mais leurs bénéfices ont augmenté. Ils sont injustes envers les gens », a-t-il déclaré.

Dans une réponse écrite au Dáil, M. McGrath a déclaré que le dernier rapport du Conseil de résolution des blessures montrait que le volume des réclamations soumises au conseil était passé de 31 072 en 2019 à 18 453 en 2022.

Il a énuméré les réformes qui ont été mises en œuvre, notamment des lignes directrices sur les niveaux minimums d’indemnisation, des améliorations du Conseil de résolution des blessures et un rééquilibrage du devoir de diligence des entreprises.

« La priorité du gouvernement est désormais de veiller à ce que les économies générées par l’ensemble du programme de réforme soient réalisées au profit des consommateurs, des entreprises, de la communauté et des groupes bénévoles », a déclaré M. McGrath.

« Les assureurs nous ont dit que des réformes étaient nécessaires pour réduire les primes », a déclaré Brian Hanley, PDG de l’Insurance Reform Alliance.

READ  Une entreprise liée au comédien John Bishop poursuit un homme d'affaires irlandais pour fraude présumée

« Des réformes ont été introduites et, au contraire, nous constatons des bénéfices records pour les assureurs, tandis que les primes continuent d’augmenter. »

Il a appelé le gouvernement à « tenir tête aux compagnies d’assurance en notre nom et à faire davantage d’efforts pour remédier à cette flagrante injustice ».

Insurance Ireland, le groupe de pression de l’industrie, a admis qu’elle et ses sociétés membres avaient rencontré Richmond.

Lorsqu’on lui a demandé si l’industrie avait rompu sa promesse selon laquelle elle réduirait les primes d’assurance si les réformes étaient mises en œuvre, Insurer Ireland a répondu : « Comme l’a déclaré le ministre McGrath au Dáil, les réformes du gouvernement en matière d’assurance ont eu un impact positif sur les primes d’assurance automobile, les organisations de la société civile soulignant 40% de réduction depuis 2016. »

L’assureur irlandais a déclaré que les primes moyennes dans la République s’élèvent désormais à 670 €, contre 1 100 € en Irlande du Nord et au Royaume-Uni.

« Il s’agit d’un progrès évident pour les consommateurs irlandais, et Insurer Ireland continuera à travailler de manière constructive avec le gouvernement pour garantir que les futures économies de coûts apporteront de nouveaux avantages aux consommateurs », a-t-il déclaré.

Continue Reading

Trending

Copyright © 2023