Connect with us

Economy

The storm of supply and demand continues to ferment property

Published

on

There is no doubt that 2021 will be a standout year when it comes to increasing property prices.

Although official figures ran into October by the end of the year, annual price inflation was at a very hot level of 13.5%.

It was the highest rate of property price increase in six years, a time of year when price gains typically begin to decline.

Most analysts now agree that full-year price inflation is likely to exceed 10%, with Davey upgrading its forecast to 13% growth in 2021.

Who would have predicted that we would be in this scenario when the epidemic spreads?

Certainly not professionals. Most of us agreed that we would be looking at results for real estate prices above 10% in March 2020.

And they were not alone among their international peers.

Most analysts expected major global real estate markets to experience recessions of varying degrees only to be proven wrong with prices rising at such a rapid pace.

Display mismatch

Although there are many factors that influence real estate prices, the only major driver here is the apparent mismatch between supply and demand.

Supply has improved during the year from its low in 2020 when would-be home sellers decided to halt the pandemic and put their properties on the market.

However, by the end of the year, there were signs that supply was back to all-time lows in almost every part of the country, with the exception of the capital.

according to Report from the property website daft.ie Published this week, the total number of properties available for purchase online on December 1st was less than 11,500.

This was close to half the pre-Covid average of 22,500 in 2019.

Trinity College professor Ronan Lyons, author of daft.ie reports, noted that « compared to early 2010, when there were more than 50,000 homes for sale across the country, this is an entirely different market. »

However, the Institute of Professional Auctions and Appraisers – IPAV – believes the shortage may not be as dramatic as the numbers suggest.

She says her agents have reported a steady supply of stock to the market, particularly as the year draws to a close, but they don’t advertise them on real estate portals.

“There is less need for this because agents have approved mortgage and cash buyers on their books for properties that come to market,” explained Pat Davitt, CEO of IPAV.

More is expected next year.

“In the current market, sellers know that they can sell their homes without having to wait for those who have not been screened as ‘ready to go’ by agents and some may not intend to buy but may be looking in the market, » he added.

READ  L'aéroport de Dublin est frustré par l'absence de mesures concernant les faux comptes prétendant vendre des bagages non réclamés pour 2 €.

Perhaps sellers can afford that luxury in an environment where the pandemic has put them in the driver’s seat.

But it’s not likely to be that way forever.

The only thing working in the seller’s favor at the moment is the shortage of new homes that have to be built to keep up with demand.

New homes are back on track

There are varying estimates of the number of homes that must be built each year to keep up with Ireland’s demand.

The central bank has supplied it with about 35,000 units a year for the coming decades, although some analysts believe that is likely. much higher than that when taking different types of tenure—occupant owner, private rental segment, and social housing segments—into account.

We are currently in excess of approximately 20,000 units each year.

While it’s still quite far from where it should be, it’s not a bad outcome in the context of prolonged pandemic-induced construction shutdowns this year and last.

However, while the construction of new homes is back on track, the market is still highly dependent on the supply of existing homes, it seems, with new buildings not featured prominently in the transaction numbers.

In the year to October, for example, more than 85% of all housing transactions were on existing homes, according to Brokers Ireland.

Either the shortage of new homes is too great or new homes are out of reach for many buyers, particularly first-time buyers who can benefit from the Help to Buy scheme if they purchase a newly built home.

Jupiter’s aging face for the first time

Given the lack of supply and the rapid pace of price hikes, it is perhaps not surprising that the average age at which people buy their first home lags behind in life.

that market analysis A survey conducted by the Association of Banks and Payments in Ireland in recent months concluded that just over a quarter of first-time homebuyers were aged 30 or younger last year.

That halved in 2004 when six out of ten first-time homeowners were in that age group.

Although they have advanced in age, where means allow, they are increasingly dependent on parental assistance to climb up the property ladder.

Mom and Dad’s bank is under examination

One issue that has generally emerged this year has been the extent to which home buyers of all kinds get help from the family to make their purchases.

so called Mom and Dad’s bank It made headlines after the Finance Act contained a measure to change the tax treatment of such loans and transfers.

READ  De nombreux bureaux sont-ils construits à Dublin ?

Although the measure was eventually withdrawn, it highlighted the extent of this practice and the impact it might have on property price inflation.

According to mortgage broker Michael Dowling, there is no doubt that it is fueling price hikes.

“If you have 3 or 4 people who bid on the same house at €400,000 or €500,000, and one can take €50,000 out of the hat to make a difference, that will affect the prices,” he said.

And the loans are getting bigger all the time.

During his three decades in the business, he said he’s seen the parents’ contribution ranging from €10,000 to €30,000 to between €50,000 and €60,000.

« It wouldn’t surprise me 100,000 euros, » Dowling said.

In an age of housing shortages, those who can increase their supply of property with parents’ money are sure to get the keys to the house or apartment at the end of the day.

Those who have no restrictions on mortgage lending.

Should the caps be changed or eliminated?

The central bank is in the process of conducting a major review of it Mortgage Lending Rules With expected results next year.

It is currently offered a maximum of 3.5 times the income or combined income of applicants, and it is understood that a lot of pressure has been taken as part of a public consultation to change this requirement, allowing some leeway for low-income applicants in particular.

According to a report in the Irish Times in recent weeks, potential homebuyers earning less than €60,000 may be subject to a cap of up to 4.5 times the income when the review is completed.

There are alternative suggestions, such as one from Brokers Ireland which calls for changing the loan-to-income ratio from a multiplier of gross salary to a percentage of net disposable income.

mortgage market

2021 was a year of radical change in Irish banking With at least two lenders announcing their intention to leave the market here.

While the impending departure of Ulster Bank was widely reported, KBC came as a bolt of lightning out of the blue.

And while that might signal a downturn in the mortgage market, it was met with some surprisingly decent offers, primarily driven by non-traditional lenders.

Avant also continued to make strides in the market with a flat rate of less than 2% introduced in the fall of 2020.

The competition intensified with the launch of the first 30-year fixed-rate mortgage on the market with rates starting at 2.85%.

Finance Ireland has offered fixed rates for up to 25 years with rates starting at 2.65%.

While they are marginally more expensive than rates offered on shorter-term fixed rate mortgages, they can be very attractive in the context of the current inflationary environment where UK central banks are already raising interest rates and the US Federal Reserve is signaling three rate increases in 2022.

READ  Les systèmes Post Money ont été touchés par un grave problème logiciel - The Irish Times

On the other hand, we have had a low price environment in Europe for most of the past decade, and the European Central Bank has indicated that it is in no hurry to raise interest rates in response to an inflationary environment it considers « temporary ».

Brokers Ireland believes that this is a paradox for young people trying to gain a foothold in the real estate market in the current market.

“It is a tragedy and so bad from a social cohesion standpoint that younger and middle-income generations cannot own a home at a time when there has been positive turbulence in the mortgage market with historically low interest rates, even if that is the case,” said Rachel McGovern, director of financial services. At Brokers Ireland, it is ahead of the eurozone average, and the ability, for the first time, to fix these rates for fixed periods of up to 30 years.

« It will only add to the tragedy of the situation if these low rates are no longer a feature of the market by the time supply closes to meeting demand, » she added.

Next year

With an initial forecast for real estate price inflation of around 5% next year, analysts are beginning to revise these bullish expectations in light of the latest numbers.

But so far they don’t look anything like what we saw in 2021.

However, the problems that have largely rocked the market are likely to persist.

While the supply of new homes will play catch-up for many years to come, the potential absence of any shutdowns in the construction sector would see the completion number exceed next year’s better-than-expected result for 2020/21.

“Covid-19 has shaken the housing market in Ireland – that’s for sure,” said Ronan Lyons.

He concluded, « While supply appears to improve over the coming years, relieving pressure in the market, we will undoubtedly see more signs of a system under pressure before things turn. »

And the interest rate environment could pose more challenges, not just for buyers, but for mortgage holders in general — if not in 2022, then probably in later years.

Just another factor playing into the perfect storm of weak supply and rising demand – a storm that shows no sign of abating in the near future.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economy

Une ancienne maison des garde-côtes d’une valeur de 695 000 € est à vendre près de Clonakilty

Published

on

Une ancienne maison des garde-côtes d’une valeur de 695 000 € est à vendre près de Clonakilty

N’importe quelle cabane des garde-côtes aurait mérité une telle attention en raison de ses vues fantastiques sur la mer : comment les garde-côtes pourraient-ils faire leur travail autrement ? En tant que points d’observation des dangers marins potentiels, il était nécessaire d’avoir une ligne de vue dégagée sur l’eau. Le chasseur de maisons qui acquiert une telle maison a la chance d’avoir une vue magnifique sur la mer.

C’est le cas de Coastguard House, Ring Rd, Desert, Clonakilty, qui a été construit à une époque où West Cork était plus soumis aux marées et où la crique située en dessous de la maison était bondée de bateaux de sable. Il s’agissait de bateaux à fond plat qui transportaient du sable en amont pour que les agriculteurs puissent l’utiliser pour améliorer le drainage des sols et réparer les routes. Au milieu du XIXe siècle, l’ensablement du port a provoqué le retrait de la mer à mesure que les terres étaient récupérées, mais le nom de Sandlighter Quay perdure comme un rappel du patrimoine maritime de la ville.

« Dans le passé, la crique était très fréquentée par le transport maritime et toutes sortes d’activités maritimes », explique l’agent commercial Andy Donohue de Hodnett Ford.

Il dit que l’on peut encore voir les caractéristiques distinctives de la maison d’origine dans la Maison de la Garde côtière elle-même, mais qu’elle a subi d’importantes modifications de la part de ses propriétaires au cours des 30 à 40 dernières années.

« Il a été agrandi, modernisé et transformé en une véritable résidence. Les propriétaires en sont propriétaires depuis des décennies et ont réalisé d’importants travaux dans les années 1990. Jusqu’à récemment, c’était une résidence permanente », explique l’agent.

READ  Cancer de l'œsophage : la mère du Dr Cara Giglieri est décédée d'un cancer dont elle n'avait jamais entendu parler. Elle a donc consacré sa carrière à devenir une experte de la maladie.

C’est une maison de bonne taille, environ 1 500 pieds carrés, avec un grand porche/véranda avec beaucoup de verre pour profiter de la vue.

La « Salle Bibliothèque », l’une des deux salles de réception, est double face avec de grandes fenêtres.

Le grand salon situé entre la salle bibliothèque et la cuisine « est un endroit douillet pour se détendre par temps venteux et profiter de la chaleur de la cheminée », explique l’agent.

Un escalier ouvert conçu sur mesure mène de cette pièce au premier étage, où se trouvent quatre chambres, une salle de bains et un débarras. Au niveau inférieur, la cuisine et la salle à manger sont ouvertes l’une sur l’autre, avec des fenêtres offrant une vue sur les baies sud et ouest.

Il y a également une salle de douche et des installations en bas.

A l’extérieur, un ancien garage en pierre – entièrement aménagé – en excellent état et un jardin arboré niché entre celui-ci et la maison principale, la protégeant des vents côtiers.

Le jardin est joliment aménagé avec des terrasses offrant une vue fantastique sur la mer, présente de belles pierres et un bon mélange d’arbustes.

M. Donoghue, qui s’attend à ce que la maison coûte 695 000 €, affirme que ce type de propriété « vient rarement sur le marché » et est celui qui suscite l’intérêt de l’étranger. En fait, la première demande est venue d’un Américain. Il existe également un intérêt international de la part de ceux qui recherchent des maisons de vacances, tandis que les locaux s’y intéressent en tant que résidence permanente.

READ  De nombreux bureaux sont-ils construits à Dublin ?

La maison est située sur un tiers d’acre, à seulement 100 mètres de la plage où se trouve une falaise. Vous pouvez rejoindre Clonakilty à pied en 15 minutes ou en voiture en beaucoup moins, et les lieux de baignade sont nombreux, d’Enchydoney à Dunorley, en passant par Broad Strand. L’aéroport de Cork se trouve à 40 minutes en voiture et le centre-ville de Cork est à 50 minutes en voiture.

Verdict: Si les marées le permettent, vous pouvez pagayer jusqu’à Clonakilty pour prendre un verre. Une maison en bon état avec un patrimoine intéressant et des vues fantastiques sur la baie de Clonakilty, vers l’île Enchedoney et Ring Bear.

Continue Reading

Economy

Johnny Ronan ne parvient pas à acquérir des actifs précieux – The Irish Times

Published

on

Le Sunday Times a rapporté que le promoteur immobilier Johnny Ronan n’a pas réussi à battre ses concurrents en soumissionnant pour un certain nombre de propriétés sur une liste de 11 de ses actifs qui ont été mis sur le marché plus tôt cette année au prix de 150 millions d’euros par les séquestres nommés au portefeuille.

Il est apparu en juin que M. Ronan avait été soutenu par la société d’investissement européenne Landfair pour soumissionner pour les 11 propriétés, y compris l’historique Bewley’s Cafe à Grafton Street, Connaught House à Burlington Road et l’AIB Investment House à Percy Place à Dublin 4. Kingram House à Dublin 2 et Kilmore House à Spencer Dock.

Cependant, le site immobilier Green Street News a rapporté la semaine dernière que son offre de 100 millions d’euros avait été jugée trop basse par les bénéficiaires désignés par les prêteurs de portefeuille Bank of Ireland et Bank of Ireland.

Le Sunday Times a rapporté que Duffy Properties avait accepté d’acheter les actions restantes dans trois propriétés qu’elle possède conjointement avec Ronan, tandis que d’autres investisseurs mènent des offres pour des actifs ailleurs dans le portefeuille.

La valeur des prêts de Bank of Ireland et de Bank of Ireland pour lesquels un bénéficiaire a été désigné s’élève à environ 130 millions d’euros.

Le gouvernement envisage d’accorder un budget supérieur à l’objectif de 13 milliards d’euros

Le gouvernement s’apprête à distribuer un budget préélectoral de 13 milliards d’euros, une somme bien supérieure aux 8,3 milliards d’euros qu’il a récemment présentés, car il utilise des manœuvres pour cacher la taille du plan, selon le Business Post.

READ  Musk défend les suppressions d'emplois sur Twitter

Le gouvernement affirme que le plan officiel de 8,3 milliards d’euros augmente les dépenses de 6,9 ​​%, enfreignant déjà la règle de dépenses du gouvernement de 5 %. Cependant, le journal rapporte que le gouvernement a discrètement modifié la définition de sa base de dépenses et prévoit également un ensemble de dépenses pour couvrir les frais de subsistance qui seront comptabilisés cette année afin de « cacher » l’ampleur de la générosité prévue.

Le journal a indiqué que changer la définition signifie ajouter les dépenses temporaires antérieures à la base des dépenses, ce qui a conduit à une augmentation de la base sur laquelle les augmentations futures sont calculées. Elle a ajouté que cela représente un écart important par rapport à la politique.

Un certain nombre d’institutions du pays, dont la Banque centrale, le Conseil consultatif financier irlandais et l’Institut de recherche économique et sociale, ont exhorté le gouvernement à ne pas présenter un budget irréfléchi en octobre, de peur que cela n’entraîne des une hausse des prix à la consommation au moment où elle gagne les banques centrales dans la bataille contre l’inflation.

Les prochaines élections devraient avoir lieu début mars, mais certains spéculent qu’elles pourraient être convoquées peu après l’annonce du budget 2025.

La vente du prêt PTSB pourrait ouvrir la voie à un dividende anticipé

Le Sunday Times a rapporté que le PTSB avait ouvert la possibilité de reprendre le paiement des dividendes plus tôt que prévu, après avoir accepté vendredi de vendre un portefeuille de prêts hypothécaires fortement en souffrance pour une valeur totale de 348 millions d’euros à un groupe comprenant le géant américain du capital-investissement Apollo et des prêteurs. société de services Mars Capital.

READ  A record number of British companies have officially gone bankrupt as trade barriers over Brexit rise

La banque devrait fixer le mois prochain la date de reprise de la distribution des dividendes pour la première fois depuis la crise financière, après que les régulateurs ont levé la soi-disant barrière qu’elle imposait au paiement des dividendes à la fin de l’année dernière.

Le journal a cité l’analyste financier Diarmuid Sheridan qui a déclaré que s’il s’attendait à ce que PTSB Bank verse son premier dividende d’après-crise début 2026 sur les bénéfices de 2025, la vente du prêt pourrait accélérer cette date d’un an. M. Sheridan a également déclaré qu’il pourrait être judicieux que le PTSB utilise son capital excédentaire pour racheter une partie des 57 pour cent restants de la participation de l’État dans la banque.

PTSB est la seule des trois banques restantes de l’État à ne pas avoir commencé à restituer les paiements à ses actionnaires depuis l’effondrement de 2008.

Aircoach annule un certain nombre de services en raison d’une dispute sur la programmation des vols

L’opérateur de bus de l’aéroport, Air Coach, a discrètement annulé jusqu’à un tiers de ses services réguliers sur certaines lignes ces derniers jours, en raison d’un différend avec ses chauffeurs sur les horaires de travail, a rapporté le Sunday Independent.

Le groupe syndical Siptu affirme que les travailleurs d’Aircoach « travaillent en signe de protestation » depuis le 6 juillet, après que l’entreprise a apporté unilatéralement et sans accord des changements majeurs aux listes de travail, selon le rapport.

AirCoach, propriété de la multinationale de transport britannique First Group, a déclaré que le problème était « temporaire » et qu’il ne pensait pas qu’il violait les prestations de services sous licence de la National Transport Authority, a rapporté le journal.

READ  Comment et quand rechercher des hausses de salaire dans un contexte de hausse de l'inflation
Continue Reading

Economy

« Nous vendons presque le même nombre de manteaux à Madrid qu’à Dublin » – The Irish Times

Published

on

Stephen Mullen était un jeune adolescent fraîchement sorti de l’école lorsqu’il a obtenu son premier emploi en 1985 en tant que directeur stagiaire chez Penny’s à Clondalkin.

Près de quatre décennies plus tard, il est toujours au sein de l’entreprise, gravissant les échelons jusqu’à devenir directeur général de son magasin phare de Mary Street avant de s’installer en Espagne en 2006 pour ouvrir le premier magasin de l’entreprise en Europe continentale.

Aujourd’hui, il travaille à Madrid en tant que Retail Manager pour la péninsule ibérique, l’Italie et l’Europe centrale et orientale où Primark (la marque internationale de l’entreprise) possède désormais 102 magasins, dont 63 en Espagne et 11 dans la seule grande région de Madrid. Il y a 10 magasins au Portugal ; Il existe 16 magasins en Italie et 13 magasins en Europe centrale et orientale.

Le déménagement en Espagne a été un choc énorme pour Mullen, sa femme Debbie et leurs deux jeunes fils, l’un de trois ans et l’autre de cinq mois. Ni Mullen ni sa femme ne parlaient espagnol et l’anglais n’était pas largement parlé à Madrid à l’époque. Mullen affirme que la transition a été un défi à la fois professionnel et personnel.

Mais les parents sont vite devenus amis grâce à leurs enfants. Leur fille, aujourd’hui âgée de 13 ans, est née à Madrid, qui est aujourd’hui leur domicile. La famille vit à environ 30 kilomètres de la ville et Mullen vit dans le bureau régional de l’entreprise dans la péninsule ibérique, au-dessus de son magasin principal sur la Gran Via.

« Quand je suis arrivé en Espagne, Primark n’était pas très connu en Europe continentale, sauf auprès des gens qui visitaient Dublin ou Londres », dit-il. « Cela a été une énorme courbe d’apprentissage d’apprendre de nombreux aspects différents des affaires à l’extérieur de chez moi, mais j’ai ainsi acquis une expérience incroyable.

READ  L'aéroport de Dublin est frustré par l'absence de mesures concernant les faux comptes prétendant vendre des bagages non réclamés pour 2 €.

« Au cours de cette période, alors que Primark se développait non seulement en Espagne mais dans toute l’Europe et s’étendait aux États-Unis, moi et un grand nombre de mes collègues avons eu l’opportunité de développer notre carrière au sein de l’entreprise. Primark est une entreprise qui croit dans l’investissement dans son entreprise. personnes, en développant les talents internes et en créant des voies claires de promotion.

Ce que les gens oublient, c’est que l’Espagne n’est pas chaude de fond en comble. La température peut atteindre 28 degrés au sud, 15 degrés au centre et cinq degrés au nord.

Lorsque Mullen a déménagé à Madrid, le nombre de magasins Penny’s/Primark en Irlande et en Grande-Bretagne était inférieur à 130. Aujourd’hui, il existe 445 magasins et Primark emploie près de 80 000 personnes sur 17 marchés.

« Dans mon rôle actuel, je travaille avec nos dirigeants nationaux et leurs équipes locales qui gèrent nos magasins à travers l’Europe, y compris en Hongrie, où nous avons récemment ouvert notre premier magasin à Budapest. Je voyage beaucoup car j’essaie de me rendre sur chaque marché une fois par semaine. mois et nous pouvons avoir jusqu’à 25 ouvertures par an, donc il y a toujours quelque part où aller et je retourne aussi régulièrement en Irlande, gardant le lien fort.

« Je pense que ce que les Irlandais ne réalisent peut-être pas, c’est à quel point la marque Primark est forte en Europe aujourd’hui. Il y a toujours un énorme intérêt pour l’ouverture d’un nouveau magasin. Par exemple, nous avons eu 1 000 personnes qui faisaient la queue devant le magasin lorsque nous avons ouvert notre magasin à Budapest. le week-end suivant « Ils ont commencé à faire venir les gens en bus à deux heures de route. Ce n’est pas rare quand on ouvre de nouveaux magasins. Il y a toujours un grand enthousiasme et une vraie passion pour la marque. »

READ  Musk défend les suppressions d'emplois sur Twitter

Apprendre les caractéristiques de chaque marché fait partie intégrante de la conquête de nouveaux territoires, explique Mullen. Par exemple, les pyjamas et les pantoufles sont les articles les plus vendus en Espagne, où toutes les maisons ne disposent pas du chauffage central et où les sols en marbre peuvent être froids en hiver.

« Ce qui est intéressant, c’est que nous vendons presque le même nombre de manteaux à Madrid qu’à Dublin. Ce que les gens oublient, c’est qu’en Espagne, il ne fait pas chaud de haut en bas. Il peut faire jusqu’à 28 degrés au sud, 15 degrés au milieu et au milieu. cinq degrés au nord, « il ne pleut pas autant qu’en Irlande », explique Mullen.

La famille est très importante en Espagne, et cela s’applique également aux entreprises, où la transparence et l’intégrité sont très appréciées.

Lorsqu’il n’est pas occupé au travail, il aime skier (à Baqueria dans les Pyrénées), dîner avec des amis, profiter du beau temps et rejoindre les supporters qui encouragent le Real Madrid. « Je vais aux matchs avec mes amis espagnols, ce qui est très amusant », dit-il, ajoutant que lorsqu’il n’est pas au travail, il aime se promener dans la ville qu’il visite avant le début de la journée de travail.

« J’aime vraiment découvrir les gens, la culture et l’histoire du lieu que je visite. J’essaie de vraiment connaître la ville – pas seulement les attractions touristiques évidentes mais aussi les zones moins connues, je pense, des locaux. appréciez que vous ayez pris le temps de découvrir leur pays et que vous soyez réellement intéressé.

READ  Aer Lingus a annulé 50 vols supplémentaires dans l'espoir que les négociations avec le tribunal du travail avec le syndicat des pilotes aboutiront à des progrès.

« Les Espagnols ne sont pas différents des Irlandais, ce qui rend la vie ici très facile. La nourriture ici est fantastique mais nous avons toujours des saucisses irlandaises et du Barry’s Tea, et bien sûr nulle part dans le monde ne fait une pinte de Guinness comme le fait l’Irlande. »

Mullen explique que la journée de travail en Espagne commence généralement plus tard qu’en Irlande, mais se termine également plus tard.

« La famille est très importante en Espagne, et cela s’applique également aux entreprises, où la transparence et l’intégrité sont très appréciées », dit-il.

« Les réunions en Espagne peuvent être très bruyantes, car il est important que chacun ait la possibilité d’exprimer ses opinions. Il est également important que la plupart des affaires officielles se déroulent du lundi au jeudi, car de nombreux bureaux ferment tôt le vendredi dans certaines régions.

« La nourriture est importante et beaucoup de travail est effectué pendant le déjeuner. La conversation est légère la plupart du temps, mais après le café, elle est généralement consacrée au travail. »

Continue Reading

Trending

Copyright © 2023