Connect with us

Economy

The storm of supply and demand continues to ferment property

Published

on

There is no doubt that 2021 will be a standout year when it comes to increasing property prices.

Although official figures ran into October by the end of the year, annual price inflation was at a very hot level of 13.5%.

It was the highest rate of property price increase in six years, a time of year when price gains typically begin to decline.

Most analysts now agree that full-year price inflation is likely to exceed 10%, with Davey upgrading its forecast to 13% growth in 2021.

Who would have predicted that we would be in this scenario when the epidemic spreads?

Certainly not professionals. Most of us agreed that we would be looking at results for real estate prices above 10% in March 2020.

And they were not alone among their international peers.

Most analysts expected major global real estate markets to experience recessions of varying degrees only to be proven wrong with prices rising at such a rapid pace.

Display mismatch

Although there are many factors that influence real estate prices, the only major driver here is the apparent mismatch between supply and demand.

Supply has improved during the year from its low in 2020 when would-be home sellers decided to halt the pandemic and put their properties on the market.

However, by the end of the year, there were signs that supply was back to all-time lows in almost every part of the country, with the exception of the capital.

according to Report from the property website daft.ie Published this week, the total number of properties available for purchase online on December 1st was less than 11,500.

This was close to half the pre-Covid average of 22,500 in 2019.

Trinity College professor Ronan Lyons, author of daft.ie reports, noted that « compared to early 2010, when there were more than 50,000 homes for sale across the country, this is an entirely different market. »

However, the Institute of Professional Auctions and Appraisers – IPAV – believes the shortage may not be as dramatic as the numbers suggest.

She says her agents have reported a steady supply of stock to the market, particularly as the year draws to a close, but they don’t advertise them on real estate portals.

“There is less need for this because agents have approved mortgage and cash buyers on their books for properties that come to market,” explained Pat Davitt, CEO of IPAV.

More is expected next year.

“In the current market, sellers know that they can sell their homes without having to wait for those who have not been screened as ‘ready to go’ by agents and some may not intend to buy but may be looking in the market, » he added.

READ  The EuroMillions player took home €67 million while the lucky Irish ticket holder won big prizes

Perhaps sellers can afford that luxury in an environment where the pandemic has put them in the driver’s seat.

But it’s not likely to be that way forever.

The only thing working in the seller’s favor at the moment is the shortage of new homes that have to be built to keep up with demand.

New homes are back on track

There are varying estimates of the number of homes that must be built each year to keep up with Ireland’s demand.

The central bank has supplied it with about 35,000 units a year for the coming decades, although some analysts believe that is likely. much higher than that when taking different types of tenure—occupant owner, private rental segment, and social housing segments—into account.

We are currently in excess of approximately 20,000 units each year.

While it’s still quite far from where it should be, it’s not a bad outcome in the context of prolonged pandemic-induced construction shutdowns this year and last.

However, while the construction of new homes is back on track, the market is still highly dependent on the supply of existing homes, it seems, with new buildings not featured prominently in the transaction numbers.

In the year to October, for example, more than 85% of all housing transactions were on existing homes, according to Brokers Ireland.

Either the shortage of new homes is too great or new homes are out of reach for many buyers, particularly first-time buyers who can benefit from the Help to Buy scheme if they purchase a newly built home.

Jupiter’s aging face for the first time

Given the lack of supply and the rapid pace of price hikes, it is perhaps not surprising that the average age at which people buy their first home lags behind in life.

that market analysis A survey conducted by the Association of Banks and Payments in Ireland in recent months concluded that just over a quarter of first-time homebuyers were aged 30 or younger last year.

That halved in 2004 when six out of ten first-time homeowners were in that age group.

Although they have advanced in age, where means allow, they are increasingly dependent on parental assistance to climb up the property ladder.

Mom and Dad’s bank is under examination

One issue that has generally emerged this year has been the extent to which home buyers of all kinds get help from the family to make their purchases.

so called Mom and Dad’s bank It made headlines after the Finance Act contained a measure to change the tax treatment of such loans and transfers.

READ  Un travailleur licencié après avoir croisé son patron alors qu'il était en congé non autorisé et s'est vu attribuer 12 500 €

Although the measure was eventually withdrawn, it highlighted the extent of this practice and the impact it might have on property price inflation.

According to mortgage broker Michael Dowling, there is no doubt that it is fueling price hikes.

“If you have 3 or 4 people who bid on the same house at €400,000 or €500,000, and one can take €50,000 out of the hat to make a difference, that will affect the prices,” he said.

And the loans are getting bigger all the time.

During his three decades in the business, he said he’s seen the parents’ contribution ranging from €10,000 to €30,000 to between €50,000 and €60,000.

« It wouldn’t surprise me 100,000 euros, » Dowling said.

In an age of housing shortages, those who can increase their supply of property with parents’ money are sure to get the keys to the house or apartment at the end of the day.

Those who have no restrictions on mortgage lending.

Should the caps be changed or eliminated?

The central bank is in the process of conducting a major review of it Mortgage Lending Rules With expected results next year.

It is currently offered a maximum of 3.5 times the income or combined income of applicants, and it is understood that a lot of pressure has been taken as part of a public consultation to change this requirement, allowing some leeway for low-income applicants in particular.

According to a report in the Irish Times in recent weeks, potential homebuyers earning less than €60,000 may be subject to a cap of up to 4.5 times the income when the review is completed.

There are alternative suggestions, such as one from Brokers Ireland which calls for changing the loan-to-income ratio from a multiplier of gross salary to a percentage of net disposable income.

mortgage market

2021 was a year of radical change in Irish banking With at least two lenders announcing their intention to leave the market here.

While the impending departure of Ulster Bank was widely reported, KBC came as a bolt of lightning out of the blue.

And while that might signal a downturn in the mortgage market, it was met with some surprisingly decent offers, primarily driven by non-traditional lenders.

Avant also continued to make strides in the market with a flat rate of less than 2% introduced in the fall of 2020.

The competition intensified with the launch of the first 30-year fixed-rate mortgage on the market with rates starting at 2.85%.

Finance Ireland has offered fixed rates for up to 25 years with rates starting at 2.65%.

While they are marginally more expensive than rates offered on shorter-term fixed rate mortgages, they can be very attractive in the context of the current inflationary environment where UK central banks are already raising interest rates and the US Federal Reserve is signaling three rate increases in 2022.

READ  J'ai trouvé quatre « beaux » articles de la nouvelle collection d'automne de River Island

On the other hand, we have had a low price environment in Europe for most of the past decade, and the European Central Bank has indicated that it is in no hurry to raise interest rates in response to an inflationary environment it considers « temporary ».

Brokers Ireland believes that this is a paradox for young people trying to gain a foothold in the real estate market in the current market.

“It is a tragedy and so bad from a social cohesion standpoint that younger and middle-income generations cannot own a home at a time when there has been positive turbulence in the mortgage market with historically low interest rates, even if that is the case,” said Rachel McGovern, director of financial services. At Brokers Ireland, it is ahead of the eurozone average, and the ability, for the first time, to fix these rates for fixed periods of up to 30 years.

« It will only add to the tragedy of the situation if these low rates are no longer a feature of the market by the time supply closes to meeting demand, » she added.

Next year

With an initial forecast for real estate price inflation of around 5% next year, analysts are beginning to revise these bullish expectations in light of the latest numbers.

But so far they don’t look anything like what we saw in 2021.

However, the problems that have largely rocked the market are likely to persist.

While the supply of new homes will play catch-up for many years to come, the potential absence of any shutdowns in the construction sector would see the completion number exceed next year’s better-than-expected result for 2020/21.

“Covid-19 has shaken the housing market in Ireland – that’s for sure,” said Ronan Lyons.

He concluded, « While supply appears to improve over the coming years, relieving pressure in the market, we will undoubtedly see more signs of a system under pressure before things turn. »

And the interest rate environment could pose more challenges, not just for buyers, but for mortgage holders in general — if not in 2022, then probably in later years.

Just another factor playing into the perfect storm of weak supply and rising demand – a storm that shows no sign of abating in the near future.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economy

Les avocats américains qui ont gagné le procès contre Musk réclament 5,6 milliards de dollars d’actions Tesla.

Published

on

Les avocats américains qui ont gagné le procès contre Musk réclament 5,6 milliards de dollars d’actions Tesla.

Les avocats qui ont fait valoir avec succès que l'énorme salaire du PDG de Tesla, Elon Musk, était illégal et devait être invalidé ont demandé au juge président de leur attribuer des actions de la société d'une valeur de 5,6 milliards de dollars en frais juridiques.

Les avocats, qui représentaient les actionnaires de Tesla dans l'affaire tranchée en janvier, ont fait cette demande auprès d'un juge du Delaware dans des documents judiciaires déposés vendredi.

Il semble que ce montant sera le plus important de ce type jamais atteint, s'il est approuvé. Les avocats engagés dans des recours collectifs suite à la faillite d'Enron ont reçu 688 millions de dollars en frais juridiques en 2008.

Elon Musk détient une participation de 13 % dans Tesla. Photographie : Steven Sen/AP.

« Nous sommes prêts à manger notre cuisine », ont écrit les avocats des plaignants de Tesla dans un dossier judiciaire, affirmant que le paiement était justifié parce qu'ils fonctionnaient sur une base purement contingente depuis plus de cinq ans. Ils ont dit que s’ils perdaient, ils n’obtiendraient rien et que le bénéfice pour Tesla était « énorme ».

L’attribution demandée représente 11 % des actions Tesla – d’une valeur d’environ 55 milliards de dollars – que Musk recherchait dans le cadre de l’indemnisation, que la juge Kathleen St. Jude McCormick a jugée illégale en janvier.

Non seulement cette ordonnance enlève quelque chose au bilan du constructeur de voitures électriques, mais elle est également déductible d'impôt, ont déclaré les avocats.

Dans sa décision, la juge McCormick a accepté l'argument de l'avocat des actionnaires selon lequel M. Musk avait personnellement dicté le programme salarial historique de 2018 lors de négociations simulées avec des administrateurs non indépendants.

READ  The EuroMillions player took home €67 million while the lucky Irish ticket holder won big prizes

Cela aurait presque doublé la participation de Musk dans Tesla. Il en possède actuellement 13 pour cent.

Continue Reading

Economy

Un nouveau plan national de gestion et de prévention des déchets sera lancé aujourd'hui en Irlande

Published

on

Un nouveau plan national de gestion et de prévention des déchets sera lancé aujourd'hui en Irlande

Un nouveau plan visant à stopper la croissance des déchets en Irlande au cours des six prochaines années est lancé aujourd'hui.

Le premier Plan national de gestion des déchets du pays pour une économie circulaire fournit un nouveau cadre pour la prévention et la gestion des déchets de 2024 à 2030.

Le plan, qui devrait être adopté par le gouvernement local, définit une feuille de route pour une économie plus circulaire, comprenant une prévention accrue des déchets, davantage de recyclage et de meilleures pratiques de réutilisation et de réparation.

Il remplace les plans régionaux de gestion des déchets actuels et sera géré par les trois principales autorités régionales de planification de la gestion des déchets au nom du secteur des collectivités locales.

Le plan prévient que les taux actuels de production de déchets en Irlande ne sont pas durables et ont un impact direct sur notre climat et notre utilisation des matières premières.

L'Irlande produit actuellement environ 3,2 millions de tonnes de déchets municipaux par an. Cela équivaut à 644 kg par personne, ce qui est bien supérieur à la moyenne européenne de 527 kg par personne.

Le plan fixe un objectif ambitieux de 0 % de croissance des déchets par personne au cours des six prochaines années.

« Nous essayons de limiter la quantité de déchets produits par chaque personne en Irlande pendant la durée du plan », a déclaré Kevin Swift, coordinateur régional des déchets du Connacht Ulster. le magazine.

« Si nous y parvenons, cela signifie une réduction nette de 7 % de la quantité de déchets que nous produisons. Cela représente beaucoup de déchets. Cela équivaut à environ 300 000 tonnes. »

READ  The EuroMillions player took home €67 million while the lucky Irish ticket holder won big prizes

Swift a déclaré que le plan avait fait l'objet de deux processus de consultation et qu'il reposait « en grande partie sur les commentaires » du public et des principales parties prenantes.

Le secteur privé irlandais des déchets est évalué à plus de 1,4 milliard d'euros et emploie environ 10 000 personnes. Les dépenses des collectivités locales pour les emplois liés aux déchets dépassent 280 millions d'euros par an et plus de 1 700 personnes sont impliquées.

Le plan souligne que cette transition vers une économie circulaire nécessitera un investissement supplémentaire d'un minimum de 40 millions d'euros de la part du pays pour obtenir des résultats tout au long de sa durée de vie.

La circularité est « intégrée » au plan, a déclaré Swift.

« Il s'agit avant tout de conserver les matériaux utilisés plus longtemps, de réduire les déchets que nous produisons dans la société et de prévenir la quantité de déchets que nous produisons. »

Le plan fixe un ensemble d'objectifs visant à réduire la quantité de déchets jetés dans la poubelle noire et à augmenter la quantité de déchets recyclés, en plus d'un objectif de 20 kg par personne et par an pour la réutilisation des matériaux.

Swift a déclaré que le plan se concentrerait spécifiquement sur le secteur commercial.

« Même si une grande attention a été accordée aux ménages au cours des dix ou vingt dernières années, le secteur commercial a un peu de rattrapage à rattraper en termes de quantité de déchets qu’il produit et de manière dont il gère les déchets », a-t-il déclaré. .

READ  BP closes petrol front yards in the UK due to driver shortages

« Nous travaillerons en très étroite collaboration avec le secteur commercial pour nous assurer qu'ils trient leurs déchets de manière appropriée et qu'ils font également les bonnes choses pour éviter le gaspillage. »

La réglementation sur les déchets introduite l'année dernière oblige les entreprises de collecte des déchets à fournir un bac noir, un bac vert et un bac à biodéchets à tous leurs clients commerciaux.

Le plan se concentre également sur le secteur de la construction et de la démolition et identifie 16 domaines prioritaires avec 85 actions prioritaires.

Alors que 75 300 tonnes de déchets alimentaires sont actuellement produites chaque année en Irlande, le plan vise à réduire de moitié ce chiffre d’ici 2030.

Par ailleurs, on estime que 170 000 tonnes de déchets textiles sont générées chaque année en Irlande. Cela équivaut à 35 kg par personne et par an, soit trois kilos et demi transportés dans les bagages des compagnies aériennes.

Le plan identifie les textiles comme un domaine d’intérêt clé, a déclaré Swift.

« Dans notre étude du contenu des poubelles ménagères ou même commerciales, il y a beaucoup de déchets textiles dans ces poubelles qui ne devraient pas s'y trouver », a-t-il déclaré.

« Le plan comprend un certain nombre d'initiatives visant à cibler les déchets textiles et à travailler avec l'industrie et les détaillants pour garantir que ceux-ci puissent être réduits tout au long de la durée de vie du plan. »

Vous pouvez lire le Plan national de gestion des déchets pour une économie circulaire 2024-2030 ici.

Continue Reading

Economy

Les patrons de Don ont été avertis des responsabilités liées à une nouvelle politique relative aux préparations pour nourrissons, après qu'un bébé soit tombé malade

Published

on

Les patrons de Don ont été avertis des responsabilités liées à une nouvelle politique relative aux préparations pour nourrissons, après qu'un bébé soit tombé malade

Les responsables des magasins DUNNES à travers l'Irlande ont été informés de leurs responsabilités dans le cadre d'une nouvelle politique de « Vérification de la date des préparations pour nourrissons », en vigueur depuis mardi.

La nouvelle politique intervient après que le HSE et la FSAI ont lancé une enquête sur la façon dont les préparations pour nourrissons périmées ont été vendues dans une succursale d'un supermarché de Dunnes.

La FSAI enquête sur les plaintes concernant la consommation par des nourrissons de préparations pour nourrissons périmées. Elle a déclaré qu'elle était au courant d'une plainte concernant un magasin Dunnes identifié où l'on achetait des préparations périmées. Le bébé qui en a mangé est tombé malade plus tard.

Désormais, Duns a envoyé aux responsables un document complet décrivant comment tous les aliments et préparations pour bébés présents sur les étagères seront inspectés « chaque semaine » jusqu'à nouvel ordre.

Le document, qu'il a examiné le magazine, Il affirme que Dunnes se concentrera désormais « sur la politique de vérification des antécédents des préparations pour nourrissons et des aliments ». Sous une section intitulée « Je suis le gérant du magasin », le document indique :

  • «Je suis responsable de m'assurer que tous les aliments pour bébés et préparations pour nourrissons vendus dans mon magasin sont à leur meilleur avant la date prévue.
  • « Tous les contrôles des préparations pour nourrissons et des aliments pour bébés sont effectués le lundi de chaque semaine. [Republic of Ireland / Northern Ireland] magasin. Ils doivent être complétés tous les jours sans exception.
  • « Je rencontre les membres de l'équipe [carrying out date checks] Une fois terminé. Je leur ai demandé s'ils avaient trouvé des préparations pour nourrissons ou des produits alimentaires pour bébés dont la date de péremption était inférieure à quatre semaines et enregistrés comme déchets. Ce produit doit être ouvert et son contenu vidé à la poubelle.
  • «Je confirme le résultat du contrôle hebdomadaire du lait maternisé et vérifie les bons antécédents du bébé au plus tard 24 heures après le rendez-vous hebdomadaire en envoyant un email.»
READ  AIB augmente les taux d'intérêt sur les nouveaux prêts hypothécaires à taux fixe de 0,5 %

Le document décrit également des instructions détaillées pour l’employé qui servira de « vérificateur de dates ».

Il stipule que toutes les préparations pour nourrissons et produits alimentaires laissés sur les étagères doivent avoir une date de péremption au moins quatre semaines avant la date actuelle.

Le document indique que ces produits ne doivent jamais être placés dans la section réduite vers la section claire.

Il stipule que les employés doivent vérifier « derrière les étagères et sous les étagères pour s’assurer qu’aucun produit n’est tombé des étagères ».

Cet employé devra également inspecter toutes les préparations pour nourrissons et produits alimentaires présents dans le magasin.

Les responsables de la santé environnementale du HSE sont également impliqués dans l’enquête en cours. Le HSE a déclaré que cette affaire étant en cours, il ne pouvait pas faire de commentaires supplémentaires.

Les préparations pour nourrissons périmées perdent leur valeur nutritionnelle, ce qui peut empêcher les bébés de consommer suffisamment de calories ou de nutriments. Les pédiatres ont prévenu que les préparations très anciennes peuvent contenir des bactéries nocives dans certains cas.

La FSAI n'a pas précisé depuis combien de temps le lait maternisé avait expiré en lien avec ces plaintes et n'a pas pu confirmer si la maladie était liée à la consommation du lait maternisé. le magazine Dunnes Stores a été contacté pour commentaires.

Continue Reading

Trending

Copyright © 2023