Connect with us

Economy

New data centers may need to demonstrate power capacity

Published

on

The ability of the new data centers to have their own on-site generation capacity equal to or greater than demand, to support supply if needed, will be a key factor in future decision-making about whether they will be given access to the national electricity grid.

The ability of data centers to reduce power consumption when required in times of shortage will also influence decision-making.

This follows the Commission for Utilities Regulatory (CRU) consultation process on data centers.

The regulator decided whether the planned data center is located in a part of the country where electricity supply is restricted will also be an important part of the decision.

This policy is believed to reduce the likelihood of more data centers being built in and around Dublin, where the electricity supply is particularly restricted.

“The evaluation criteria provide a number of options for data center operators to provide solutions for all future applications in terms of low carbon generation and reduced consumption where required,” said CRU Commissioner Jim Gannon.

CRU says the new connectivity policy, which follows engagement with data center providers and other stakeholders, represents a balanced decision that protects supply security while facilitating growth.

It also says it has eliminated the need for drastic policy changes or implementing a ban on new data center connections, as well as providing clarity for potential and existing application.

The regulator, which warned in its summer advisory paper that doing nothing would lead to blackouts for consumers, said the new approach would mitigate risks to the power grid.

The rapid growth of digital data centers here in recent years and their demand for electricity has greatly increased pressure on the national grid.

READ  « Nous sommes là pour faire des affaires, pas pour juger une culture » – The Irish Times

We need your consent to download this rte-player contentWe use the RTE operator to manage additional content that can set cookies on your device and collect data about your activity. Please review their details and accept them to upload content.Manage Preferences

Over the past four years, EirGrid has seen annual increases in demand usage of nearly 600 GWh from data centers alone – the equivalent of adding 140,000 households to the power system each year.

EirGrid has received data center applications with a total electricity demand of 1,000 MVA over the past year.

CRU said adding approximately 1,000 MVA of demand load would equate to adding more than 16 Kilkenny-like energy-consuming cities to the power grid in a relatively short time frame.

EirGrid analysis shows that demand from data centers could account for 23% of total demand in Ireland by 2030 in a medium demand scenario, and 30% in a high demand scenario.

This expected rapid growth in demand from data centers comes as Ireland’s power grid is undergoing fundamental changes to reduce its emissions by switching to renewables.

Ireland is preferred by data center providers because of the large number of technology companies here, its geographical location between the United States and continental Europe and the mild climate which makes facilities cooling cheaper.

New applications will be evaluated under the Communication Policy by EirGrid and ESB Networks.

We need your consent to download this rte-player contentWe use the RTE operator to manage additional content that can set cookies on your device and collect data about your activity. Please review their details and accept them to upload content.Manage Preferences

READ  Une « erreur de facturation » a entraîné un sous-paiement de 221 000 euros de salaire du maître de poste, affirme un journal.

Commissioner Gannon said EirGrid’s predictions that data centers could account for nearly a quarter of electricity demand here by 2030 are sustainable if measures are taken to address demand growth and if infrastructure is provided to facilitate this.

Jim Gannon said that EirGrid and ESB will be allowed to evaluate data center connectivity applications on a number of criteria including sites and transmission infrastructure.

He explained that decisions will be made based on where the current generation is located and the strength of the network that has the ability to withstand the additional load.

He said the new data centers will be separately tasked with bringing some solutions to the table.

These could include productivity cuts at certain times and storage options, Gannon said.

Speaking on RTÉ’s News at One, he said the centers will take on this challenge as they require an electricity connection.

He added that centers in other jurisdictions « follow a moon policy » and decline processing capacity at various points in time.

Mr Gannon said the CRU was not prescriptive on what technologies data centers should use but many said they would explore less carbon-intensive ways.

He said there is significant internal pressure with data center developers driving them toward a « low carbon trend ».

He said that EirGrid was asked to report to the CRU every six months on the effectiveness of these measures.

Minister for Transport, Environment, Climate and Communications, Eamonn Ryan, said data centers must « live within the confines of our climate plan » and like every industry they will have to help Ireland achieve its climate goals.

READ  Je suis un fin gourmet et j'ai découvert le meilleur rouleau de poulet d'Irlande

He said any decision the commission makes on the regulation of facilities and the EirGrid will put climate first.

« Data centers bring benefits to the country, but it cannot be at the expense of other sectors or meeting our climate goals and they know it, » he added.

ESB Networks said that as part of the consultation process, it participated in the CRU decision paper.

« We will review the published decision paper in order to implement its provisions in a practical way, » she said.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economy

Aer Lingus a annulé 50 vols supplémentaires dans l’espoir que les négociations avec le tribunal du travail avec le syndicat des pilotes aboutiront à des progrès.

Published

on

Aer Lingus a annulé 50 vols supplémentaires dans l’espoir que les négociations avec le tribunal du travail avec le syndicat des pilotes aboutiront à des progrès.

La compagnie aérienne a déclaré que cela avait été fait afin de « protéger autant de services que possible » des actions revendicatives prévues par les pilotes en relation avec le conflit salarial.

Un porte-parole de l’entreprise a déclaré : « La mise en œuvre de ces annulations vise à nous permettre de protéger autant de services que possible pour le plus grand nombre possible de nos clients. »

« Ces annulations seront mises en œuvre aujourd’hui et les détails seront communiqués aux clients concernés. Les détails des services concernés sont fournis sur la page Conseils aux voyageurs sur aerlingus.com. »

La compagnie aérienne a déclaré que les passagers qui doivent voyager entre le mercredi 26 juin et le mardi 2 juillet prochain auront toujours la possibilité de modifier leur vol gratuitement, d’annuler leur voyage et de demander un remboursement ou un bon.

« Aer Lingus comprend parfaitement l’anxiété que ressentent ses clients face à l’incertitude provoquée par l’action revendicative de l’IALPA et offre à ses clients autant d’options que possible s’ils souhaitent modifier leurs plans », ont-ils ajouté.

Cela survient alors que les dirigeants d’Aer Lingus ont comparu ce matin à 11 heures devant un tribunal du travail, dans le cadre des efforts visant à calmer et à résoudre le conflit salarial désormais toxique entre la compagnie aérienne et ses pilotes.

Les membres de l’Irish Airline Pilots Association (Ialpa) et de son syndicat faîtier, Fórsa, doivent comparaître séparément devant un tribunal du travail à 14 heures aujourd’hui.

Lundi, le tribunal du travail a appelé les deux parties à fournir des mises à jour séparées sur leurs positions dans le conflit, qui verra cette semaine les projets de voyage de dizaines de milliers de clients d’Aer Lingus gravement perturbés.

READ  Brown Thomas and Arnots were sold as part of the £4 billion Selfridges deal

Les pilotes devraient entamer mercredi un régime de travail à durée indéterminée, tandis qu’ils organiseront également une grève de huit heures samedi.

Le tribunal du travail a appelé la compagnie aérienne et les pilotes à intervenir dans un contexte de pression politique croissante pour résoudre le conflit. Si les perturbations provoquées par les actions revendicatives des pilotes nuiront aux vacances et autres projets des voyageurs de loisirs et d’affaires, elles auront également de graves conséquences sur les secteurs du tourisme et de l’hôtellerie.

L’Ialpa, présidée par son président Mark Tighe, cherche à augmenter les salaires de ses membres d’Aer Lingus d’environ 24 %. Il affirme que cela reflète l’érosion des rémunérations depuis 2019 en raison de l’inflation.

Aer Lingus a proposé aux pilotes une augmentation de 12,25 %, ce qui correspond aux augmentations de salaire déjà convenues avec d’autres membres du personnel.

L’année dernière, un tribunal indépendant des salaires a recommandé une augmentation de 12,25 % des salaires standardisés et de 1,5 % des salaires non standardisés des pilotes.

Le Tribunal du travail a récemment recommandé une augmentation temporaire des salaires de 9,25 %. Cette proposition a été acceptée par Aer Lingus mais a été massivement rejetée par les pilotes.

L’année dernière, un tribunal indépendant sur la rémunération des pilotes a recommandé une augmentation de 12,25 % des salaires uniformes et de 1,5 % des salaires non uniformes pour les pilotes.

Quels sont mes droits si mon vol est annulé ?

Aer Lingus a précédemment déclaré que, bien qu’elle soit disposée à reprendre les négociations avec l’Association irlandaise des pilotes de ligne, elle a insisté sur le fait que les changements en matière de productivité et de flexibilité doivent constituer la base de ces discussions si la compagnie aérienne veut adopter l’augmentation de salaire de 12,25 PC. je l’ai déjà montré.

READ  Je suis un fin gourmet et j'ai découvert le meilleur rouleau de poulet d'Irlande

Yalba insiste sur le fait que céder aux changements de productivité et de flexibilité signifie que les pilotes devront éventuellement payer leurs augmentations de salaire. Il est également entendu qu’il a déclaré qu’il n’avait aucun mandat de ses membres pour négocier de tels changements.

Même si des progrès sont réalisés dans les discussions, la compagnie aérienne ne pourra pas annuler le lot d’annulations déjà mises en œuvre cette semaine.

Aer Lingus a annulé au moins 244 vols entre mercredi et dimanche. Cela comprend 120 entreprises qui ont été exclues samedi en raison de la grève de ce jour-là, qui a touché 15 000 passagers.

Certains passagers peuvent ne pas savoir si leur vol a été annulé avant d’arriver aux portes d’embarquement.

Aer Lingus aurait acquis deux Airbus A320 monocouloirs dans le cadre d’un contrat de location avec équipage qui sera utilisé pour desservir des destinations telles que Prague, les îles grecques et Malaga. Elle a également acquis un Boeing 777 long-courrier qui sera utilisé sur les liaisons transatlantiques, notamment vers Chicago. Une location avec équipage est le cas dans lequel une compagnie aérienne loue un avion et un équipage pour le piloter.

Pendant l’été, Aer Lingus opère environ 1 550 vols par semaine, soit environ 220 vols par jour. Il transporte habituellement environ 40 000 passagers par jour pendant les périodes les plus chargées de l’année.

Continue Reading

Economy

Le conseil du comté de Fingal déclare que le plan de stationnement du personnel de la DAA à l’aéroport de Dublin contrevient à la « politique nationale »

Published

on

Le conseil du comté de Fingal déclare que le plan de stationnement du personnel de la DAA à l’aéroport de Dublin contrevient à la « politique nationale »

Dans le cadre de sa consultation de planification préalable avec l’autorité de planification, le conseil a déclaré à la DAA que la demande de planification pour des places de stationnement supplémentaires pourrait ne pas être prise en charge « en raison des récents changements dans la politique nationale vers une plus grande concentration sur les transports publics durables et un abandon des transports publics durables ». utilisation d’une voiture privée ».

Le conseil a également déclaré à la DAA que la proposition de stationnement pour le personnel était en conflit avec certains objectifs de développement énoncés dans le plan de développement et le plan local et, par conséquent, le conseil a considéré que la proposition contrevenait substantiellement à ces plans.

Lors des consultations préalables à la planification, l’autorité de planification a également noté que les justifications fournies pour les parkings proposés en tant qu’espaces de stationnement alternatifs « n’étaient pas suffisamment solides pour supporter le nombre de parkings proposé ».

Dans une demande de planification soumise au conseil du comté de Fingal plus tôt ce mois-ci, la DAA demande un permis de construire pour étendre le parking à long terme « Holiday Blue » vers l’ouest pour inclure 950 « places de stationnement supplémentaires pour le personnel de l’aéroport ».

En réponse aux préoccupations du conseil lors des étapes préalables à la planification, les représentants de la DAA ont déclaré au conseil que le stationnement proposé représente « le nombre minimum de places de stationnement pour les employés requis pour répondre à la demande actuelle ».

READ  Brown Thomas and Arnots were sold as part of the £4 billion Selfridges deal

La DAA a également déclaré que la proposition représente un remplacement à l’identique des places de stationnement existantes pour les employés qui ont été remplacées en raison des développements survenus sur le campus de l’aéroport.

L’exploitant de l’aéroport de Dublin a souligné que la proposition « ne constitue pas un stationnement supplémentaire, mais soutiendra le stationnement existant du personnel de l’aéroport, qui reste une exigence essentielle pour les opérations aéroportuaires ».

Les échanges entre le conseil et la DAA sont inclus dans le rapport d’urbanisme de 32 pages soumis avec la candidature par les consultants en urbanisme de la DAA, Coakley O’Neill.

Dans le rapport, Coakley O’Neill a déclaré qu’au cours de la dernière décennie, à mesure que l’aéroport de Dublin s’est développé, de nombreux sites occupés par les parkings du personnel de l’aéroport ont été occupés par d’autres projets de développement.

Le rapport note que cela devrait continuer à être le cas à mesure que l’aéroport de Dublin se développe et « nécessitera la réinstallation du stationnement du personnel de l’aéroport ailleurs pour faire face à ce déplacement et contribuer à désengorger le campus central ».

La perte de places de stationnement pour les employés de l’aéroport en raison du déplacement « exerce une pression importante sur la gestion des actifs de stationnement restants et sur les opérations aéroportuaires », ajoute le rapport.

« Les employés devraient garer leur véhicule autant que possible sur le campus de l’aéroport », indique-t-il.

Le rapport indique que la proposition fournirait une approche coordonnée, standardisée et contrôlée en matière de stationnement du personnel, conformément au total de 5 360 places autorisées par An Bord Pleanála.

READ  Citigroup signe un accord pour un nouveau siège européen à Dublin Docklands - The Irish Times

La décision devrait être prise en août.

Continue Reading

Economy

Le tribunal autorise la deuxième objection à l’itinéraire BusConnects

Published

on

Le tribunal autorise la deuxième objection à l’itinéraire BusConnects

Le deuxième défi consiste à autoriser le corridor BusConnects qui s’étend de Black Rock au centre-ville, dont le dernier en date a été initié par une association d’entreprises, de groupes communautaires et de particuliers.

L’affaire demande au tribunal d’annuler l’approbation par An Bord Pleanála du projet routier de 8,3 kilomètres et d’annuler sa confirmation de l’ordre d’achat obligatoire de certains terrains.

L’Autorité nationale des transports (NTA) a demandé l’autorisation de construire 12 voies réservées aux bus dans le cadre d’un projet de bus pionnier dans la capitale.

En mars dernier, la colonne Belfield/Blackrock est devenue la quatrième et la plus récente colonne à être approuvée par An Bord Pleanála.

Elle fait déjà l’objet d’un procès de la part de Blackrock Clinic, tandis que la route allant du côté nord de Clongriffin au centre-ville est contestée par un habitant d’Artane.

Cette dernière affaire a été portée devant les tribunaux par la High Baggot Street Traders’ Association, dont le président à Pembroke Road, Michael Quinn ; Association du chemin Pembroke ; Sa présidente est Susan McCarrick, de St Mary’s Road, Ballsbridge ; le Père Patrick Byrne ; HUMANCREST LIMITÉE.

Father Byrne et Humancrest Ltd déclarent posséder des terrains sur Pembroke Road, Dublin 4, qui sont soumis à des bons de commande obligatoires pour faire place à la piste.

Chacun des autres candidats déclare que lui-même ou ses membres vivent ou travaillent sur des propriétés situées le long ou à proximité du corridor. Le groupe Upper Baggot Street affirme compter 60 membres et représenter les intérêts des propriétaires de petites entreprises.

READ  Deux entreprises alimentaires ont émis des ordonnances de fermeture le mois dernier · TheJournal.ie

Leur contrôle judiciaire est contre An Bord Pleanála, en tant qu’organisme qui a approuvé le projet, tandis que l’Irlande et le procureur général sont également cités comme défendeurs. L’affaire revendique également des articles de la loi sur le gouvernement local de 1960, de la loi sur la planification et le développement de 2000 et de la loi de Dublin. Loi de 1944. La loi sur l’Autorité des transports est inconstitutionnelle. Elle viole la Charte des droits de l’homme de l’Union européenne.

S’appuyant sur le droit national et européen, les requérants demandent au tribunal de déclarer qu’ils sont protégés contre le paiement des frais de justice d’autres parties s’ils perdent leur procès, en invoquant certaines raisons environnementales.

Ils affirment qu’An Bord Pleanála a commis une erreur en concluant que le projet proposé était conforme aux plans de développement des deux zones communales qu’il traverse : la ville de Dublin et Dún Laoghaire Rathdown.

Ils soulignent les politiques municipales en matière de zonage et de protection des arbres, des haies et du patrimoine architectural.

Ils affirment que les autorités chargées de la planification n’ont pas pris en compte diverses questions, notamment les directives relatives à la protection du patrimoine architectural.

Les demandeurs allèguent que l’omission alléguée de la Commission de fournir des justifications appropriées pour ne pas tenir d’audience préalable à l’approbation orale est un exemple de son incapacité à agir conformément à des procédures équitables. Ils affirment également qu’il n’y a pas eu d’évaluation appropriée de la proportionnalité de l’ordre d’achat obligatoire.

Lundi, leur avocat principal, Stephen Dodd, mandaté par l’avocat de Peter Boyle & Co, a obtenu du juge Richard Humphreys l’autorisation de poursuivre la contestation.

READ  Comment vous souvenez-vous de ces marques d'entreprise ? · TheJournal.ie

L’affaire a été portée devant lui alors que seuls les requérants étaient représentés et reviendra le 8 juillet, date à laquelle les défendeurs et la NTA, en tant que partie convoquée, pourront être présents.

Continue Reading

Trending

Copyright © 2023